Hans Jakob Christoffel von Grimmelshausen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hans Jakob Christoffel von Grimmelshausen
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Hans Jacob Christoffel von GrimmelshausenVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonymes
Israël Fromschmidt von Hugenfels, Samuel Greifenson von Hirschfeld, Simon Lengfrisch von Hartemfels, German Schleifheim von Sulsfort, Erich Stainfels von Frufensholm, Melchior Sternfels von FuchsheimVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
Site web
Œuvres principales
H.J.C von Grimmelshausen

Hans Jakob Christoffel von Grimmelshausen ( - ), écrivain allemand, est né à Gelnhausen dans le Palatinat du Rhin (entre le landgraviat de Hesse-Cassel et la principauté d'Isembourg) et mort à Renchen dans le margraviat de Bade, à une vingtaine de kilomètres de Strasbourg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Abenteuerliche Simplicissimus. 1

Il naît dans une famille bourgeoise de Gelnhausen (une ville libre d'Empire, située en actuelle Hesse)[1]. La famille Christoffel von Grimmelshausen est une vieille famille noble mais pauvre, originaire du village thuringien de Grimmelshausen sur la Werra et installée à Gelnhausen au 16ème siècle.

Le grand-père paternel de Hans Jakob est boulanger et aubergiste et renonça à sa noblesse et à son nom von Grimmelshausen en 1592, car sa profession était dérogeante, signifiant la perte de son statut et de ses privilèges nobiliaires.

Hans Jakob Christoffel fréquente l'école pendant environ 6 ans, jusqu'au pillage et la destruction de sa ville natale en 1634, pendant la guerre de Trente Ans, l'obligeant à fuir.

Commencent alors ses tribulations. L'extrême pauvreté, la solitude de la vie des réfugiés dans la forêt et les atrocités de la guerre lui fourniront les éléments autobiographiques de ses écrits. À 18 ans, il devient soldat, puis en 1648 secrétaire dans le régiment impérial du colonel Reinhard de Schauenburg, où il se convertit du luthéranisme au catholicisme et reprend le patronyme noble de ses ancêtres.

Grimmelshausen quitte l'armée après le traité de Westphalie. De 1649 à 1665, il est régisseur de domaines, puis devient magistrat écoutète à Renchen en Bade en 1665, quand il publie son premier livre, le Satyrischer Pilgram Joseph.

Il publie sous un pseudonyme en 1668 Der Abenteuerliche Simplicissimus Teutsch, d.h. die Beschreibung des Lebens eines seltsamen Vaganten, genannt Melchior Sternfels von Fuchsheim, connu en français comme Les Aventures de Simplicius Simplicissimus, le plus grand roman du dix-septième siècle allemand. Assez largement autobiographique, Simplicius Simplicissimus narre les tribulations absurdes et drolatiques de son héros éponyme à travers les péripéties de la guerre de Trente Ans (1618-1648). Le récit est entrecoupé de discours moraux sur les maux, hypocrisies et contradictions de l'époque baroque et ses conflits religieux.

Pseudonymes[modifier | modifier le code]

Liste de pseudonymes ou d'anagrammes de Christoffel von Grimmelshausen :

  • Samuel Greiffensohn von Hirschfeld
  • German Schleifheim von Sulsfort
  • Melchior Sternfels von Fuchsheim
  • Melchior Sternfels von Fugshaim
  • Philarchus Grossus von Trommenheim
  • Michael Rechulin von Sehmsdorf
  • Eric Steinfels von Grufenshohn
  • Simon Lengfrisch von Hartenfels
  • Israel Fromschmid von Hugenfels

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les trois autres œuvres importantes de Grimmelshausen sont des compléments à Simplicius Simplicissimus :

  • Trutz Simplex oder Lebensbeschreibung der Ertzbetrügerin und Landstörtzerin Courasche (1669), La Vagabonde Courage, dont Bertolt Brecht tirera Mère Courage et ses enfants.
  • Der seltzame Springinsfeld (1670)
  • Das wunderbarliche Vogelnest (1672)

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. ADB ; Pascal Quignard, « Préface », dans Grimmelshausen, Les aventures de Simplicissimus, Paris, Fayard, , p. 10

Liens externes[modifier | modifier le code]