Haneen Zoabi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Sameh Zoabi.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Zoabi.

Haneen Zoabi
Illustration.
Haneen Zoabi en 2012.
Fonctions
Députée à la Knesset
En fonction depuis le
(10 ans, 5 mois et 7 jours)
Élection 10 février 2009
Législature 18e, 19e, 20e
Biographie
Date de naissance (50 ans)
Lieu de naissance Nazareth
Drapeau d’Israël Israël
Nationalité Israélienne
Parti politique Liste unifiée
Balad[1] (al-Tajamu)
Religion Musulmane
(non pratiquante)[2]

Haneen Zoabi, également nommée Hanin Zoabi[1], Hanin Zoubi, Hanin Soabi, en arabe : حنين زعبي, DIN 31635 Ḥanīn Zuʿbī et en hébreu : חנין בתולה זובי, née le à Nazareth en Israël, est une femme politique arabe israélienne, députée de la Knesset depuis 2009.

Biographie[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Haneen Zabi est une musulmane sunnite élevée à Nazareth dans une famille pratiquante, libérale et non-traditionnelle : une mère, Aïcha, mathématicienne et un père avocat, Farouk, qui mettent l'accent sur l'éducation et les études[3]. Sa soeur est également avocate, son frère est spécialiste en langue arabe et son autre frère est docteur en économie, diplôme obtenu à l'Université de Tel Aviv[4].

Elle est un parente de (en) Seif el-Din el-Zoubi, ancien maire de Nazareth et membre du Mapaï à la Knesset entre 1949 et 1959, et de 1965 à 1979, d'(en) Abd el-Aziz el-Zoubi, ministre adjoint de la Santé et premier membre arabe d'un gouvernement israélien et d'(he) Abd al-Rahman Zoabi, juge israélien à la Cour suprême d'Israël jusqu'en 2002[5],[6].

Après une scolarisation en primaire à Nazareth et aux écoles de St Joseph, Haneen étudie la psychologie et la philosophie à l'Université de Haïfa pour l'obtention d'un diplôme de premier cycle, puis la communication et les media à la prestigieuse Université hébraïque de Jérusalem [4],[7].

Elle devient enseignante dans des écoles au niveau secondaire et tertiaire et superviseur dans le système scolaire arabe mais également professeur de mathématiques et inspectrice des écoles pour le ministère de l'Education israélien[8]. En 2003, elle co-fonde I'ONG l'lam, un centre de médias pour les Palestiniens arabes en Israël, qu'elle dirige pendant six ans, avant de quitter ce poste pour prendre son siège au Parlement israélien[4].

Engagement politique[modifier | modifier le code]

Haneen Zoubi en 2009

Insatisfaite des conditions de vie des Palestiniens ou des arabes israéliens et de leur manque de représentativité au sein de la société israélienne[4], désireuse de voir s'établir un Etat palestinien indépendant[9] ou un Etat partagé à égalité entre Juifs et arabes[10], Haneen Zabi s'investit en politique en rejoignant le parti Balad (al-Tajamu) en 2001 puis devient à 40 ans députée membre de la Knesset en février 2009 dans ce parti israélo-arabe à l'Assemblée nationale démocratique. Elle est la première femme élue sur la liste d'un parti arabe au parlement israélien (ses prédécesseurs arabes féminins l'étaient dans un parti mixte) qui comprenait alors onze autres arabes israéliens dans ses bancs - et dix-sept en 2018[11].

À la 18e cérémonie d'investiture à la Knesset, le 24 février 2009, elle quitte le plenum avant le chant de la Hatikva (l'Espérance), l'hymne national israélien : « L'Hatikva ne me représente pas », dit-elle plus tard[12]. Elle décrit aussi les politiques Avigdor Lieberman, Tzipi Livni et Benjamin Netanyahu comme « un groupe de fascistes purs et simples »[13].

En 2009, elle rencontre le mouvement Code Pink et la Coalition israélienne des femmes pour la paix puis s'engage dans une série de conférences à l'étranger comme notamment à l'Université de Melbourne, sur le thème de « Israël est-il un pays raciste ? », organisée par Students for Palestine et Australians for Palestine[4].

Elle considère que l'Occident devrait prendre langue avec le Hamas qui gouverne la bande de Gaza plutôt que le boycotter comme organisation terroriste, ce qu'il n'est pas, selon elle, et que la communauté internationale ne peut pas se considérer comme médiateur neutre si elle étiquète les organisations des Palestiniens comme illégitimes. Elle affirme en outre ne pas être contre les Juifs mais contre la définition d'Israël en tant qu'Etat juif[10].

Interrogée sur l'arme nucléaire iranienne à laquelle elle ne croit pas, elle répond : « Le vrai danger est l'armée israélienne... Elle est plus dangereuse pour le monde, plus dangereuse pour tout le monde, plus dangereuse pour les Palestiniens, pour les Israéliens d'avoir Israël comme seul Etat puissant (dans la région)... » puisque « personne ne le restreint »[14],[15].

Haneen Zoabi participe en mai 2010 à la flotille pour Gaza sur le navire turc Mavi Marmara afin de violer le blocus de Gaza, s'attirant les critiques et les demandes de poursuite judiciaire de la droite et de l'extrême droite israélienne, ainsi que des menaces de mort, en ayant notamment affirmé qu'il s'agissait d'une « action humanitaire » et d'avoir qualifié les députés israéliens de « traitres »[16],[17],[18]. Deux agents de sécurité israélienne sont donc affectés à sa protection et le président de la Knesset, Reuven Rivlin - connu pour sa position en faveur de la coexistence arabo-juive - s'oppose à sa destitution parlementaire[19],[20],[21],[22]. Aussi, en décembre 2011, le Procureur général d'Israël, (en) Yehuda Weinstein, décide de clore l'enquête dont il est chargé sur l'action des cinq participants israéliens (dont Zoabi) de la flottille à destination de Gaza[23].

En novembre 2011, lors de la cession au Cap du Tribunal Russel pour la Palestine, elle déclare qu'« Israël est un Etat d'apartheid ». Le vice-président du Parlement, (en) Otniel Schneller, dépose alors une plainte auprès du comité d'éthique de la Knesset[24].

Haneen Zoabi et l'activiste palestinien (en) Issa Amro, au sein de son mouvement (en) Youth Against Settlements house à Hébron, février 2012

En août 2012, elle affirme lors d'une interview à la télévision israélienne : « Israël n'est pas une victime, pas même lorsque des civils (israéliens) sont tués ». S'exprimant dans le cadre démocratique israélien qui l'a élue au Parlement, elle ajoute qu'« Israël est un projet colonialiste raciste » et qu'il « déteste la démocratie »[25].

La même année, Zoabi écrit la préface du livre du journaliste britannique Ben White[26], Palestinians in Israel: Segregation, Discrimination and Democracy, où elle désigne à nouveau que le sionisme comme une « entreprise colonialiste et raciste », établie selon le concept du « nettoyage ethnique »[27]. Elle s'oppose aussi à la demande d'une minute de silence pour les douze athlètes israéliens tués par des fedayin palestiniens lors des jeux olympiques de Munich de 1972[28].

En 2013, elle se porte candidate à la mairie de Nazareth, ville arabe la plus peuplée d'Israël. Elle a pour concurrent Ramiz Jaraisy, maire chrétien depuis 1994. Elle échoue avec 10 % des voix, son opposant l'emportant avec 43,37 % des voix[29]. La même année, elle est réélue à la Knesset.

En 2014, toujours membre du parti Balad et députée, durant l'opération Bordure protectrice, elle déclare sur une radio de Tel Aviv[16] :

« Est-ce si étrange que des gens vivant sous occupation dans des situations impossibles et où Israël capture des centaines de prisonniers au quotidien... est-ce si étrange que cela qu'ils aient recours au kidnapping ? Ce ne sont pas des « terroristes ». Même si je ne suis pas d'accord avec eux, le fait est que se sont des gens qui ne voient pas d'autre moyen de changer leur réalité et qui se sentent contraints à de tels expédients... jusqu'à ce... que les citoyens israéliens et de la société se réveillent et sentent la souffrance de l'autre ».

Cette déclaration eut lieu cinq jours après l'enlèvement suivi du meurtre de trois jeunes Israéliens par des Palestiniens (l'un des déclencheurs de la guerre de Gaza) - enlèvement que Ban Ki-moon, le secrétaire général des Nations Unies, l'Union européenne et le Comité international de la Croix-Rouge avaient pour leur part condamné[30],[31]. A la suite de cette déclaration, Zoabi est critiquée de toute part en Israël et exclue pour six mois de la Knesset pour incitation à la violence[32],[16],[17]. En parallèle, Mohammed Zoabi, jeune de 17 ans de sa parentèle, qui fréquente un « lycée juif » en Israël, poste une video en ligne où il s'oppose au discours de Haneen Zoabi, appelle à ramener les adolescents kidnappés à Gush Etzion, souhaite une longue vie à l'Etat démocratique israélien et qualifie l'Autorité palestinienne de « grande terroriste ». Cette video ayant eu pour conséquence des menaces de mort sur le jeune Mohammed, ce dernier se déconnecte des réseaux sociaux et se réfugie à l'étranger[16],[33],[34].

