Hans Speidel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hans Speidel
Hans Speidel
Speidel en 1944.

Naissance
Metzingen, Wurtemberg, Empire allemand
Décès (à 87 ans)
Bad Honnef, Allemagne de l'Ouest
Origine Allemand
Allégeance Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Drapeau de la république de Weimar République de Weimar
Drapeau de l'Allemagne nazie Reich allemand
Drapeau : Allemagne de l'Ouest République fédérale d'Allemagne
Arme War Ensign of Germany (1903-1918).svg Deutsches Heer
War Ensign of Germany (1921-1933).svg Reichswehr
Balkenkreuz.svg Heer (Wehrmacht)
Flag of Germany.svg Heer (armée)
Unité Militärbefehlshaber Frankreich (de)
5e corps d'armée
groupe d'armées Sud
groupe d'armées B
Grade Generalleutnant
Général
Années de service 1914-1963
Commandement Allied Land Forces Central Europe (OTAN)
Conflits Première Guerre mondiale,
Seconde Guerre mondiale
Distinctions Ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne (Grand commandeur)
Croix de chevalier de la croix de fer
Croix allemande (Or)
Médaille militaire wurtembergeoise (de)
Autres fonctions Conjuré
Rommel, Speidel et Hans Sinnhuber au pas de Calais en 1944.

Hans Speidel est un officier général allemand, né le à Metzingen (Empire allemand) et mort le à Bad Honnef (’Allemagne de l'Ouest).

Il est l'un des rares généraux à avoir porté ce grade à la fois dans la Wehrmacht (l'armée de l’Allemagne hitlérienne) et dans la Bundeswehr (l’armée de l’Allemagne de l'Ouest créée en 1955). Hostile au système totalitaire nazi à partir des premières défaites, il est l'un des conspirateurs de l'attentat du ayant visé à assassiner Hitler, tout en parvenant à échapper à une exécution capitale, bien que suspecté et arrêté. Après le conflit mondial, au moment de la guerre froide, il devient le premier Allemand à occuper un des principaux postes du commandement militaire de l'Otan.

Biographie[modifier | modifier le code]

Avant 1939[modifier | modifier le code]

Il est le fils de d’Emil Speidel, un forestier.

Speidel s'engage comme volontaire dans l'armée impériale en 1914 au déclenchement de la Première Guerre mondiale et est rapidement promu Leutnant[a]. Il commande une compagnie durant la bataille de la Somme. À la fin de la guerre, il est adjudant, et a reçu la croix de fer et la médaille militaire wurtembergeoise.

Il reste dans l'armée après la guerre. Entre 1933 et 1935, il est attaché militaire de l’ambassade allemande à Paris. Il est promu Oberstleutnant[b] juste avant la Seconde Guerre mondiale.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Il sert pendant la campagne de France en et  ; il participe à la rédaction du traité d’armistice et accompagne Hitler lors de sa visite expresse de Paris en . En , il devient le chef d'état-major du général Otto von Stülpnagel, commandant en chef des troupes allemandes en France (Militärbefehlshaber Frankreich (de)). En , Speidel est envoyé sur le front de l'Est où il sert comme chef d'état-major du 5e corps d'armée. Il est chef d'état-major du groupe d'armées Sud en 1943, année où il est promu Generalmajor[c]. Le , il est promu Generalleutnant[d]. En , Speidel revient sur le front de l'Ouest en étant nommé chef d'état-major du groupe d'armées B sous les ordres du Generalfeldmarschall Rommel, responsable de la défense de la côte de la Manche, et s'installe à son quartier général au château de La Roche-Guyon. Quand Rommel est blessé au cours d’une attaque aérienne[e], Speidel garde le même poste auprès de son successeur, le Generalfeldmarschall von Kluge.

Il participe à l'attentat contre Hitler du mais, faute de preuves, réussit à échapper à la Gestapo. Il est néanmoins suspecté et arrêté le suivant et finalement accusé d'être impliqué dans le complot. Interrogé, il ne reconnaît rien et ne trahit personne. Speidel passe devant une cour d'honneur de l'armée mais Rundstedt, Guderian et Keitel décident de ne pas l'exclure de l'armée : il ne passe donc pas devant la redoutable cour du Peuple, le tribunal politique du régime nazi dirigé par le procureur Freisler, de sinistre réputation. Rommel, dans sa dernière lettre à Hitler du , appelle à la libération de Speidel mais ne reçoit pas de réponse. Speidel est détenu par la Gestapo pendant sept mois, tente de s'échapper, y parvient et reste caché dans l'attente de l'arrivée des Alliés. Le général von Choltitz s'adresse à lui pour mettre sa propre famille à l'abri des représailles collectives familiales[réf. nécessaire].

