Compagnons de saint Nicolas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hans Trapp)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Les compagnons de saint Nicolas sont divers personnages ou figures régionales qui accompagnent saint Nicolas en Europe centrale et occidentale. Ces personnages agissent comme antagonistes au saint patron qui distribue des cadeaux le 6 décembre, ou le 19 décembre pour l'Église orthodoxe utilisant le calendrier julien, aux enfants sages, menaçant de fouetter, punir ou enlever les enfants désobéissants.

Jacob Grimm (Deutsche Mythologie) a associé ce personnage à l'esprit du foyer pré-chrétien (kobold, elfe) qui pourrait être bienveillant ou malveillant, mais dont le côté malicieux a été souligné après la christianisation. Le distributeur de cadeaux associé aux elfes a des parallèles dans le folklore anglais et scandinave et est indirectement lié au lutin de noël du folklore américain[1].

Le Knecht Ruprecht, en Allemagne, aussi appelé ; Pelzebock ; Pelznickel ; Belzeniggl ; Belsnickel (en) dans le Palatinat (et aussi en Pennsylvanie, sous l'influence des colons, ou dans la ville brésilienne de Guabiruba[2]) ; Rumpelklas ; Hans Muff ; Drapp, Pelzbock en Rhénanie ; Houseker au Luxembourg et Ryszard Pospiech en Pologne[3],[4],[5],[6] correspond à un homme à la barbe brune, aux cheveux longs, à l'aspect sauvage, muni d'un long manteau, venu pour punir les enfants. Le Hans Trapp en Alsace[7] ou Schmutzli en Suisse alémanique (Schmutz signifiant « terre, saleté ») ressemble beaucoup au Knecht Ruprecht avec des attributs très codifiés. Dans ces régions bilingues, il est aussi appelé Père Fouettard.

La figure correspondante aux Pays-Bas, le Zwarte Piet[8],[9],[10] est très différente et représente un jeune valet grimé en noir. En Belgique francophone, en région bruxelloise et Wallonie, on l'appelle père Fouettard, ou encore Hanscrouf (écrit parfois Hanscroufe) en région liégeoise[11] (traduit littéralement en « Jean le Bossu »[N 1],[12]). C'est Hans Muff dans la région germanophone de Belgique. En France seule la commune de Dunkerque semble se rattacher au personnage du Zwarte Piet.

Dans le reste de la France, le compagnon de saint Nicolas est également le père Fouettard. Il s'appelle entre autres Ruppelz en Lorraine germanophone[13], reprend les mêmes attributs qu'en Alsace ou en Suisse mais de manière plus souple, sans son aspect rustre dialectophone ni poussièreux. Il a davantage l'aspect d'un vieillard et peut avoir une barbe blanche.

Enfin, le Krampus en Autriche, Bavière, Croatie, Slovénie, Frioul, Hongrie (orthographié Krampusz) aussi appelé Klaubauf en Bavière; Buzebergt à Augsbourg ; Bartel en Styrie est une créature surnaturelle maléfique. On retrouve cette forme dans l'ensemble de l'ancienne empire austro-hongrois ainsi qu'en Bavière. En République tchèque, saint Nicolas est ainsi accompagné du čert (diable) et de l'anděl (ange)[14],[15].

Hans Trapp, Knecht Ruprecht ou Schmutzli (Alsace, Allemagne, Suisse alémanique)[modifier | modifier le code]

Hans Trapp en Alsace (1953).
Saint Nicolas et Schmutzli en Suisse (2013).

Dans les traditions suisse et alsacienne, le personnage n'a pas de pouvoirs maléfiques ni surnaturels mais adopte l'image d'un rustre, sauvage, sale, sans éducation et muni d'une arme (fouet, chaîne, fusil, etc...) et le plus souvent d'un sac de charbon.

Dans la tradition alsacienne, le personnage de Hans Trapp (traduit en « Père Fouettard » en français et en Alsace romane) accompagne saint Nicolas, et parfois le Christkindel dans le nord de l'Alsace, lors de la tournée du soir du 5 décembre. Hans Trapp joue le rôle du méchant, saint Nicolas est fidèle à son rôle de protecteur des enfants et le Christkindel, lorsqu'il est présent, l'assiste distribuant ses présents[16],[17]. Hans Trapp, appelé aussi Père Fouettard, est déguisé de manière à passer pour un Alsacien rustre, bruyant et rural (ne s'exprimant souvent qu'en dialecte à l'inverse du saint Nicolas qui s'exprime aussi en français) ou pour un homme des bois (s'exprimant par des grognements). Il est souvent muni d'une chaîne ou d'un fouet et entre dans les villes de manière bruyante et terrifiante en criant et en faisant claquer sa chaîne ou son fouet.

