Hans-Adolf Prützmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hans-Adolf Prützmann
Hans-Adolf Prützmann
Hans-Adolf Prützmann

Naissance
Pologne
Décès (à 43 ans)
Origine Flag of the German Reich (1935–1945).svg Allemagne
Grade SS-Obergruppenführer
Conflits Seconde Guerre mondiale
Autres fonctions HSSPF Russie Nord - Russie Sud

Hans-Adolf Prützmann né le à Tolkmicko (Prusse-Orientale), mort le à Lunebourg est un homme politique allemand et un officier SS-Obergruppenführer. Il fut Höherer der SS und Polizeiführer (HSSPF) de Russie Nord puis de Russie Sud et Höchste der SS und Polizeiführer (HöSSPF) d'Ukraine en 1943.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études en agronomie à Göttingen, il entre dans les Freikorps de 1918 à 1921. Il prend une part active dans les Insurrections de Silésie puis travaille comme fonctionnaire agricole pendant sept ans. En 1929 il adhère à la SA. Il quitte la SA en 1930 et rejoint la SS. Il est nommé chef du 18erégiment SS. En 1932 il est élu député au Reichstag sous la république de Weimar et réélu en 1933 sous le Troisième Reich. Il est promu en novembre 1933 Brigadeführer SS et en 1934 Gruppenführer SS. Il est nommé chef de la division suprême SS Sud-Ouest à Stuttgart puis de 1937 à 1941 la division suprême SS Nord-Est SS.

En 1941 il est nommé lieutenant général de police puis au mois de juin HSSPF en Lettonie. Entre le 12 et 15 juin 1941 accompagné des autres HSSPF de Russie il rencontre Heinrich Himmler au château de Wewelburg qui leur dit:

« c'est une question d'existence, donc ce sera un combat racial d'une sévérité sans pitié au cours duquel 20 à 30 millions de Slaves et de Juifs périront dans des actions militaires et des crises d'approvisionnement alimentaire[1] »

.

Le 25 juillet 1941 Himmler fait savoir à Prützmann qu'il faut créer au plus vite une unité de combat sur le front de l'Est composée de Baltes, de Biélorusses et d'Ukrainiens. Le 31 juillet 1941 à Riga le Reichsführer-SS lui donne de nouvelles directives concernant le traitement des Juifs dont une qui précise que la « totalité de l'Ostland soit immédiatement nettoyée de ses Juifs à près de 100% »[2]. En novembre 1941 il remplace Friedrich Jeckeln au poste de HSSPF de Russie Sud. En octobre 1943 il est nommé Chef suprême des SS et de la police (HöSSPF) d'Ukraine.

En septembre 1944 il est nommé auprès d'Himmler inspecteur général pour la défense spéciale et met sur pied à ce titre le mouvement Werwolf[3](loup-garou) une organisation de résistance clandestine pour d'une part maintenir en place la SS et le parti nazi pendant l'occupation de l'Allemagne par les alliés et d'autre part mener des actions de guérilla contre les armées alliées et liquider les collaborateurs et les déserteurs allemands. Il constitue un état-major de 200 hommes. En novembre 1944 son mouvement avec l'appui de l'Institut de technique criminelle (Kriminaltechnische Institut) planifie l'empoisonnement des troupes d'occupation. Une centaine de soldats américains et russes meurent empoisonnés par des boissons frelatées[4].

Capturé fin avril 1945 par les Alliés, il se suicide le .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Christopher Browning (trad. Jacqueline Carnaud et Bernard Frumer), Les origines de la Solution finale [« The origins of the Final Solution : the evolution of Nazi Jewish policy »], Paris, Les Belles Lettres, coll. « Points / Histoire », (ISBN 978-2-251-38086-5 et 978-2-757-80970-9, OCLC 437049787, présentation en ligne)
  2. Christopher Browning op.cit.661
  3. Ce nom a été choisi en référence au roman le Loup-garou de Hermann Löns (1910) qui décrit le combat de francs-tireurs paysans contre les occupants pendant la guerre de trente ans (Thierry Féral, Le "nazisme" en dates novembre 1918-novembre 1945, Paris, L'Harmattan, coll. « Allemagne d'hier et d'aujourd'hui », , 508 p. (ISBN 978-2-296-11460-9, OCLC 690687064, lire en ligne) p. 439
  4. Christian Ingrao, Croire et détruire : les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, le Grand livre du mois, (ISBN 978-2-286-06980-3), p. 394-395

Liens externes[modifier | modifier le code]