Hans Selye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hans Selye
Komárom-Selye János-szobor.JPG

Buste de János Selye

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 75 ans)
MontréalVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activité
Autres informations
Membre de
Distinctions

Hans Selye (en hongrois János Selye) est né à Vienne (Autriche-Hongrie) le et mort à Montréal (Canada) le . Il est le fondateur et le directeur de l'Institut de médecine et chirurgie expérimentale de l'Université de Montréal et un pionnier des études sur le stress.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et famille[modifier | modifier le code]

Son père, Hugo Selye, était un chirurgien militaire hongrois et sa mère, Maria Felicitas Langbank, une femme du monde autrichienne[1]. La famille Selye étant plutôt aisée, Hans Selye a reçu une éducation de qualité et pouvait, déjà à l'âge de 4 ans, parler quatre langues[1]. Plus tard, la famille quitte Vienne et déménage à Komárom, où le jeune János finit ses études secondaires au collège des pères bénédictins de Komárno[2].

Formation[modifier | modifier le code]

En 1924, il devient étudiant en médecine à l'université de langue allemande de Prague (Université Charles de Prague)[3] et fait ensuite des stages à Paris et à Rome, où il pratique son français et apprend l'italien[4]. En 1929, il reçoit son doctorat en médecine[3] et il choisit la recherche plutôt que la pratique médicale, à la grande déception de son père qui espérait le voir prendre la relève de la clinique familiale[5]. Il travaille d'abord à l'Institut de pathologie de Prague, puis à l'Institut de pathologie expérimentale, où il acquiert, en tant que coopérateur, la pratique sur le terrain de la méthodologie expérimentale. En 1931, il reçoit un doctorat en chimie organique[6]. Grâce à la bourse du prix Rockfeller, il se rend aux États-Unis à l'Université Johns-Hopkins (1931), puis au Canada, à l'Université McGill (1931-1934) pour poursuivre ses études[6].

Carrière[modifier | modifier le code]

Entre 1934 et 1941, il est professeur adjoint de biochimie à l'Université McGill[6]. En 1945, il accepte un poste à la faculté de médecine de l'Université de Montréal, où il fonde l'Institut de médecine et de chirurgie expérimentale (IMCE) de l'Université de Montréal[7]. Il reste attaché à ce poste jusqu'en 1977, moment où il prend sa retraite[8]. Pendant ce temps, il a aussi été conseiller général en chirurgie pour l'US Army[9].

En tant qu'endocrinologue et inventeur de la théorie du stress[10], mot qu'il a lui-même introduit en médecine, Hans Selye a atteint une notoriété importante. En 1956, il publie Le Stress de la vie, livre avec lequel il enrichit la recherche en endocrinologie d’un nouveau concept diagnostique : le syndrome général d’adaptation, c'est-à-dire « l’ensemble des modifications qui permettent à un organisme de supporter les conséquences physiopathologiques d’un traumatisme naturel ou opératoire »[11]. Le stress fait ainsi son entrée dans le répertoire des pathologies du monde moderne et dans la langue française.

Hans Selye a écrit plus de 1 700 articles et 39 livres[8], dont The stress of life (1956, Le Stress de la vie), Stress without distress (1974, Le Stress sans détresse) et son autobiographie The stress of my life (1976, Le Stress de ma vie).

Mort[modifier | modifier le code]

Atteint de réticulosarcome (cancer à évolution rapide), il continue à travailler et à développer sa théorie sur le stress, mais décède finalement en 1982, à l'âge de 72 ans[12]. Il aurait, de beaucoup, survécu à l'âge prédit alors par la médecine pour cette maladie.

L'apport de Hans Selye[modifier | modifier le code]

Le père du concept du stress[modifier | modifier le code]

L'un des premiers chercheurs à s'intéresser au stress, il en fera l'objet d'étude de l'ensemble de sa carrière scientifique. Il a défini le stress comme étant « l'ensemble des moyens physiologiques et psychologiques mis en œuvre par une personne pour s'adapter à un événement donné »[13]. Il explique que « le changement brutal survenant dans les habitudes d'une personne, jusque-là bien équilibrée, est susceptible de déclencher un bouleversement dans sa structure psychique et même somatique »[13]. C'est dans ce contexte qu'il développe sa théorie du syndrome général d'adaptation.

Selye s'est intéressé au stress après avoir observé, lors de son internat à l'Université de Prague, que les patients présentaient tous le même syndrome : ils avaient tous l'air malade[14]. Il a étudié des organismes animaux et montré comment ceux-ci réagissent à divers types d'agressions[10]. Endocrinologue, il a remarqué le comportement des hormones corticosurrénales dans le système lors d'agressions violentes de l'organisme et il a tenté d'expliquer ce phénomène[10].

Il explique que l'organisme, en plus de répondre à des besoins spécifiques, répond de la même manière, à des besoins non spécifiques. Cette réponse de l'organisme se trouve à être le stress. Celui-ci permet à l'organisme de retrouver un équilibre lorsqu'il réagit à des stimuli[10] .

Selye met de l'avant le concept d'Eustress qui signifierait bon stress. Selon lui, il existerait un stress positif et un stress négatif. Un stress négatif ne permettrait pas un retour à l'équilibre, mais alimenterait l'état de détresse de l'organisme causé par les stimuli. Il est cependant possible de changer un stress négatif en stress positif[10].