Speidel est libéré par les troupes françaises le .

Speidel faisait partie du premier cercle des conspirateurs de l'attentat du  : il est le seul à ne pas avoir été exécuté ni à s'être suicidé (sous la contrainte ou non). Son rôle dans le complot avait été d'obtenir le ralliement de Rommel. Dans son livre, Speidel explique l'implication de Rommel dans la tentative de renversement de Hitler : c'est Rommel qui, connu et respecté dans toute l'Allemagne, devait soit prendre la suite du Führer pendant une période de transition, soit prendre le commandement à l'Ouest et négocier avec les Alliés. Speidel explique la réticence de Rommel à tuer Hitler : il tenait à ce que Hitler soit traduit devant une cour de justice du peuple pour ses crimes et répugnait à le voir mourir d'une manière expéditive. Rommel s'est opposé à Hitler en lui envoyant des memoranda sur la situation désespérée à l'Ouest et, plus généralement, sur tous les fronts, l'invitant d'abord à se retirer sur des lignes défensives proches de l'Allemagne, puis à négocier avec les Alliés. Speidel précise que son dernier memorandum à Hitler (de ) l'invitait à tirer toutes les conséquences (militaires, et, sans oser le dire, politiques) de la situation[1].

Après guerre[modifier | modifier le code]

Speidel (à droite) en compagnie du ministre de la Défense de la RFA, Theodor Blank (centre), et du général Heusinger[f], le .

Après guerre, Speidel enseigne pendant quelque temps l'histoire moderne à Tübingen ; en 1950, il publie un livre, Le Débarquement de 1944 : Rommel et la campagne de Normandie. Ensuite, il participe à la création de la nouvelle armée allemande, la Bundeswehr qu'il rejoint, atteignant le grade de général quatre étoiles[g]. Il est nommé commandant en chef des forces terrestres de l'Otan pour le « Centre Europe » en , un commandement qu'il conserve jusqu'à sa retraite en .

En 1960, Speidel porte plainte contre un producteur de films qui le décrit comme ayant été dans le secret de l’assassinat du roi Alexandre Ier de Yougoslavie et de Louis Barthou, ministre français des Affaires étrangères, venu l'accueillir à sa descente de bateau à Marseille, et comme traître au maréchal Rommel pour l'avoir dénoncé auprès des nazis après le complot du . Il gagne ledit procès (Plato Films Ltd v Speidel [1961] AC 1090).

Il meurt à Bad Honnef en Rhénanie-du-Nord-Westphalie en 1984.

Speidel parlait couramment l'anglais et le français.

L'affaire Speidel[modifier | modifier le code]

Des fils de déportés français refusèrent d'effectuer leur service militaire sous les ordres de celui qu'ils jugeaient comme l'assassin de leur père (en tant que commandant en chef de l'Otan pour le Centre Europe, Speidel avait un temps autorité sur les armées françaises). Vingt-deux d'entre eux furent arrêtés et envoyés en prison, dont treize à la Fresnes. À la suite de nombreuses manifestations et de quatorze mois de prison pour le premier d'entre eux, Claude Marty, ils finirent par obtenir gain de cause, et furent envoyés effectuer leur service militaire dans les territoires d'outre-mer et dans les colonies françaises d'Afrique, là où les troupes françaises n'étaient pas sous l'autorité de Speidel. Jean-Claude Faipeur, qui fut l'un d'eux, a écrit un livre relatant cette affaire, Crimes de Fidélité.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Équivalent de sous-lieutenant en français. Cf. les codes OTAN des grades des officiers des armées de terre.
  2. Équivalent de lieutenant-colonel en français.
  3. Équivalent de général de brigade en français.
  4. Équivalent de général de division en français.
  5. La voiture de Rommel est mitraillée sur une route en ligne droite, par un Spitfire très probablement canadien.
  6. Comme Speidel, Heusinger était déjà général à l'époque du Troisième Reich. Il était d’ailleurs présent dans la salle de conférence de la Wolfsschanze où la bombe qui devait tuer Hitler, déposée par le colonel von Stauffenberg, a explosé le  : il n'y avait été que blessé, comme la plupart des personnes présentes dans la salle.
  7. La date de promotion à ce grade est le .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Hans Speidel, Invasion 44, J'ai lu.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]