Hans Richter (artiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hans Richter.
Hans Richter
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
MinusioVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Mouvement
Distinction

Johannes Siegfried Richter dit Hans Richter, né le à Berlin en Allemagne et mort le à Minusio dans le district de Locarno en Suisse[1], est un peintre, sculpteur et cinéaste[2] d'origine allemande, naturalisé américain en 1971[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Hans Richter fait ses études à l'Académie des beaux-arts de Berlin en 1908, puis à l'Académie de Weimar en 1909.

Ses premiers contacts avec l'expressionnisme ont lieu grâce au groupe le Cavalier bleu en 1912 puis grâce au magazine Der Sturm. Lors de sa première exposition à Munich, en 1916, il se joint au groupe dada de Zurich. Artiste engagé, proche de la République des Conseils de Bavière, puis du mouvement communiste, Richter commence au début des années 1920 à peindre, sur rouleau, des rythmes abstraits qui s'animent (Preludium, 1919, Fugue 20, 1920). Grâce à ses recherches, il réalise un film abstrait Rhythmus 21, suivi de plusieurs autres films.

Il se rend aux États-Unis en 1941 où il se consacre à l'enseignement et au cinéma. Son film Rêves à vendre (Dreams That Money Can Buy), réalisé de 1944 à 1947 (avec Max Ernst, Fernand Léger, Man Ray, Marcel Duchamp, Alexander Calder) est l'un des classiques du cinéma surréaliste. Les éléments autobiographiques, l'exil en URSS, en Suisse, puis aux États-Unis et la rupture avec le communisme, y jouent un rôle important[3].

Puis Richter tourne 8 x 8 en 1956-1957, film-collage construit sur des poèmes dadaïstes des années 1916-1917. Continuant son œuvre picturale, il compose des toiles lyriques, très colorées. Il évolue ensuite vers une abstraction plus géométrique, dominée par un graphisme dépouillé, mais rythmé (Piccolo Castello, 1961). En 1963, il tourne également un court métrage (From the Circus to the Moon) sur Alexander Calder. Précurseur dès 1917 de la tendance lyrique de l'abstraction, il est l'une des figures les plus importantes du cinéma d'avant-garde.

En 1973, le documentaire télévisuel (28 min) Give chance a chance[4],[5] lui donne une dernière occasion de se confier.

Œuvres peintes[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire universel des noms propres - Le Robert, 1981
  • Notices biographiques détaillées de Marion von Hofacker dans Barbara Volkmann/Rose-France Raddatz (dir.), Hans Richter, 1888-1976 : Dadaist, Filmpionier, Maler, Theoretiker, Berlin, Akademie der Künste, exposition du 31 janv. au 7 mars 1982, p. 51-57, 94-101, 120-122

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « RICHTER, Hans (Johannes Siegfried Richter, dit) », sur ledelarge.fr (consulté le 9 juin 2015).
  2. (en) « Hans Richter », sur oxfordindex.oup.com (consulté le 9 juin 2015).
  3. GENTON François, « L’image libérée ou le cinéma selon Hans Richter », Patricia-Laure Thivat (dir.), « Peintres cinéastes », in Ligeia, no 97-100, janvier-juin 2010, p. 49-62.
  4. Voir sur re-voir.com.
  5. Voir sur imdb.com.
  6. HAGENER Malte, Moving Forward, Looking Back: The European Avant-Garde and the Invention of Film Culture, 1919-1939, 15 septembre 2007, Amsterdam University Press, p. 45.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) « RICHTER, Hans (1888 - 1975), Painter, pastellist, collage artist, draughtsman », notice du Dictionnaire Bénézit, lire en ligne, (ISBN 9780199899913).
  • Hans Richter (Donner une chance à la chance). Textes trilingues (Français, Italien, anglais), de Arturo Schwarz, Sandro Ricaldone et entretien Hans Richter, Yan Ciret "La caméra fantôme d'Hans Richter "from DAda to Hollywood". Editions Peccolo, 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]