Jean-Balthazar Keller

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les personnes ayant le même patronyme, voir Keller.
Jean-Balthazar Keller
Jean-Balthazar Keller.jpg

Jean-Balthazar Keller, commissaire des fontes de l'Artillerie Royale, gravure de Pierre Imbert Drevet d'après un dessin de Hyacinthe Rigaud

Naissance
Décès
Activités

Hans Johann Balthazar Keller vom Steinbock, dit Jean-Balthazar Keller, né en 1638 à Zurich et mort à Paris en 1702, est un sculpteur et un fondeur suisse.

Biographie[modifier | modifier le code]

Héritier d’une considérable famille suisse remontant au VIIIe siècle, Jean-Balthasar Keller naît à Zurich de Johann-Balthasar Keller vom Steinbock (1603-1657) et de Verena Wetzel (1617-1679). Bon dessinateur, il commence sa carrière dans l’orfèvrerie. À l’instigation de son frère Jean-Jacques, fondeur de canons au service de la France, il se rend à Paris en 1660 pour y exercer ce métier. Il est le premier qui ait osé couler d'un seul jet à cire perdue des ouvrages de grande dimension.

Keller réalise alors des statues pour le parc de Versailles. Il fond en bronze la statue équestre de Louis XIV conçue par Girardon[1], commandée par la ville de Paris[2], et une statue de rémouleur pour le jardin des Tuileries. En 1697, il est nommé commissaire général des fontes de l’artillerie du roi et inspecteur de la grande fonderie de l’arsenal royal à Paris. Quatre statues fondues par les frères Keller entre 1684 et 1686 ornent la façade de Mansart du Château de Versailles en 1701.

Le , il épouse Susanne de Boubers de Bernâtre, descendante une riche famille de Picardie. Keller meurt à Paris, le [3].

Son frère aîné Jean-Jacques Keller fut associé à tous ses travaux.

Iconographie[modifier | modifier le code]

Hyacinthe Rigaud peint deux portraits de Keller, en 1685[4] et en 1693.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Un modèle réduit en bronze est conservé au Louvre
  2. Ce que commémore la gravure de Pierre Imbert Drevet correspondant au portrait de Keller fait par Hyacinthe Rigaud en 1693
  3. Paris, archives de l'Arsenal [Z1m36 (no 4)]
  4. Pour 330 livres

Source[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Balthazar Keller » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie, (Wikisource)