Hans Hörbiger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Hörbiger.
Hans Hörbiger.

Hans Hörbiger (Atzgersdorf Vienne - Mauer Vienne ) est un ingénieur, inventeur et idéologue allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hans Hörbiger passe son enfance auprès de sa mère en Carinthie. Il fréquente le Technologische Gewerbemuseum en génie mécanique à Vienne, mais ne peut pas suivre d’études supérieures pour des raisons financières. Après un emploi de dessinateur dans une entreprise de soupapes de précision en 1881 et une courte période militaire, il gagne provisoirement sa vie en tant que joueur itinérant de cithare. En 1884, il travaille de nouveau pour différents constructeurs de machines. Il se marie en 1889 et aura quatre fils. Paul et Attila Hörbiger seront acteurs.

À partir de 1891, Hörbiger, chez le constructeur de machines Lang à Budapest, approfondit les techniques de la chaleur et du froid. En 1896, il dépose un brevet de soupape à disques d’acier (connue depuis sous le nom de « soupape Hörbiger ») qui lui apporte une certaine aisance. Il s’intéresse à une soupape à disques de faible masse et actionnée par une bielle sans frottement destinée aux ventilateurs, les pompes et les compresseurs (brevet DRP 87267 du 7 août 1895). Comme la société Lang ne soutient pas sa découverte, il rejoint, avec l’aide de Siemens & Halske, un bureau d’études de construction à Budapest qui va s'établir en 1903 à Vienne avec pour activité la vente de licences à l’étranger.

Après 1918, les licences venant de l’étranger sont en chute libre et l’inflation des années 1920 mettent à mal sa fortune. Jusqu’à sa mort en 1931, il fait face à la crise, au prix de grandes difficultés, en tant qu’employé d’une société commerciale pour le service après-vente. Cette société existe encore aujourd’hui et est leader mondial pour les composants de compresseurs.

Doctrine de la glace éternelle[modifier | modifier le code]

Il est connu par le grand public en 1912 avec la publication de sa doctrine de la glace éternelle (Welteislehre ou WEL) écrite en collaboration avec l’astronome amateur Philipp Fauth sous le titre Hörbigers Glacial-Kosmogonie et sur laquelle il travaillait depuis 1894. En généralisant ses expériences sur la chaleur, il explique les phénomènes astronomiques par la lutte perpétuelle entre la glace et le feu et entre la force d'attraction et la force de répulsion. Il y a eu d'après lui 4 époques glaciaires correspondant à l'existence de 4 lunes successives, blocs de glace qui finissent par s'effondrer sur la Terre, et nous sommes dans le Quaternaire. À l'origine, un énorme satellite, un bloc de glace, qui s'écrase sur la Terre ; apparition d'un 2e satellite/bloc de glace, attiré par la gravité terrestre, et nous sommes dans le Primaire. Ce nouveau satellite tournait autour de la Terre à une énorme distance, donc moins de gravité, donc existence de végétaux et insectes géants puisque la taille se développe en fonction du poids que les espèces peuvent supporter ; écrasement de cette lune sur la Terre, puis apparition d'une autre et nous sommes dans le Secondaire, avec existence d'autres végétaux et d'animaux géants (fougères géantes, ptérodactyles et dinosaures) et humains géants dont parlent pratiquement toutes les légendes et religions du monde. Écrasement de cette 3e lune, évoluant plus près de la Terre, donc gravité supérieure, donc d'où disparition des dinosaures ; les eaux montent (le fameux Déluge raconté également dans toutes les légendes et religions), et les géants se sont réfugiés au sommet des plus hautes montagnes telles les Andes (ce qui expliquerait l'existence de ruines comme Tiahuanaco, faites de blocs gigantesques dont on n'explique pas comment ils ont été transportés et hissés) et le Tibet, où il est dit que sont enterrés dans une crypte 3 squelettes de géants (rapporté par Lobsang Rampa dans son livre "Le Troisième Œil" - 1957) ; nous sommes dans le Tertiaire. Écrasement de cette 3e lune, apparition d'une 4e lune, celle que nous connaissons, bien plus proche de la Terre, donc gravité moindre, donc nouvelles espèces de la taille actuelle.

L’ensemble de la voie lactée serait composée de blocs de glace qui se précipitent dans le soleil en créant les protubérances solaires, les météorites de glace fondent en entrant dans l’atmosphère terrestre et engendrent ainsi la pluie et la grêle. La lune elle-même, selon lui, est constituée de glace.

De nombreuses organisations attachées aux pseudo-sciences se créent et de haut-dignitaires du Troisième Reich adhèrent à cette conception du monde, surtout Heinrich Himmler par l’entremise de son centre de recherche, l’Ahnenerbe auquel Philipp Fauth est admis en 1938 avec le titre de professeur. Hitler considérait la théorie d'Horbiger comme "une science nordique et nationale-socialiste qui s'oppose à la science judéo-libérale". Plusieurs expéditions allemandes au Tibet ont été envoyées par les dignitaires nazis.

Les milieux scientifiques spécialisés ne prêtent guère attention à la WEL et réfutent, dès l’origine, ces observations. Philipp Fauth nomma un cratère lunaire « Hörbiger » dans ses ouvrages, mais ce nom fut abandonné en 1948 quand l'Union astronomique internationale le nomma « Deslandres ».

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Au milieu du XXe siècle, les théories d'Hörbiger ont été l'élément principal de la trame du roman de Hans Schindler Bellamy.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Hörbigers Glacial-Kosmogonie, - Kaiserslautern : Kayser, 1913
  • Wirbelstürme, Wetterstürze, Hagelkatastrophen und Marskanal-Verdoppelungen, - Kaiserslautern : Kayser, 1913

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]