Haras national de Tarbes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Haras national
ITarbes -65- Haras national de Tarbes photo n°88.JPG
Présentation
Type
Propriétaire
Saint-Marc
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
70 rue du Régiment-de-BigorreVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte des Hautes-Pyrénées
voir sur la carte des Hautes-Pyrénées
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

Le Haras national de Tarbes est l'un des haras nationaux français. Il fut créé en 1806 sous Napoléon Ier. Du haras de Tarbes est sorti le meilleur cheval d'armes européen, le cheval navarrin. C'est le produit d'un croisement de la race indigène (issue des chevaux introduits au Moyen Âge par l'invasion sarrasine), de la race anglaise et d'étalons arabes importés d'Orient au XIXe siècle. L'élevage est orienté vers la production de chevaux de compétition.

Histoire[modifier | modifier le code]

En France sous Louis XIV, Colbert souhaite développer l’élevage afin de freiner les dépenses occasionnées par l’achat de chevaux à l’étranger. C’est en 1665 que Colbert signe le décret annonçant la création des haras. Les haras, d’abord royaux, se voient supprimés par la Constituante (1790) après la Révolution (dénoncés dans les cahiers de doléances). Il faudra attendre Napoléon 1er pour rouvrir les haras, qui deviennent alors « haras impériaux ». C’est donc dès 1806 que Tarbes est gratifiée d’un haras, qui tout d’abord siège à l’ancien séminaire de la ville pour être ensuite implanté sur son site actuel (les Salles d’Ancizan).Tout au long du XIXe siècle, les architectes se succèdent et dotent le haras de différents bâtiments qui forment encore à ce jour un ensemble harmonieux, fortement imprégné du style Empire.

En novembre 2015, l'IFCE annonce que ce haras sera mis en vente en janvier 2016, faute d'avoir développé des activités pérennes[1]. Le 19 juillet 2016, la mairie de Tarbes a racheté le haras[2] pour 2 millions d'euros.

Missions[modifier | modifier le code]

Le Haras National de Tarbes est le berceau de race de l’Anglo-arabe, cheval de course ou de sport. Le haras détient aussi des Pur-sang arabes, poney landais, Mérens, Trait breton et Comtois.

Aujourd’hui, les Haras Nationaux représentent 18 entreprises d’état qui agissent sous la tutelle du ministère de l’agriculture.

Il est bon de préciser que les haras ne ressemblent à aucune autre structure équestre. En effet, il ne s’agit en aucun cas de centres équestres destinés à former les jeunes cavaliers ; de lieux d’élevage ; de « maternités pour juments ».

La mission des Haras nationaux est :

  • Sélection et préservation des races
  • Recherche et expérimentation
  • Encouragement à la filière
  • État civil des équidés
  • Diffusion de la connaissance
  • Appui technique à la mise en place de projets de cheval
  • Formation aux métiers du cheval

Parcs et installations[modifier | modifier le code]

La maréchalerie, restaurée en 1999, est fonctionnelle. Elle dispose de deux zones de ferrage, l’une adaptée aux chevaux légers, l’autre aux chevaux lourds. Sur la première zone, on attache le cheval au mur par l’intermédiaire d’un licol, le maréchal fait ensuite appel à un aide, qui maintient le pied du cheval tandis qu’il opère : c’est le ferrage à la française.Sur la deuxième zone, on utilise un appareil appelé « travail ou métier », uniquement destiné au ferrage des chevaux de trait. Les deux zones sont recouvertes de pavés de bois afin d’éviter aux chevaux de glisser, mais ils s’avèrent aussi très utiles lorsqu'un cheval impatient se met à gratter énergiquement le sol, détériorant de ce fait le travail du maréchal (quand ce dernier vient de parer le pied).

L' Écurie Devèze est la plus ancienne du haras. Elle sert occasionnellement pour le dépôt momentané (la journée) de chevaux de passage. C’est le seul bâtiment qui ne soit pas restauré.

