Hantavirus (maladie professionnelle)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

La fièvre hémorragique due à un hantavirus peut être reconnue, en France, comme maladie professionnelle, sous certaines conditions.

Ce sujet relève du domaine de la législation sur la protection sociale et a un caractère davantage juridique que médical. Pour la description clinique de la maladie se reporter à l'article suivant:

Article détaillé : hantavirus.

Législation en Drapeau de la France France[modifier | modifier le code]

Régime général[modifier | modifier le code]

Fiche Maladie professionnelle

Ce tableau définit les critères à prendre en compte pour qu'une fièvre hémorragique due à un virus du groupe hantavirus soit prise en charge au titre de la maladie professionnelle

Régime Général[1]. Date de création : 16 février 1999

Tableau N° 96 RG

Fièvres hémorragiques avec syndrome rénal dues aux agents infectieux

du groupe hantavirus

Désignation des Maladies Délai de prise en charge Liste Limitative des principaux travaux susceptibles de provoquer ces maladies
Infections aiguës par hantavirus, se traduisant par une

insuffisance rénale aiguë ou un syndrome algique pseudo- grippal ou des manifestations hémorragiques, dont l'étiologie aura été confirmée soit par la mise en évidence du virus, soit par la présence d'anticorps spécifiques à un taux considéré comme significatif dans le sérum prélevé au cours de la maladie.

50 jours Tous travaux effectués par le personnel de soins et

assimilé et le personnel de laboratoire, susceptibles de mettre en contact avec le virus. Tous travaux exposant au contact de rongeurs susceptibles de porter ces germes, ou au contact de leurs déjections, ou effectués dans des locaux susceptibles d'être souillés par les déjections de ces animaux.

Date de mise à jour :

Régime agricole[modifier | modifier le code]

Fiche Maladie professionnelle

Ce tableau définit les critères à prendre en compte pour qu'une fièvre hémorragique due à un virus du groupe hantavirus soit prise en charge au titre de la maladie professionnelle

Régime Agricole[2]. Date de création : 30 janvier 1996

Tableau N° 56 RA

Fièvres hémorragiques avec syndrome rénal dues aux agents infectieux

du groupe hantavirus

Désignation des Maladies Délai de prise en charge Liste Limitative des principaux travaux susceptibles de provoquer ces maladies
Toute infection aiguë par hantavirus, notamment le syndrome grippal

algique et l'insuffisance rénale aiguë, confirmée par la présence d'immunoglobulines spécifiques dans le sérum prélevé pendant la maladie.

2 mois Travaux exposant aux rongeurs et à

leurs déjections :

  • travaux effectués en forêt ;
  • travaux de manipulation et de sciage

du bois ;

  • travaux exposant à des poussières

ou à de la terre souillées par les déjections de rongeurs ;

  • travaux dans des locaux

susceptibles d'abriter des rongeurs.

Date de mise à jour :

Les hantavirus sont des virus appartenant à la famille des Bunyaviridae, dont le virus Hantaan semble le représentant le plus dangereux. Il s'agit d'un virus enveloppé, de 180 à 115 nm de diamètre, caractérisé par des particules virales sphériques ou ovoïdes. Son ARN est monocaténaire, de polarité négative.

On connait 25 espèces virales antigéniquement distinctes qui sont responsables de plusieurs fièvres hémorragiques (dont la fièvre hémorragique de Corée en Amérique du Nord) généralement foudroyantes.

Données épidémiologiques[modifier | modifier le code]

Divers hantavirus ont été isolés chez des rats de plusieurs grandes villes d'Asie et d'Occident, notamment aux États-Unis et au Brésil;

  • les virus à l'origine du SPH ont été isolés dans les deux Amériques (Sin Nombre, New York, Black Creek Canal, Bayou, Laguna Negra, Andes) ;
  • le virus Hantaan circule principalement en Asie ;
  • le virus Puumala, en Europe, et le virus Séoul, partout dans le monde.

