Hans Delmotte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hans Delmotte
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Hans Delmotte (né le à Liège et mort en 1945) est un médecin SS belge du camp de concentration d'Auschwitz.

Éléments biographiques[modifier | modifier le code]

Issu d'une riche famille d'industriels[1], l'Obersturmführer[2] Hans Delmotte, était l'assistant de Josef Mengele[3] à l'Institut d'hygiène de la Waffen-SS. Au début, il a refusé de participer aux sélections, allant jusqu'à dire à ses supérieurs : « Vous pouvez m'envoyer au front ou me gazer, mais je ne le ferai pas »[4]. À la fin de l'automne 1944, il fut finalement persuadé de participer à des sélections. Pour sa thèse Delmotte s'est fait assister par un prisonnier juif docteur et professeur. Pour cette recherche, Delmotte a participé à des expériences de typhus sur des prisonniers à Auschwitz. Sa thèse « Contributions à la physiologie pathologique de la sécrétion gastrique dans la fièvre typhoïde » était déjà terminée en 1944.

Après l'évacuation d'Auschwitz en janvier 1945, Delmotte a brièvement continué à travailler à Dachau. En essayant de retourner en Belgique, il a été arrêté par des membres de l'armée américaine. Durant son transfert vers une prison, Delmotte est parvenu à se suicider en se tirant une balle[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en)/(de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Hans Delmotte » (voir la liste des auteurs) et de la page de Wikipédia en allemand intitulée « Hans Delmotte » (voir la liste des auteurs).

  1. Lustiger 2015.
  2. « Les SS servant à Auschwitz et leur devenir », Auschwitz, camp de concentration nazi, sur BS Encyclopédie (consulté le 26 octobre 2017).
  3. Walter Pauli, « À Auschwitz , Mengele avait un assistant belge », sur Le Vif, (consulté le 25 octobre 2017).
  4. (en) Robert Jay Lifton, The Nazi Doctors : Medical Killing and the Psychology of Genocide, New York, Basic Books, , p. 309.
  5. (en) Hermann Langbein, People in Auschwitz, University of North Carolina Press, coll. « The Erwin and Riva Baker Memorial Collection », , 549 p. (ISBN 0807828165 et 9780807828168).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (nl) Lieven Saerens, Haat is een deugd, Lannoo, , 256 p. (ISBN 9789401437790, présentation en ligne)
  • (en) Gila Lustiger, « The Ramp - Portraits of three normal people », dans The Inventory : A Novel, , 308 p. (lire en ligne).
  • (de) Ernst Klee, Auschwitz, die NS-Medizin und ihre Opfer, 3. Auflage. S. Fischer Verlag, Frankfurt am Main, 1997, (ISBN 3-596-14906-1).
  • (de) Ernst Klee, Das Personenlexikon zum Dritten Reich : Wer war was vor und nach 1945, Fischer-Taschenbuch-Verlag, Frankfurt am Main 2007. (ISBN 978-3-596-16048-8)
  • (en) Hermann Langbein, People in Auschwitz, Frankfurt am Main, Berlin, Wien, Ullstein, 1980, (ISBN 3-548-33014-2).
  • (en) Wacław Długoborski, Franciszek Piper (Hrsg.), Auschwitz 1940-1945. Studies on the History of the Concentration Camp and Death Camp Auschwitz. Verlag Staatliches Museum Auschwitz-Birkenau, Oswiecim 1999, (ISBN 83-85047-76-X).
  • (en) Mieczysław Kieta, The Hygiene Institute of the Waffen SS in Auschwitz, Hamburger Institut für Sozialforschung (Hrsg.) (Die Auschwitz-Hefte, Band 1), Hamburg, 1994; (ISBN 3-8077-0282-2).