Jules Hoches écrit à propos de Hans Trapp en 1897 :

« À côté de sa blanche compagne – le Christkindel –, il incarne, lui, une sorte de Lucifer, de délégué du diable, de croque-mitaine biblique, et il a pour attribut une verge à rameaux tricolores dont il menace les enfants qui ne sont pas disposés à tenir les promesses faites au Christkindel, son nom est Hans Tràpp et il ne parle que le patois d’Alsace[18]. »

À Wissembourg, le défilé du Hans Trapp, le soir du 4e dimanche de l”Avent, fait revivre chaque année ce sinistre personnage, précédé par les moines et de la population affolés. Il apparaît à cheval, hirsute, avec d’autres cavaliers, sur un fracas de percussions[19].

En Suisse alémanique, il est appelé Schmutzli, Schmutz signifiant « terre, saleté », et reprend les mêmes attributs et la même fonction que le Hans Trapp alsacien.

Père Fouettard ou Ruppelz (Lorraine et reste de la France)[modifier | modifier le code]

Hans Trapp - père Fouettard.

Selon la légende, le père Fouettard serait né à Metz en 1552 pendant le siège de la ville par l'armée de Charles Quint, les habitants de la ville firent une procession avec un mannequin à l'effigie de l'empereur à travers les rues avant de le brûler[20],[21],[22].

D'après une autre version, c’est en 1737, dans le Comté de Hanau-Lichtenberg qu’il apparaît pour la première fois. À l’origine de ce personnage, il y aurait pour les uns le maréchal Jean de Dratt (Hans von Trotha)[23].

Dans la chanson[modifier | modifier le code]

Jacques Lanzmann a écrit les paroles d'une chanson de Jacques Dutronc intitulée La fille du père Noël, évoquant les amours de cette dernière avec le fils du père Fouettard[24] ; ce titre figure sur le premier album (1966) du chanteur.

L'enterrement du père Fouettard est le titre d'une chanson de Maxime Le Forestier sortie en 1978[25].

Valérie Sarn a créé en 1980 une chanson enfantine intitulée Nicolas et Fouettard[26].

Père Fouettard ou Zwarte Piet (Pays-Bas et Belgique)[modifier | modifier le code]

Saint Nicolas et deux Zwarte Piet.

Le Zwarte Piet, en néerlandais et en flamand, ou Père Fouettard, pour les francophones, est l'assistant de saint Nicolas dans le folklore des Pays-Bas et de Belgique. Le nom de Zwarte Piet signifie littéralement « Pierre (le) Noir »[N 2].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Grimage d'un Zwarte Piet.

Il est grimé en noir et habillé de vêtements colorés de page du XVIe siècle ou XVIIe siècle, il porte parfois de gros anneaux dans les oreilles et est traditionnellement coiffé d'une perruque crépue[27],[28]. Aux Pays-Bas et en Flandre, la tradition veut que le grand saint arrive par bateau venu d'Espagne, avec son cheval blanc et son acolyte ; en Belgique francophone, par contre, saint Nicolas, accompagné du père Fouettard, se déplace avec un âne chargé des cadeaux[29].

Évolution[modifier | modifier le code]

À l'origine, le Zwarte Piet est associé à saint Nicolas comme étant le méchant qui distribue des punitions aux enfants désobéissants, alors que son compagnon offre des douceurs aux enfants sages[30],[31],[30]. Il apporte avec lui un martinet pour les fouetter et un sac de friandises. Une légende veut également qu'il ait un sac pour enlever les enfants qui ne sont pas sages avant de les emmener en Espagne[32]. Il est également nommé par saint Nicolas pour surveiller les enfants durant toute l'année.

Progressivement, son rôle s'est adouci. Certaines traditions récentes le présentent comme un assistant de saint Nicolas dans sa distribution de jouets. Alors que le saint est toujours majestueux, le Zwarte Piet se comporte parfois comme un acrobate ou un clown faisant des farces[33].