Modèle de Selye[modifier | modifier le code]

Le modèle de Selye, ou « théorie du syndrome général d'adaptation », comprend trois phases où l'organisme répond à des agressions[15][12] :

  • Réaction d'alarme : l'organisme réagit à un agent stressant auquel il n'est pas adapté. Cette phase comprend une phase choc (état de surprise, symptômes d'altérité passive) et une phase contre-choc (l'organisme se défend contre l'agression) en réponse à la phase choc.
  • Phase de résistance : continuation de la phase contre-choc, l'organisme s'adapte à l'agent stressant qui se prolonge.
  • Phase d'épuisement : seuil où l'organisme cesse d'être en mesure de s'adapter au stimulus provoqué par l'agent stressant. Cette phase entraîne l'épuisement de l'organisme et peut mener à de graves troubles et maladies, voir même la mort.

Publications[modifier | modifier le code]

Voici une bibliographie partielle de ses ouvrages publiés :

  • 1943 : Encyclopedia of endocrinology Section 1, A.W.T. Franks
  • 1946 : Encyclopedia of endocrinology Section IV, Richardson, Bond Wright
  • 1947 : Textbook of Endocrinology, Acta Inc.
  • 1950 : Stress. The physiology and pathology of exposure to stress, Acta Inc.
  • 1952 : The story of the adaptation syndrome, Acta Inc. (en français L'histoire du syndrome général d'adaptation, Gallimard, coll. «L'avenir de la science», 1954
  • 1956 : The Stress of Life, McGraw Hill (en français Le Stress de la vie. Le problème de l'adaptation, Gallimard, coll. «L'avenir de la science», (1re éd. en 1962, 2e éd. en 1975).
  • 1964 : From dream to discovery, McGraw Hill (en français Du rêve à la découverte, La Presse, 1973)
  • 1965 : The Mast cells, Butterworths
  • 1971 : Hormones and resistance, Springer Verlag
  • 1974 : Stress without Distress, Lippincott Company (en français Stress sans détresse, La Presse, 1974)
  • 1976 : Le stress de ma vie, Éditions Stanké
  • 1976 : Stress, health and disease, Butterworths
  • 1979 : Cancer, stress and death, Plenunm Medical Book
  • 1980 : Selye's guide to stress research, Van Nostrand Reinhold

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Bien qu'il ne l'ai jamais gagné, il aurait été en nomination à 17 reprises pour le Prix Nobel[7].

Voici une liste non exhaustive de ses prix et distinctions :

Hommages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Andrée Yanacopoulo, Hans Selye ou la cathédrale du stress, Éditions Le Jour, , 430 p. (ISBN 9782890444829), p. 23-24
  2. Robert Sauvé, Dr. Hans Selye, Éditions LIDEC inc., , 58 p. (ISBN 9782760870604), p. 3
  3. a et b Andrée Yanacopoulo, Hans Selye ou la cathédrale du stress, Éditions Le Jour, , 430 p. (ISBN 9782890444829), p. 40-41
  4. Robert Sauvé, Dr. Hans Selye, Éditions LIDEC inc, , 58 p. (ISBN 9782760870604), p. 5
  5. Andrée Yanacopoulo, Hans Selye ou la cathédrale du stress, Éditions Le Jour, , 430 p. (ISBN 9782890444829), p. 49
  6. a, b, c, d, e, f et g « La recherche à l'UdeM », sur Université de Montréal (consulté le 12 septembre 2017)
  7. a et b « Sur les traces de «l'inventeur du stress» », sur UdeM Nouvelles, (consulté le 12 septembre 2017)
  8. a et b P0359 Fonds Hans Selye. Université de Montréal - Division de la gestion de documents et des archives. (présentation en ligne)
  9. (en) « Hans Selye », sur Concordia University (consulté le 12 septembre 2017)
  10. a, b, c, d et e Clémence Ruelle, « L’origine de la notion de stress : le modèle de Hans Selye et le « syndrome général d’adaptation » », Les éditions Tissot,‎ (lire en ligne)
  11. The Stress of Life (en français Le Stress de la vie, éd. Gallimard, ( éd. en 1962, 2e éd. en 1975)
  12. a et b Pauline Gravel, « Hans Selye, le Montréalais qui a expliqué le stress », Le Devoir,‎ (lire en ligne)
  13. a et b Hans Selye, Le stress de la vie (The Stress of life, 1956), Éditions Gallimard, , 464 p. (ISBN 9782070291915)
  14. Robert Sauvé, Dr. Hans Selye, Éditions LIDEC inc., 58 p. (ISBN 9782760870604), p. 7
  15. « Hans Selye et le stress », sur Philippe Goulois, (consulté le 13 septembre 2017)
  16. Ordre du Canada - Hans Selye, C.C., M.D., Gouverneur général du Canada.
  17. « Dr Hans Selye », sur Le temple de la renommée médicale canadienne (consulté le 12 septembre 2017)
  18. « L’apport historique du Dr Hans Selye est reconnu par le gouvernement canadien », sur UdeM Nouvelles, (consulté le 22 septembre 2017)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]