Hanka Kupfernagel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hanka Kupfernagel
Hanka Kupfernagel GPLM 2009.jpg

Au Grand Prix Lille Métropole 2009

Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (42 ans)
GeraVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Équipe actuelle
Itera-Stevens
Équipes professionnelles
1999 The Greenery Hawk
2000 Bulls[1]
2001-2003 Nürnberger Versicherung
2004-2005 Vlaanderen-Capri Interim
2006-2008 Focus
Principales victoires

Jersey rainbow.svg 4 championnats du monde de cyclo-cross
Jersey rainbow.svg Championne du monde du contre-la-montre

médaille d'argent Médaille d'argent de la course en ligne des Jeux olympiques
Cyclo-cross de Francfort en 2008

Hanka Kupfernagel, née le à Gera, en Allemagne de l'Est, est une ancienne coureuse cycliste allemande. Polyvalente, elle court sur route, sur piste, en VTT et en cyclo-cross. Sur route, elle est numéro mondiale de 1997 à 1999, médaillée d'argent aux Jeux olympiques de Sidney sur route, ainsi que championne du monde du contre-la-montre en 2007. En cyclo-cross, elle est quadruple championne du monde de la discipline et a été médaillée huit fois consécutivement lors des championnats du monde. Au total, durant sa carrière qui s'étire sur plus de vingt ans, elle remporte dix-huit médailles lors de championnats du monde, une médaille d'argent olympique et trente-cinq titres de championne d'Allemagne[2]. Son frère Stefan Kupfernagel est également professionnel sur route dans les années 2000.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hanka Kupfernagel grandit à Neustadt an der Orla et commence le cyclisme à l'âge de onze ans. Elle est repéré par l'entraîneur Ulrich Kramer et obtient le droit d'intègrer l'école du sport étatique SG Wismut Gera deux ans plus tard[3].

En 1991 et 1992, elle obtient des titres de championne du monde juniors sur piste. Elle se concentre ensuite sur la route.

En 1999, Hanka Kupfernagel prend le départ du Grand Prix Suisse féminin avec dix-huit points d'avance sur Anna Wilson au classement de la Coupe du monde. Hanka Kupfernagel est victime d'une crevaison peu avant l'amorce du dernier tour. Vera Hohlfeld ouvre le sprint. Anna Wilson remporte la course, devançant Hanka Kupfernagel d'une vingtaine de centimètres. Cela lui permet de gagner la Coupe du monde[4]. Un peu plus tard, elle termine cinquième des championnats du monde du contre-la-montre[5].

Elle fait alors partie de l'équipe Greenery Hawk Team où ne courent que des coureuses étrangères. Lors d'une entrevue, Torsten Wittig, mari de Hanka Kupfernagel, montre son dédain pour les autres athlètes allemande comme Judith Arndt ou Petra Rossner. Hanka Kupfernagel veut aller aux championnats du monde mais avoir un rôle d'électron libre. Wittig affirme également que sa femme a été contrôlée pas moins de 33 fois au court de l'année 1999. Enfin, il critique le fait que les médias ne s'intéressent qu'à Jan Ullrich malgré le palmarès d'Hanka[6].

Spécialiste du cyclo-cross, elle préfère les circuit boueux avec beaucoup de section avec le vélo porté plutôt que les circuits roulants[3].

En 2004, elle retourne sur piste et participe à aux manches de Coupe du monde de Manchester et Moscou. Elle y obtient trois troisième places, mais ne parvient pas à se qualifier pour les Jeux olympiques. À la Flèche wallonne, Sonia Huguet attaque à six kilomètres de l'arrivée. Elle est suivie par Hanka Kupfernagel. Elles abordent le mur de Huy en tête. Derrière Margaret Hemsley a effectué un gros travail pour sa leader Judith Arndt en menant le peloton, mais l'écart est trop important. Hanka Kupfernagel maintient un rythme élevé dans le début de l'ascension mais Sonia Huguet la double dans la partie la plus pentue. L'Allemande finit deuxième[7].

L'année suivante, elle est victime d'un Burn-out et doit mettre en pause sa carrière durant plusieurs mois.