Origines[modifier | modifier le code]

La légende du dieu Odin — également orthographié Wodan — est vraisemblablement une inspiration pour le personnage de saint Nicolas[34],[35]. Odin chevauche un cheval blanc Sleipnir, vole dans les airs et est le chef de la chasse fantastique[34]. Or Odin est traditionnellement représenté comme étant accompagné par deux corbeaux noirs, Hugin et Munin[36] qui, comme le Zwarte Piet, sont des serviteurs pouvant rapporter à Odin ce qu'ils entendaient à la cheminée sur les comportements des mortels[37],[9],[38]. Au cours de la christianisation, le pape Grégoire Ier a fait valoir que les conversions étaient plus faciles si les gens étaient autorisés à conserver les formes extérieures de leurs traditions tout en affirmant que les traditions étaient en l'honneur du Dieu chrétien. La tradition de Saint-Nicolas serait l'une d'elles, qui transformerait Odin en un personnage chrétien[39].

Histoire[modifier | modifier le code]

Illustration du livre St Nikolaas en zijn knecht de Jan Schenkman (1850)
Saint Nicolas et Zwarte Piet armé d'un martinet, en 1917.

Le Zwarte Piet est probablement apparu au début du XIXe siècle dans le folklore des Pays-Bas. À l'origine, saint Nicolas était seul ou accompagné par le diable. Dans l'Europe de l'époque, il n'existait que peu de différences entre le diable et un Maure[40],[41]. Il ne pouvait y avoir qu'un seul et unique Zwarte Piet.

Jan Schenkman écrit en 1845 St. Nikolaas en zijn knecht (« St. Nicolas et son serviteur »). Le Zwarte Piet y est décrit comme un page et est dépeint comme un homme portant des vêtements sombres associées aux morisques. Dans la version de 1850 du livre de Schenkman, son aspect se rapproche beaucoup plus de son apparence actuelle. Le serviteur devient d'origine africaine, mais n'a pas encore de nom. Dans les éditions ultérieures, il porte le costume de page. Le livre est encore imprimé jusqu'en 1950 et peut être vu comme le fondement de la tradition actuelle, même s'il reprend beaucoup d'idées et de coutumes anciennes[42],[43].

Dans le livre Het Feest van Sinterklaas de 1891, le serviteur est nommé Piet. Jusqu'en 1920, plusieurs livres lui donnent d'autres noms, et son aspect varie considérablement lui aussi.

Selon une légende, saint Nicolas viendrait de l'Espagne maure. Suivant ce raisonnement, son serviteur viendrait également de cette région. Une autre explication serait les enlèvements perpétrés par des pirates d'Algérie et de Turquie le long des rivages à la recherche de chrétiens pour les vendre comme esclaves. Beaucoup d'enfants ont été effectivement enlevés sur les villes côtières et les îles[44].

Polémiques[modifier | modifier le code]

Depuis la mi-octobre 2013, le Zwarte Piet suscite de vives polémiques aux Pays-Bas[45],[46]. Effectivement, en janvier 2013, le Conseil des droits de l'homme des Nations unies — UNHRC — reçoit sur son site web des plaintes de personnes qui estiment que « le Père Fouettard perpétue une vision raciste et stéréotypée du peuple africain et des personnes d’origine africaine qui apparaissent comme des citoyens de seconde zone. » À l'international, ce point de vue avait déjà été relayé[47],[48].

À la suite de ces réclamations, l'UNHRC envoie un questionnaire aux Pays-Bas. Quatre enquêteurs de la commission sont chargés de découvrir dans quelle mesure le gouvernement a impliqué la société néerlandaise, y compris les Africains dans le choix du Zwarte Piet et de saint Nicolas comme symboles culturels. À la suite de ces polémiques, une partie de la population néerlandaise et de la population belge se mobilise pour apporter un soutien au Zwarte Piet[49]. Selon les sondages, une très large majorité des Néerlandais est attachée à la figure noire du Zwarte Piet[50]. Le Parti pour la liberté a déposé un projet de loi pour sanctuariser la couleur noire du personnage mais ce texte a été rejeté[50]. Le mouvement politique Bij1 (nl), engagé dans la lutte contre les discriminations, milite pour l’interdiction dans l’espace public du Zwarte Piet[50]. L'anthropologue néerlandaise Gloria Wekker étudie cette question dans une perspective historique liée à l'esclavage et relève la persistance des stéréotypes dans cet attachement à la figure du Zwarte Piet[51].

