Hans-Jürgen Greif

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hans-Jürgen Greif
Description de cette image, également commentée ci-après
Hans-Jürgen Greif (Québec, décembre 2015)
Naissance
à Völklingen
Activité principale
Auteur
Auteur
Langue d’écriture Allemand, français
Genres
Essais, nouvelles, romans

Hans-Jürgen Greif (né le à Völklingen, Sarre, Allemagne) est écrivain ainsi que professeur de littératures française et allemande et de phonétique allemande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études en langues et littératures romanes, en littérature allemande, en littérature comparée, en philosophie et en pédagogie, il obtient un doctorat en littérature italienne. Il devient professeur à l'université Laval de Québec en 1969, où il enseigne pendant 35 ans les littératures allemande et française (surtout le XIXe siècle). En , il est nommé professeur émérite de l'université Laval. C'est en que cette même université l'honore lors du premier gala Hommage aux créateurs[1].

Parallèlement à son enseignement universitaire, il travaille depuis 1970 avec les chanteurs du Conservatoire de musique de Québec. En 2006, il crée la Fondation Hans-Jürgen-Greif, qui octroie chaque année une importante bourse d'excellence (bourse Hans-Jürgen-Greif) au meilleur finissant du conservatoire.

Il est l'auteur d'une centaine d'articles académiques; ses nombreuses critiques littéraires sont publiées dans plusieurs revues. De plus, il a publié, autant en allemand qu'en français, des essais, des recueils de nouvelles, des romans. Plusieurs de ses livres et textes ont été traduits en français, anglais, espagnol, tamoul, allemand et polonais.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Essais, recueils de nouvelles et romans[modifier | modifier le code]

  • Das Thema des Todes in der Dichtung Ugo Foscolos, thèse de doctorat, Université de la Sarre, Saarbrücken, 1967.
  • Huysmans A Rebours und die Dekadenz, essai, Bouvier, Bonn, 1971.
  • Zum modernen Drama, essai, Bouvier, Bonn, 1973 (2e édition, 1975).
  • Siegfried Lenz: Das szenische Werk, essai, avec Wilhelm J. Schwarz, Francke, Bern, 1974.
  • Christa Wolf: Wie sind wir so geworden wie wir heute sind?, essai, Lang, Bern, 1978.
  • Kein Schlüssel zum Süden, récits, réflexions, Bläschke, St. Michael (Autriche), 1984.
  • L'Autre Pandore, roman, Leméac, Montréal, 1990.
  • Berbera, récits, réflexions, (traduction par Danielle Jacques du livre Kein Schlüssel zum Süden), Éditions du Boréal, Montréal, 1993.
  • Solistes, dix nouvelles, Éditions de l'instant même[2], Québec, 1997[3].
  • Literatur in Québec/Littérature québécoise - 1960-2000, anthologie, avec François Ouellet, Synchron Wissenschaftsverlag, Heidelberg, 2000.
  • Orfeo, roman, L'instant même, Québec, 2003 (2e édition, format de poche, L'instant même, 2013[4]).
  • La littérature québécoise - 1960-2000, essai, avec François Ouellet, L'instant même, Québec, 2004.
  • La bonbonnière, roman en portraits, avec Guy Boivin, L'instant même, Québec, 2007 (2e édition, Les 400 coups, Paris, 2008)[5].
  • Le jugement, roman, L'instant même, Québec, 2008[6].
  • Traduction anglaise d'Orfeo (par Fred A. Reed), Véhicule Press[7], Montréal, 2008.
  • Le chat proverbial, onze histoires, L'instant même, Québec, 2009[8] (2e édition, format de poche, L'instant même, 2014).
  • M., roman, L'instant même, Québec, 2010[9].
  • Job & compagnie, roman, L'instant même, Québec, 2011[10].
  • Das Urteil, roman, (traduction par l'auteur du livre Le jugement), Stämpfli Verlag[11], Bern, 2011.
  • Le temps figé, roman, avec Guy Boivin, L'instant même, Québec, 2012[12].
  • La colère du faucon, roman, L'instant même, Québec, 2013[13].
  • Échardes, quarante-quatre nouvelles, L'instant même, Québec, 2014[14].
  • Le photographe d'ombres, roman, L'instant même, Québec, 2015 [15].
  • Auf leisen Pfoten, onze histoires, (traduction par l'auteur du livre Le chat proverbial), Berlin-Verlag in der Piper Verlag GmbH, München/Berlin, 2015[16].
  • Complots à la cour des papes, trois novellas, L'instant même, Québec, 2016 [17].
  • Le pélican et le labyrinthe, roman, avec Guy Boivin, L'instant même, Longueuil, 2018[18].
  • Insoumissions, roman, Québec Amérique, Montréal, 2020[19].