En juillet 2014, elle insulte un fonctionnaire arabe de l'Etat, le traite de « traitre » et l'incite à la rébellion violente. Elle passe en jugement pour outrage et présente des excuses ; elle est condamnée à une amende et à six mois de probation[35]. Le même mois, elle publie un article dans un journal du Hamas, « Felesteen.ps », appelant au rejet des négociations de paix et à la poursuite de la résistance[36]. Juste ensuite, elle se retrouve menottée avec d'autres arabes israéliens lors d'une manifestation non-autorisée contre l'incursion militaire dans la bande de Gaza, alors qu'ils crient ensemble des slogans appelant à ce que des roquettes Qassam tombent sur Tel Aviv[37].

Au cours de la guerre de Gaza en 2014, Haneen Zoabi écrit un article justifiant les tirs de fusées par le Hamas sur les populations civiles[9].

En mars 2015, des partisans du politique d'extrême droite (en) Baruch Marzel perturbent une convention au forum des candidats tenue à Ramat Gan « pour protester contre la honte », où l'un d'entre eux, Artemi Kazarov, verse une bouteille de jus de fruit sur la députée Zoabi dans le but d'« effacer le sourire sur le visage de Zoabi ». Kazarov est arrêté et le procureur général ordonne une enquête sur l'agression[38].

En 2015, elle est critiquée pour sa participation à des conférence notamment à l'université Columbia à New-York intitulée « Le racisme et l' apartheid israélien : une vue de l'intérieur avec Haneen Zoabi » et une autre le 23 avril à l'université Harvard intitulée « Hanin Zoabi : être un Palestinien dans un Etat juif », financées par des associations pro-palestiniennes (PACC et Amitié Harward-Palestine). La question se pose de savoir s'il est approprié d'autoriser un député de la Knesset à quitter l'assemblée pour assister à un événement étranger qui soutient qu'Israël est un « Etat raciste d'apartheid » où les Palestiniens sont appelés des Israéliens[39].

En octobre 2015, lors d'une vague de terrorisme arabe principalement sur des civils israéliens, elle réitère des propos incitant au soulèvement palestinien (intifada) contre Israël sur le site du Hamas, al-Resalah, suite à quoi, le Premier ministre Netanyahu demande l'ouverture d'une enquête pour incitation à la violence[40].

En novembre 2015, elle est aux Pays-Bas et prend la parole lors de la commémoration des 77 ans de la Nuit de Cristal, en comparant le traitement des Palestiniens à celui des Juifs dans l'Allemagne nazie. La Fédération juive du pays (Federatief Joods Nederland) porte plainte pour calomnies et incitation à la haine[41],[42].

Zoabi est en septième position sur la Liste arabe unifiée, une coalition politique formée par les quatre principales formations arabes israéliennes en vue des élections législatives anticipées de 2015 ; elle est réélue députée.

Le 8 février 2016, Hanin Zoabi est évacuée de la Knesset par le service de sécurité après son discours controversé lors d'une session plénière, où elle désigne les soldats israéliens (IDF) comme étant « des assassins »[43], avant le vote de la Knesset sur le projet de loi exigeant aux fondations de gauche et aux organisations de révéler leurs sources de financement[9],[44].

En avril de la même année, elle refuse de participer à la journée de commémoration de la Shoah et affirme que les actes d'Israël contre les Palestiniens sont similaires à ceux des nazis[45]. Puis en décembre, elle va jusqu'à accuser Israël de laisser mourir les prisonniers palestiniens malades en leur donnant un traitement insuffisant et même de laisser leurs organes se détruire l'un après l'autre[46].

Lors d'une conférence en 2017 à la « Fondation de Jérusalem » aux Etats-Unis, Zoabi soutient que le sionisme d'Israël adopte des « méthodes fascistes » (comme le prouverait le journal israélien « Haaretz »), qu'il est hostile aux droits de l'homme « dans le monde entier » et qu'il « doit quitter la région ». Elle ajoute que « les Juifs ne sont pas une nation » et donc qu'ils ont pas le droit à l'« autodétermination » contrairement aux arabes. Elle est néanmoins partisane d'accorder des droits collectifs aux Juifs au sein d'un « État laïque démocratique avec une majorité arabe... entre le Jourdain et la mer »[47].

En juin 2018, elle écrit dans le journal « Haaretz » pour expliquer son opposition et celle de son parti Balad à la nouvelle loi fondamentale d'Israël, d'autant qu'elle interdit désormais la candidature d'un parti niant l'existence d'Israël en tant qu'État juif et démocratique[48].

Soupçons de fraude[modifier | modifier le code]

En janvier 2019, des soupçons de fraude et corruption sont portés contre trois membres du parti Balad dont Zoabi, au sujet des dons reçus par le parti lors des élections de 2013 et de ses dépenses lors des élections de 2015[9].

Plaintes et sanctions[modifier | modifier le code]

A de nombreuses reprises, le (he) comité d'éthique de la Knesset, recevant les plaintes, menace d'ôter son immunité diplomatique à Haneen Zoabi, de la disqualifier ou de la condamner pour traitrise après ses multiples provocations verbales contre son pays ou une partie de ses habitants[17],[49] mais ses lois la protègent durant ses mandats et la Cour suprême israélienne annule la majorité des décisions du Comité centrale des élections, qui la visent. Lui ont été retirés temporairement le droit de voyager vers les pays qui refusent les relations officielles avec Israël, son passeport diplomatique et le droit de voter aux commissions parlementaires, après sa participation à la flottille de Gaza en 2010, et a été prononcée son exclusion de la Knesset durant six mois, après ses justifications au kidnapping des adolescents israéliens : l'appel de Zoabi à la Cour suprême d'Israël de renverser la suspension a été cette fois-là rejetée[50],[51],[25],[52],[53].

Engagement social[modifier | modifier le code]

Au cours de son mandat en tant que membre de la Knesset, Haneen Zoabi a aussi rejoint les dizaines de projets de loi ou de commissions qui relèvent pour la plupart des domaines de l'égalité socio-économique, sexuelle et des droits de l'enfant. La députée a été pour une représentativité paritaire des femmes aux élections à la Knesset ou auprès des autorités locales, pour l'égalité entre femmes et hommes, contre la violence familiale, pour la construction de salles d'allaitement dans les bâtiments publics, pour l'égalité des personnes handicapées, pour l'aide à la communauté arabe ou pour l'élévation de l'âge du mariage[54],[55],[17].

Elle décide de ne pas renouveler son engagement parlementaire et quitte l'Assemblée législative en janvier 2019 sous des acclamations de joie[9],[17]. Faisant le bilan, elle se dit fière de ses actions dans la lutte pour la justice pour son peuple[17].

Autres activités[modifier | modifier le code]

Haneen Zoabi écrit des articles pour l'ensemble des journaux arabes et voyage à l'étranger pour obtenir un appui international à sa cause idéologique pour les droits des Palestiniens et « contre le racisme et l'apartheid en Israël »[4].

Elle déclare aussi apprécier la littérature étrangère, notamment Milan Kundera[4].