En octobre 2014, en Belgique, le Centre pour l'égalité des chances et la lutte contre le racisme s'est prononcé sur la question, « estimant qu'il n'y a pas d'intentions, de propos ou d'actes racistes dans cette tradition ». Il ajoute également qu'il s'agissait malgré tout d'une occasion de lutter contre les stéréotypes[52],[53]. Le mois suivant, pendant la visite annuelle de saint Nicolas à Gouda, une manifestation se produit sur ce site alors qu'un autre lieu a reçu l'autorisation pour accueillir cette manifestation. Ceci entraîne quelques heurts des différents partis. « Soixante personnes ont été interpellées pour avoir manifesté dans des lieux non autorisés, et trente autres pour avoir perturbé l’ordre public »[54].

Krampus (ancien empire austro-hongrois et Bavière)[modifier | modifier le code]

Krampus et saint Nicolas.

Krampus est représenté comme une créature démoniaque qui accompagne saint Nicolas, principalement en Europe centrale. Il agit souvent en relation avec ce dernier, saint Nicolas donnant des cadeaux aux enfants sages, alors que Krampus donne des avertissements et des punitions aux mauvais enfants[55].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En wallon croufe désigne la bosse du bossu.
  2. Piet signifie également « homme, garçon » et Zwartepiet est, en néerlandais, le nom du jeu du Valet noir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Christmas Eve Pre-Christian Traditions », sur abcog.org (consulté le 25 janvier 2019)
  2. (pt) « Pelznickel Guabiruba : A Terra do Pelznickel », sur Portal de Turismo de Guabiruba (consulté le 16 novembre 2019).
  3. Benjamin Thorpe, Northern mythology: comprising the principal popular traditions and superstitions of Scandinavia, north Germany, and the Netherlands (E. Lumley, 1852), 146.
  4. Phyllis Siefker, Santa Claus, last of the wild men: the origins and evolution of Saint Nicholas, spanning 50,000 years (McFarland, 1997), 82.
  5. Phyllis Siefker, Santa Claus, last of the Wild Men : the origins and evolution of Saint Nicholas, Jefferson, McFarland and Co., , 219 p. (ISBN 0-7864-0246-6, lire en ligne)
  6. Jacob Brown, Brown's Miscellaneous Writings, Printed by J.J. Miller (Cumberland, Maryland 1896), page 41.
  7. « la légende de Hans-Trapp », in Audrey Gaquin, Peuples et langues de France, Lanham, University Press of America, 1996 (ISBN 9780761801368)
  8. (nl) Frits Booy, « Lezing met dia's over 'op zoek naar zwarte piet' », sur www.sint.nl, (consulté le 5 décembre 2011).
  9. a et b (nl) Jaap Almekinders, « Wodan en de oorsprong van het Sinterklaasfeest » [archive du ], sur de-cirkel-van-nebra.clubs.nl, (consulté le 5 décembre 2011).
  10. (en) Christina Carlijn, « St. Nicolas and the tradition of celebrating his birthday », sur energyriver.com, (consulté le 5 décembre 2011).
  11. André De Bruyn, Histoire des rues et des lieux-dits de la commune de Saint-Nicolas : Montegnée - Saint-Nicolas - Tilleur, Liège, 2e édition, , 288 p. (lire en ligne), p. 229.
  12. L.P., « Mélanges », Bulletin de la Société liégeoise de littérature wallonne, vol. 2,‎ , p. 52 (lire en ligne, consulté le 17 novembre 2019).
  13. « La Saint Nicolas », sur culture-bilinguisme-lorraine.org
  14. Bruce David Forbes, Christmas : A Candid History, University of California Press,
  15. « St. Nicholas Center ::: Zie Ginds Komt de Stoomboot », sur www.stnicholascenter.org (consulté le 17 décembre 2018)
  16. http://www.noel-alsace.fr/traditions_de_noel/christkindel.php
  17. http://fr.franceguide.com/special/fetes-de-fin-d-annee/Alsace-De-l-Avent-a-l-Apres-Noel.html?NodeID=1422&EditoID=128166
  18. Rédacteur petite lanterne, « Hans Trapp, Jean de Dratt, Krampus, le père fouettard alsacien », sur blog.com, Le blog de la petite lanterne, (consulté le 3 septembre 2020).
  19. http://www.cc-pays-wissembourg.fr/hanstrapp.html
  20. http://stnicolasfanclub.free.fr/fouettard.php