Nouvelles parues dans des anthologies et des revues spécialisées, avec comité de lecture[modifier | modifier le code]

  • Die eifersüchtigen Liebhaber, dans Von Katzen und Menschen, anthologie éditée par Julia Bachstein, Frankfurter Verlagsanstalt, Frankfurt am Main, 1990, p. 89-112; reprise dans Phantastisch diese Katzen!, éditée par Rudolf Helmut Reschke, Bertelsmann, Gütersloh, 1994, p. 173-185.
  • Kleider machen Bücher, dans Das Buch der geheimen Leidenschaften, anthologie éditée par Julia Bachstein, Frankfurter Verlagsanstalt, Frankfurt am Main, 1991, p. 36-48.
  • Moulay Idriss, dans Queen's Quarterly, vol. 107, no 2, été 2000, p. 244-251[20].
  • Cœur d'oiseau, dans XYZ, La revue de la nouvelle, no 63, automne 2000, dossier dirigé par André Berthiaume, p. 63-70[21].
  • La souricière, tirée de Solistes, dans Ahornblätter 10, Marburger Beiträge zur Kanada-Forschung, Université de Marbourg, 1997, p. 17-35. [ (ISBN 3-8185-0224-2)]
  • Son dernier amant, tirée de Solistes, dans Anthologie de la nouvelle québécoise actuelle, éditée par Gilles Pellerin, L'instant même, Québec, 2003, p. 167-193[22]; reprise en espagnol sous le titre Su ultimo amante, dans Antologia de narradores de Quebec, Un continente a la deriva, seleccion y prologo Gilles Pellerin, Fondo de cultura economica, Mexico, 2003, p. 169-192[23]; reprise en tamoul par S.A. Vengada Subharaya Nayakar, dans Samhita Publications, s.1., 2010, p. 105-134[24]; reprise en polonais sous le titre Ostatni kochanek, dans Antologia wspolczesnej noweli quebeckiej, éditée par Krzysztof Jarosz et Joanna Warmuzinska-Rogoz, Presses de l'université de Katowice, 2011, p. 55 à 70.
  • Au pays du sourire, dans L'inconvénient, Les dessous de la télé-réalité, no 16, , p. 83-95[25].
  • Chocs, dans Aquitaine Québec, je me souviens, Le castor astral/L'instant même, Bordeaux et Québec, 2008, p. 115-123[26],[22]; reprise en espagnol sous le titre Impactos par Susana Gurovich, dans Quebec, escritores en la ciudad, Guadalquivir, Buenos Aires, 2011, p. 175-184.
  • La reine Cendrillon, dans Moebius, no 117, printemps 2008, sous le thème Musique!, dossier dirigé par Philippe Gervais, p. 53-72[27].
  • Le nouveau règne, publiée en avant-première dans Études littéraires, Les voix intérieures, vol. 39, no 3, automne 2008, dossier dirigé par Luis Thénon et Alain Beaulieu, p. 117-125[28]; reprise dans Ces mondes brefs, Pour une géocritique de la nouvelle québécoise contemporaine, de Christiane Lahaie, coll. «Essais», L'instant même, 2009, p. 320-331[22].
  • Un amateur d'art, dans Québec français, no 161, printemps 2011, sous le thème Littérature et peinture, dossier dirigé par Steve Laflamme, p. 45-47[29].
  • C'est ma fête!, dans XYZ, La revue de la nouvelle, no 106, été 2011, sous le thème Règlements de comptes, La loi du talion, dossier dirigé par Hélène Rioux, p. 30-36[21].
  • Bestiaire souterrain, dans Moebius, no 138, , sous le thème Québec, ville insolite, dossier dirigé par Marie-Ève Sévigny, p. 53-61[27].
  • Autodafé, dans XYZ, La revue de la nouvelle, no 116, hiver 2013, sous le thème Nouvelles d'une page, dossier dirigé par David Dorais, p. 37[21].
  • Frontières, dans Villa Europa, no 5, 2014, sous la direction de Valérie Deshoulières, en collaboration avec Cornelia Schmidt, Universaar (Presses universitaires de la Sarre), Saarbrücken, p. 67-70.
  • Un mariage à la campagne, dans XYZ, La revue de la nouvelle, no 122, été 2015, dossier dirigé par David Dorais, p. 46-48[21].
  • Le ciel partagé, dans L'amour au cœur de la vie, Québec Amérique, hiver 2017, dossier dirigé par Valérie Harvey, p. 201-219[30],[31].
  • Le tournant, dans Derrière les apparences, L'instant même, , dossier dirigé par Philippe Mottet, p. 47-55[32].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Œuvres dédiées[modifier | modifier le code]

  • Habiter la littérature, mélanges offerts à Hans-Jürgen Greif, Collectif, L'instant même, Québec, 2016 [36].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Université Laval
  2. http://www.instantmeme.com/ebi-addins/im/ViewAuthor.aspx?id=363 L'instant même
  3. http://www.ql.umontreal.ca/archives/qlv4n18cu.html#solistes
  4. http://www.instantmeme.com/MyScriptorAdmin/archivesEvenementsPublications.asp?u=993710
  5. « Dégénérations », sur Le Devoir (consulté le 15 août 2020).
  6. https://www.ledevoir.com/motcle/hans-jurgen-greif
  7. http://www.vehiculepress.com Véhicule Press
  8. « Des chats et des hommes », sur Le Devoir (consulté le 15 août 2020).
  9. « La mort lui va si bien », sur Le Devoir (consulté le 15 août 2020).
  10. « Littérature québécoise - Job l'insoumis », sur Le Devoir (consulté le 15 août 2020).
  11. http://www.staempfliverlag.com Stämpfli Verlag
  12. http://m.ledevoir.com/culture/livres/347362/litterature-quebecoise-le-bel-age
  13. « Hans-Jürgen Greif, l’enfance sous la guerre », sur Le Devoir (consulté le 15 août 2020).
  14. « Ironies du sort », sur Le Devoir (consulté le 15 août 2020).
  15. « Hans-Jürgen Greif publie Le photographe d’ombres », sur Info-Culture.biz, (consulté le 15 août 2020).
  16. (ISBN 978-3-8333-1033-1)
  17. « Conspirations, inspiration », sur Le Devoir (consulté le 15 août 2020).
  18. «Le pélican et le labyrinthe»: deux vies face à des vents ... - Le Devoir https://www.ledevoir.com
  19. https://ici.radio-canada.ca/premiere/emissions/premiere-heure/segments/entrevue/200036/hans-jurgen-greif-insoumissions-livre-immigration-universite-laval
  20. Queen's Quarterly
  21. a b c et d XYZ
  22. a b et c L'instant même
  23. ; Fondo de cultura economica
  24. Samhita Publications
  25. L'inconvénient
  26. Le castor astral
  27. a et b Moebius
  28. Études littéraires
  29. Québec français
  30. [1]
  31. http://www.nomadesse.com/livres_amour.html
  32. « Derrière les apparences » [livre], sur Diffusion Dimedia (consulté le 15 août 2020).
  33. [2]
  34. [3]
  35. [4]
  36. http://www.instantmeme.com/ebi-addins/im/ViewBooks.aspx?id=3127

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :