Haringvliet (bras de mer)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Haringvliet.
Haringvliet
Carte du Haringvliet en cyan
Carte du Haringvliet en cyan
Administration
Pays Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Province Zélande, Hollande-Méridionale
Géographie
Coordonnées 51° 46′ 18″ N 4° 12′ 57″ E / 51.7716, 4.2158 ()51° 46′ 18″ Nord 4° 12′ 57″ Est / 51.7716, 4.2158 ()  
Type Baie partiellement barrée,
ancien golfe marin
Origine artificiel
Superficie 116,33 km2
Hydrographie
Alimentation Hollands Diep
Émissaire(s) Haringvlietdam, Spui
Îles
Île(s) principale(s) Tiengemeten

Géolocalisation sur la carte : Hollande-Méridionale

(Voir situation sur carte : Hollande-Méridionale)
Haringvliet

Géolocalisation sur la carte : Pays-Bas

(Voir situation sur carte : Pays-Bas)
Haringvliet
Haringvliet
Catégorie UICN IV (aire de gestion des habitats/espèces)
Identifiant 331782
Création 2000

Le Haringvliet est un ancien bras de mer de la mer du Nord, en Hollande-Méridionale entre Voorne-Putten et Hoeksche Waard au nord, et Goeree-Overflakkee au sud. Il reçoit les eaux du Hollands Diep qui est le nom donné à cet endroit à la Meuse. Il est barré par le Haringvlietdam qui le sépare de la mer du Nord.

Origine[modifier | modifier le code]

Avant 1200, Voorne et Flakkee étaient une seule île. Vers 1250 la Striene un ancien bras de l'Escaut a été absorbée. Le Haringvliet est né après que des tempêtes de marées ont modifié la côte. Plus loin dans les terres est apparu le Hollands Diep, sous les effets du HaringVliet. Le Haringvliet s'est appelé le Flakkee jusqu'au XIXe siècle.

Fermeture[modifier | modifier le code]

En 1970, dans le cadre du Plan Delta, le Haringvliet a été séparé de la mer du Nord par le Haringvlietdam, l'écluse Goereese permet tout de même la navigation des gros containers.

Autrefois la rivière Spui qui débouche entre Hoeksche Waard et Voorne Putten, était un affluent. Maintenant les eaux du Harinvliet se déversent dans la Spui et dans le Haringvlietdam selon un calcul basé sur le débit, pour que les eaux du port de Rotterdam ne soient pas salinisées.

Le pont du Haringvliet relie Hoeksche Waard et le Hellegatsplein.

Conséquences[modifier | modifier le code]

La fermeture du Haringvliet a entraîné, en plus de la disparition de l'eau salée au profit d'eau saumâtre, la perte de l'influence des courants et de la marée. Ceci a eu une influence énorme sur la nature. Le Biesbosch n'étant plus régulièrement sous l'eau, les joncs et les roseaux prolifèrent. Des poissons comme la grande alose, alose feinte et l'esturgeon ont disparu presque totalement des eaux hollandaises.

L'étendue de la pollution organique, provenant de l'élevage intensif du Brabant-Septentrional mène à une pollution bactérienne dont beaucoup d'oiseaux sont victimes.

Possibilité de retour des marées[modifier | modifier le code]

En 1997, des études ont montré que laisser les écluses du Haringvliet fermées ne serait peut-être pas la meilleure solution écologique. Pour restaurer la nature originale du delta d'un fleuve, il convient, comme pour l'Escaut oriental, de ne les fermer que pour les hautes eaux.

En 2003, le gouvernement décide d'ouvrir temporairement les écluses. Ainsi devrait apparaitre un territoire transitoire entre l'eau douce et salée.

Cette entre-ouverture a d'autres conséquences. Des groupes d'intérêts veulent que l'état compense les adaptations de l'infrastructure d'eau douce de Zélande et le retour possible de la marée. En 2004 il a été décidé que l'entre-ouverture serait prolongée, à partir du 1er janvier 2008, en fonction d'études supplémentaires.

Avec l'ouverture partielle, on espère un rétablissement partiel de l'écosystème de la lagune, la diminution de l'envasement du Haringvliet et une amélioration de la qualité d'eau.