Harivarman

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Harivarman est un moine et philosophe bouddhiste originaire de l’Inde centrale[1] (IVe siècle).

Il est l’auteur du Satyasiddhiśāstra (« Traité de l’établissement de la vérité »), un texte relevant à la fois du hīnayāna et du mahāyāna.

Traduit en chinois au début du Ve siècle par Kumārajīva, ce traité était l’objet d’étude des écoles Chengshi en Chine et Jōjitsu au Japon[2].

Références[modifier | modifier le code]

  1. André Bareau, « I. Les sectes bouddhiques du Petit Véhicule et leur Abhidharmapiṭaka » dans Bulletin de l’École française d’Extrême-Orient, t. 44 no 1, 1951, p. 7 [lire en ligne]
  2. « Harivarman » dans Philippe Cornu, Dictionnaire encyclopédique du bouddhisme, Paris, Éditions du Seuil, 2006, p. 246

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]