  21. Claude Janel et Jacqueline Balland, Déodatie, l'ancien monde, Remiremont, Éditions Gérard Louis, 1993, (ISBN 2907016296), p. 223-225
  22. Pas d'erreur possible, le vrai père Fouettard est lorrain, Le Républicain lorrain,
  23. http://www.merci-facteur.com/saint-nicolas/qui-est-pere-fouettard-pour-saint-nicolas_e25.html
  24. « Qui est le père Fouettard ? », sur le-lorrain.fr, (consulté le 15 novembre 2019).
  25. « Paroles de la chanson enterrement du père Fouettard par Maxime Le Forestier », sur paroles.net (consulté le 15 novembre 2019).
  26. « Valérie Sarn - Nicolas et Fouettard », sur bide-et-musique.com (consulté le 16 novembre 2019).
  27. J. Helsloot, ‘Zwarte Piet is geen Afrikaanse slaaf maar een Saraceen’. Henk van Benthems nieuwe verklaring van de zwarte knecht van Sinterklaas (2012), p. 6
  28. (nl) « Sinterklaas & Zwarte Piet : De waarachtige geschiedenis », sur canvas.be, (consulté le 15 novembre 2019).
  29. Tiffany Sales, « Six choses que vous ignorez peut-être sur la Saint-Nicolas », sur sosoir.lesoir.be, (consulté le 16 novembre 2019).
  30. a et b « Waar komt Zwarte Piet vandaan? | NPO Focus », sur NTR Focus
  31. Frits Booy, Op zoek naar Zwarte Piet, Eindhoven 2003, p. 33, 42.
  32. Geen boeman verhaaltjes
  33. Meertens Instituut over Piet als kindervriend
  34. a et b (nl) Door Ernie Ramaker, « Wat heeft Sinterklaas met Germaanse mythologie te maken? », Historianet.nl, (consulté le 14 novembre 2019)
  35. « American Christmas Origins », Arthuriana.co.uk (consulté le 14 novembre 2019)
  36. Hélène Adeline Guerber (d. 1929), « huginn and muninn "Myths of the Norsemen" from », gutenberg.org (consulté le 14 novembre 2019)
  37. (nl) Frits Booy, « Lezing met dia's over 'op zoek naar zwarte piet' », sur www.sint.nl, (consulté le 5 décembre 2011).
  38. (en) Christina Carlijn, « St. Nicolas and the tradition of celebrating his birthday », sur energyriver.com, (consulté le 5 décembre 2011).
  39. (nl) « Sinterklaas is Wodan », sur www.boudicca.de (consulté le 5 décembre 2011).
  40. E. Boer-Dirks, "Nieuw licht op Zwarte Piet. Een kunsthistorisch antwoord op de vraag naar de herkomst", Volkskundig Bulletin, 19 (1993), pp. 1-35; 2-4, 10, 14.
  41. In Nikolauskult und Nikolausbrauch im Abendlande: Eine kultgeographisch-volkskundliche Untersuchung (Düsseldorf, 1931).
  42. (nl) « Jan Schenkman », sur www.dbnl.org (consulté le 5 décembre 2011).
  43. Jan Schenkman, « St Nicholas en zijn knecht », 1950.
  44. Joos Vermeulen, Sultans, slaven en renegaten, Acco, 2001.
  45. « Père Fouettard est-il un symbole raciste ? L'ONU enquête aux Pays-Bas », sur La Dernière Heure/Les Sports, (consulté le 25 octobre 2013)
  46. « Un Père Fouettard jugé trop raciste aux Pays-Bas », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  47. (en) David Sedaris, « Six To Eight Black Men », sur Esquire, (consulté le 27 novembre 2011)
  48. (en) Caroline Nelissen, « Dutch debate Sinterklaas' "Black Pete" », sur home.comcast.net, (consulté le 19 décembre 2012)
  49. « Le Père Fouettard raciste? Voici notre page Facebook qui le soutient... », sur Groupe Sudpresse, (consulté le 24 octobre 2013)
  50. a b et c Ludovic Lamant, « Aux Pays-Bas, l’opposant en chef au xénophobe Wilders est un écologiste », sur Mediapart, (consulté le 13 mars 2017).
  51. (nl) Asha ten Broeke, « Zwarte Piet », UT Nieuws, University of Twente, Enschede, Netherlands,‎ (lire en ligne, consulté le 11 février 2016)
  52. « Saint-Nicolas : Père fouettard peut rester noir », sur RTBF Info, (consulté le 3 septembre 2020).
  53. « Saint-Nicolas: Père fouettard peut rester noir », RTBF,‎ (lire en ligne, consulté le 18 avril 2019).
  54. « Les pro et anti Père fouettard s’affrontent aux Pays-Bas (vidéo) », sur Le Soir, (consulté le 16 novembre 2014).
  55. Beauchamp 2010, p. Présentation éditeur

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]