En Europe, l''hantaviose (néphropathie épidémique ou NE) )est transmise le plus souvent par voie respiratoire, via l'inhalation de particules virales émises à partir d'excrétions de petits rongeurs, ou contractée par suite d'une morsure de rongeur infecté ou encore à travers une effraction cutanée (par exemple griffure de la peau par une épine souillée par l'urine d'un rongeur. Le principal vecteur connu est le campagnol roussâtre qui vit dans les forêts, les bois feuillus, les taillis et sous les haies.

Comme pour la maladie de Lyme, également hébergée par de petits rongeurs, mais véhiculée par les tiques, le nombre de cas semble en élévation en Europe, notamment chez certaines populations à risque de par leur profession ou leur mode de vie (chasseurs, forestiers, naturalistes et personnes fréquentant les zones boisées)[3]. La salive et les excréments de rongeurs atteints semblent être les vecteurs de transmission du virus.

La transmission interhumaine d'hantavirus n'a jamais été signalée aux États-Unis, mais elle l'a été à titre exceptionnel en Argentine.

Données médicales[modifier | modifier le code]

Incubation[modifier | modifier le code]

  • 3 à 60 jours (14 à 30 jours en moyenne).

Symptômes[modifier | modifier le code]

  • La maladie débute par un état grippal banal, avec une fièvre élevée à 40 °C, des hémorragies sous conjonctivales, une prostration en raison des douleurs lombaires et/ou abdominales, des céphalées, ainsi qu'une anorexie et des vomissements;
  • Les hémorragies surviennent entre le troisième et le sixième jour, elles sont suivies d'une protéinurie, d'une hypotension artérielle et d'un état de choc;

Seuls les examens biologiques peuvent confirmer le diagnostic.

Traitement[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une maladie grave qui peut conduire au coma puis à la mort en l'absence de prise en charge thérapeutique. Le traitement est essentiellement symptomatique avec des antalgiques (ne contenant que du paracétamol pour ne pas accentuer l'hémorragie) pour calmer les maux de tête et contrôler la fièvre. Des complications peuvent apparaître si l’infection atteint les reins (fièvre hémorragique avec syndrome rénal (FHSR)) ou les poumons (Syndrome pulmonaire dû aux hantavirus (SPH) [4], qui s'accompagne de diarrhée avec un risque de détresse respiratoire sévère avec hypotension conduisant à la mort dans 40 à 50 % des cas. Les survivants guérissent en quelques semaines et retrouvent une fonction pulmonaire normale.

Les symptômes persistent généralement deux à trois semaines, mais la maladie est immunisante et les patients rescapés seront protégés d'une infection ultérieure par le même virus ou un virus proche.

Prévention, dans la nature et en laboratoire[modifier | modifier le code]

On conseille fréquemment de porter des gants, de désinfecter soigneusement toute plaie en zone à risque et de la protéger par un pansement, ainsi que se positionner dos au vent en présence de rongeurs morts ou vifs ou à proximité de leurs excréments ou de leur terrier[5].
Des cas de patients infectés en laboratoire ont été décrits dans plus de six pays (fin 1985, 126 cas de FHSR ainsi acquise avaient été signalés au Japon; en 1986, 4 cas étaient signalés au Royaume-Uni... généralement après exposition à des aérosols provenant de rongeurs infectés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « les tableaux du régime Général », sur Bossons futés
  2. « Tous les tableaux du régime Agricole », sur Bossons futés
  3. LELOUX Y. [2005]. Vivre dans les bois n’est pas sans risque. Chasse et Nature 97(6) : 11 (1 p.).
  4. [http:// www.phac-aspc.gc.ca/publicat/ccdr-rmtc/00vol26/rm2608fa.html Document] sur le syndrome pulmonaire dû au hantavirus au Canada, 1989-1999 - RMTC 26-08).
  5. Article de Forêt-Mail sur ce sujet

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sources spécifiques[modifier | modifier le code]

Sources générales[modifier | modifier le code]