L'Écurie Artigala date du milieu du XIXe siècle. Bâtisse rustique, elle dispose d'une architecture particulière. Elle se divise en deux parties, l’une avec les portes des box qui donnent directement à l’extérieur, derrière l’autre partie, possède une avancée qui permet de pouvoir s’occuper du cheval dans les meilleures conditions. L'Écurie Larrieu est la plus récente du haras puisqu'elle fut construite, à la fin du XIXe siècle. Ces boxes quoique récents, respectent le style d’origine. Ils sont faits en chêne massif, et sont équipés d’abreuvoirs automatiques, de mangeoires en marbre, et sont chacun dotés d’une trappe.

D'autres écuries se trouvent au nord du parc du Haras.

Le haras accueille chaque année un concours de saut d’obstacle (cycle classique) réservé aux jeunes chevaux, et un national 1 pour les meilleurs cavaliers de 1re catégorie.

La carrière est le lieu le plus utilisé pour le travail quotidien des étalons. En extérieur, vaste et doté d’un sol favorable à la pratique de l’équitation même par un mauvais temps (le sable ne glisse pas, même mouillé), il est souvent préféré au manège.

Le manège est un bâtiment conçu pour l’équitation, sécurisant car clos, il permet de monter à cheval par très mauvais temps mais aussi de travailler les chevaux en longe ou encore en liberté

Les allées cavalières sillonnent le parc du haras permettant aux attelages de circuler et également aux cavaliers de se promener sur le site. Il n’est donc pas nécessaire de sortir de l’enceinte du haras pour distraire les chevaux.

L’unité de Reproduction, en activité toute l’année, renferme tous les équipements nécessaires à la mise en place des dernières méthodes de reproduction. Deux techniques de fécondations sont a monte en saillie et l’insémination artificielle

La Maison du Cheval, finie en 1820, est au départ un manège. Puis, cet édifice a été aménagé en écurie à la fin du XIXe siècle. Deux très belles salles sont à disposition des visiteurs. À l’étage, un domaine de 167 m2 est consacré à la culture sous forme d’exposition. Au rez-de-chaussée, dans un cadre ludique et pédagogique, la surface a été aménagée sous forme de complément à la visite du Haras. La maison du Cheval est un lien entre le monde équestre et les hommes. C’est une agora moderne.

La Sellerie d’Honneur, construite en 1823, accueille des harnachements, des selles d’époque, des bricoles et autres accessoires servant à la monte des chevaux. C'est un voyage au milieu des odeurs de cuir et de bois.

Le futur du haras[modifier | modifier le code]

Racheté par la famille Saint-Marc le 19 juillet 1969 pour l’équivalent de 40 millions d'euros, le haras va bénéficier d'un programme de 5 millions d'euros d'investissement sur 4 ans.

En septembre 2016, le 1er régiment de hussards parachutistes va y installer un club équestre militaire qui comptera une trentaine de chevaux et du personnel militaire[3]. Les bâtiments historiques vont être rénovés, un maréchal-ferrant et une sellière-harnacheuse vont s'installer également. L'ancienne maison du directeur surnommée le "château" accueillera un restaurant gastronomique. La mairie envisage de développer des activités pédagogiques à destination des enfants notamment. Un projet d'activité d'équithérapie devrait être développé, basée sur le bien-être des chevaux par l'ostéopathie, une médecine de remise en forme pour les chevaux.

À l'instar du célèbre jardin Massey, le "Parc du Haras" est entièrement clôturé et possède des arbres bicentenaires, des espaces verts entretenus et fleuris. Grâce à une position très centrale, le haras pourrait devenir un des jardins publics préférés des Tarbais. Les deux entrées actuelles (rue du Régiment de Bigorre et chemin de Mauhourat) pourront être complétées par un accès depuis la promenade du Pradeau permettant un échange avec le quartier de la Sède et le cours de Reffye.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Le site des Haras nationaux sera bientôt mis en vente », sur ladepeche.fr (consulté le 6 novembre 2015)
  2. « La ville de Tarbes achète le Haras », sur ladepeche.fr (consulté le 26 mai 2016)
  3. « Création par le RHP d'une section équestre militaire au haras », sur ladepeche.fr (consulté le 21 juillet 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]