Le , elle prend officiellement sa retraite des courses sur route lors de l'événement Après Tour Gera[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

En 2000, Hanka Kupfernagel se sépare de son mari Torsten Wittig, qui était également son entraîneur et manageur[8]. Elle vit ensuite avec Mike Kluge jusqu'en automne 2009. Lui aussi devenant son entraîneur et manageur[9],[10].

Palmarès en cyclo-cross[modifier | modifier le code]

Palmarès sur route[modifier | modifier le code]

Par années[modifier | modifier le code]

Classements UCI[modifier | modifier le code]

Année 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Classement UCI[11] 1re[12] 2e[13] 1re[14] 2e[15] 40e[16] 14e[17] 64e[18] 50e[19] - [20] 74e[21] 14e[22] 113e[23] 105e 86e 70e 28e 256e -

Palmarès en VTT[modifier | modifier le code]

  • 2006
    • 3e du championnat d'Allemagne de cross-country
  • 2007
    • MaillotAlemania.PNG Championne d'Allemagne de cross-country

Palmarès sur piste[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. D'après le classement UCI
  2. a et b (de) Andreas Waldera, « Hanka Kupfernagel hängt ihre Rennradschuhe an den Nagel! », sur velomotion.de,‎ (consulté le 6 novembre 2016)
  3. a et b (de) « Hanka Kupfernagel: Das Multitalent », sur Spox.com,‎ (consulté le 6 novembre 2016)
  4. (de) « Hanka Kupfernagel verpasst Weltcup-Gesamtsieg », sur Spiegel (consulté le 6 novembre 2016)
  5. (de) « Die Rebellin ist müde », sur Abendb Blatt (consulté le 6 novembre 2016)
  6. (de) « Hanka Kupfernagel will mit einem Sieg bei der Straßen-WM ihre Kritiker Lügen strafen Solo für zwei », sur Berliner Zeitung,‎ (consulté le 6 novembre 2016)
  7. (en) « 7th Women's Flèche Wallonne - CDM », sur cycling news (consulté le 6 décembre 2016)
  8. (de) « Radsportlerin Hanka Kupfernagel auf Teamsuche », sur RP-online.de (consulté le 6 novembre 2016)
  9. (de) « Die Großen von Gestern: Mike Kluge », sur badische-zeitung.de,‎ (consulté le 6 novembre 2016)
  10. (de) « Kupfernagel: Saisoneinstieg & Trennung von Kluge », sur bikesportnews.de,‎
  11. (en) « Ranking - Cycling - Road 2014 », sur UCI (consulté le 27 août 2014)
  12. « UCI Women's Road/Route Rankings/classements- Individual- 31.12.97 », sur Oldside.uci (consulté le 8 novembre 2016)
  13. « UCI Women's Road/Route Rankings/classements- Individual - 7.10.98 », sur uci (consulté le 29 juin 2014)
  14. « Femmes Elite - EliteWomen : Individual - 9.10.1999 », sur uci (consulté le 29 juin 2014)
  15. « Femmes Elite - Elite Women : Individual - 14.10.2000 », sur uci (consulté le 29 juin 2014)
  16. « Classements: - 13.10.2001 - Women », sur uci (consulté le 29 juin 2014)
  17. « Classement Route - Individuel - Femmes élite », Union cycliste internationale,‎ (consulté le 12 mai 2013)
  18. « Classement Route - Individuel - Femmes élite », Union cycliste internationale,‎ (consulté le 12 mai 2013)
  19. « Classement Route - Individuel - Femmes élite », Union cycliste internationale,‎ (consulté le 12 mai 2013)
  20. « Classements Route UCI 2005 - Classement Individuel - Femmes Elite », Union cycliste internationale,‎ (consulté le 12 mai 2013)
  21. « Classements Route UCI 2006 - Classement Individuel - Femmes Elite », Union cycliste internationale,‎ (consulté le 12 mai 2013)
  22. « Classements Route UCI 2007 - Classement Individuel - Femmes Elite », Union cycliste internationale,‎ (consulté le 12 mai 2013)
  23. « Classements Route UCI 2008 - Classement Individuel - Femmes Elite », Union cycliste internationale,‎ (consulté le 12 mai 2013)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :