Harcanville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Harcanville
Image illustrative de l'article Harcanville
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Rouen
Canton Yvetot
Intercommunalité Communauté de communes Plateau de Caux-Doudeville-Yerville
Maire
Mandat
Jean-Pierre Langlois
2014-2020
Code postal 76560
Code commune 76340
Démographie
Population
municipale
511 hab. (2014)
Densité 68 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 42′ 54″ nord, 0° 45′ 21″ est
Altitude Min. 108 m – Max. 156 m
Superficie 7,48 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Harcanville

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Harcanville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Harcanville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Harcanville

Harcanville est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en Normandie (anc. Haute-Normandie).

Géographie[modifier | modifier le code]

Harcanville est situé dans le pays de Caux.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu est attesté à la fin du XIIe siècle sous la forme Harkenvilla[1].

Il s'agit d'un toponyme médiéval en -ville « domaine rural », appellatif issu du gallo-roman VILLA et précédé d'un nom de personne, probablement Hardekin, nom de personne anglo-saxon[2] devenu Harken- par lénition régulière de la consonne [d] en langue d'oïl.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    André Mylle    
mars 2001 mars 2014 Philippe Langnel    
mars 2014 en cours
(au avril 2014)
Jean-Pierre langlois    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 511 habitants, en augmentation de 15,35 % par rapport à 2009 (Seine-Maritime : 0,48 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1831 1836 1841 1846 1851 1856
690 743 739 840 955 920 960 952 922
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
887 870 820 780 735 689 630 592 631
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
645 603 540 538 518 503 429 406 418
1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014 -
411 419 440 384 403 442 477 511 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • L’église Saint-Jean-et-Saint-Clair[7]
  • Le manoir de Pichemont, belle demeure de style anglo-normand du début du XVIIIe siècle.
  • Le manoir de Nellemont
  • La ferme de Quiévremont, musée du Tissage (établissements de tissage Charles Denis) et collection d'outils anciens
  • La ferme de la Bataille, clos-masure typique du pays de Caux, dont la maquette était présentée au Musée des arts et traditions populaires de Paris[8].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Xavier Simon, Inventaire des archives du doyenné de Doudeville, renfermant Canville, Reuville, Viquemare, Bénesville, Gonzeville, Fultot, Harcanville, Hautot-Saint-Sulpice et Boudeville, Rouen, 1861.
  • « Harcanville », dans Le Patrimoine des communes de la Seine-Maritime, Charenton-le-Pont, Éditions Flohic, coll. « Le Patrimoine des communes de France », , 1389 p. (ISBN 2-84234-017-5) vol. 1, p. 410-411.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150)
  2. François de Beaurepaire
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. Notice no IA00020111, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Notice no IA00020118, base Mérimée, ministère français de la Culture