Hans Heinrich Schaeder

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hans Heinrich Schaeder
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
GöttingenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Lieux de travail
Activités
Autres informations
A travaillé pour

Hans Heinrich Schaeder (né le 31 janvier 1896 à Göttingen et mort le 13 mars 1957 à Göttingen) est un orientaliste allemand, iranologue et historien des religions[1],[2]

Hans Heinrich Schaeder est le fils du théologien luthérien-évangélique Erich Schaeder[2]. Il est le frère d'Hildegard Schaeder et un cousin du théologien et islamologue Günter Lüling. Il fait une carrière de professeur à l'université de Königsberg, à l'université de Leipzig, à l'université de Berlin et à celle de Göttingen. Il a eu notamment comme étudiant Wilhelm Eilers[2]. Il s'est intéressé spécialement au manichéisme.

Quelques publications[modifier | modifier le code]

  • Avec Richard Reitzenstein: Studien zum antiken Synkretismus, 1926
  • Urform und Fortbildungen des manichäischen Systems, 1927
  • Iranische Beiträge, Halle, 1930.
  • Über einige altpersische Inschriften, Berlin, 1930.
  • Über die Inschrift des Ariaramnes, Berlin, 1931.
  • Iranica: 1. Das Auge des Königs; 2 vol., Berlin, 1934.
  • Der Manichäismus und spätantike Religion, in « Zeitschrift für Missionskunde und Religionswissenschaft », Jahrgang 50, 3, 1934.
  • Beiträge zur iran. Sprachgeschichte, in « Ungarisches Jahrbuch », vol. 15, 1935.
  • Gott und in der Mensch Verkündung Zarathustras, in « Corolla (Festschrift L. Curtius) », Stuttgart, 1937.
  • Die Religionen des alten Iran, en collaboration avec H.S. Nyberg, Leipzig, 1938.
  • Das Persische Weltreich, Breslau, 1941.
  • Der Iranische Zeitgott und sein Mythus, in « Der Deutschen Zeitschrift Morgenländischen Gesellschaft », vol. 95, 1941.
  • Firdosi und die Deutschen, conférence prononcée pour le millénaire de la naissance de Firdosi, in « Zeitschrift der Deutschen Gesellschaft Morgenländischen », vol. 12, part. 2 (vol. 88) Leipzig, 1943.
  • Die Kultur des Vorderen Orients, 2 vol., Francfort, 1973.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) Frank Griffel,  Rosenthal, Franz dans Neue Deutsche Biographie (NDB), volume 22, Berlin : Duncker & Humblot, 2005, p. 82. (lire en ligne) (Nebeneintrag)
  2. a, b et c Gert A. Zischka, Allgemeines Gelehrten-Lexikon - Biographisches Handwörterbuch zur Geschichte der Wissenschaften, in: Kröners Taschenausgabe, 306, Kröner, Stuttgart 1961, I-VIII & 1-710 S., ici p. 570

Source[modifier | modifier le code]