Quand elle ne voyage pas, elle vit avec ses parents à Nazareth.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b lexpress.fr avec l'AFP, « Israël: l'interdiction de la députée arabe Hanin Zoabi levée », sur lexpress.fr, (consulté le 19 février 2015).
  2. Cyrille Louis, « Israël: bataille électorale pour la conquête de Nazareth », sur lefigaro.fr, 20 octobre 2013, mis à jour le 21 octobre 2013 (consulté le 10 janvier 2016).
  3. Jason Koutsoukis, 16 mai 2009. « Voice of equality » - The Age : Mes parents sont musulmans. Ils prient, ils jeûnent, ils ont été à la Mecque, mais ils ont élevé leurs enfants à penser et à se sentir comme libéraux, les gens à l' esprit ouvert.
  4. a b c d e f et g (en) Jason Koutsoukis Jerusalem, « Voice of equality », sur The Age, (consulté le 30 mars 2019)
  5. « Israel News | The Jerusalem post », sur www.jpost.com (consulté le 30 mars 2019)
  6. (he) אתר השירותים והמידע הממשלתי : Site de la magistrature israélienne, « השופט עבד אל רחמן זועבי ז"ל » [« Le juge Abdel Rahman Zu'bi »], sur judgescv.court.gov.il (consulté le 4 mai 2019)
  7. « En direct de Jerusalem » Israël – Portraits de femmes : Hanin Zoabi » (consulté le 20 décembre 2018)
  8. (en) Jonathan Cook, « Palestinian Woman Makes History in Israeli Parliament », sur Alternet,
  9. a b c d et e (en-US) Adam Eliyahu Berkowitz, « Cheers in Knesset as Haneen Zoabi Announces Her Departure », sur Breaking Israel News | Latest News. Biblical Perspective., (consulté le 30 mars 2019)
  10. a et b (en) Samira Manille, « The NS Interview: Haneen Zoabi », sur www.newstatesman.com, (consulté le 30 mars 2019)
  11. (en) « List of Arab members of the Knesset », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  12. « Israel News | The Jerusalem post », sur www.jpost.com (consulté le 30 mars 2019)
  13. (en) Netty C. Gross, « Provocative Parliamentarian (Extract) » [« Provocateur parlementaire »], sur www.jpost.com, The Jerusalem Post, (consulté le 4 mai 2019)
  14. (en) Samuel Sokol, « New Balad MK praises Iran's nuke quest - Israel - Jerusalem Post », sur www.jpost.com, Jerusalem Post, (consulté le 30 mars 2019)
  15. (en) « The NS Interview: Haneen Zoabi », sur www.newstatesman.com (consulté le 4 mai 2019)
  16. a b c et d (en) Lahav Harkov, « Zoabi: Kidnappers are not terrorists, they're fighting occupation - Operation Protective Edge - Jerusalem Post », sur www.jpost.com, Jerusalem Post, (consulté le 30 mars 2019)
  17. a b c d e et f (en) Jack Khoury et Jonathan Lis, « Controversial Israeli Arab Lawmaker Haneen Zoabi Won't Run for Reelection », Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mai 2019)
  18. Radio-Canada, « Durs lendemains pour cinq Israéliens arabes », sur Radio-Canada.ca (consulté le 5 mai 2019)
  19. « Under siege too », The Economist,‎ (ISSN 0013-0613, lire en ligne, consulté le 4 mai 2019)
  20. (he) « חדשות – פוליטי/מדיני nrg – ...ח"כ חנין זועבי: הנייה אמר לי », sur www.makorrishon.co.il,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  21. (en) « Rivlin: Arabs and Jews are destined to coexist - Diplomacy & Politics - Jerusalem Post », sur www.jpost.com (consulté le 4 mai 2019)
  22. (en) « Flotilla case closed: Zoabi won't be charged », sur Ynetnews, (consulté le 4 mai 2019)
  23. (en) Aviad Glickman, « Flotilla case closed: Zoabi won't be charged », sur Ynetnews, (consulté le 4 mai 2019)
  24. « Russell Tribunal - Subsequent Tribunals - Russell Tribunal On Palestine | Russell Tribunal Palestine », sur www.liquisearch.com (consulté le 30 mars 2019)
  25. a et b « Zoabi’s incitement - Opinion - Jerusalem Post », sur www.jpost.com (consulté le 30 mars 2019)
  26. Le premier ouvrage de Ben White, Israeli Apartheid: A Beginner's Guide (2009), avait été salué par plusieurs personnes connues pour leur antisionisme, dont Desmond Tutu, Ilan Pappe ou (en) Ali Abunimah.
  27. (he) « החדשות - לא נחה: זועבי במאמר אנטי ישראלי » [« Article anti-israélien de Zoabi »], sur mako,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  28. (he) « החדשות - זועבי מתנגדת לדקת דומייה לנרצחי מינכן », sur mako - Channel 2,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  29. (he) « בחירות לעיריות 2013 » [« Nouvelle discrimination : Haneen Zoabi a été battue aux élections de Nazareth »], sur Globes,‎
  30. (en-US) Nick Cumming-Bruce, « Mother Seeks U.N.’s Help to Return Israeli Youths », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  31. « Jerusalem miffed at EU silence over kidnapping - Operation Protective Edge - Jerusalem Post », sur www.jpost.com (consulté le 30 mars 2019)
  32. Arab israeli MK Noabi banned Knesset six months, Yahoo News
  33. (en) « Israel Police Won't Probe Israeli Arab MK Zoabi for Kidnapping Statements », Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le 30 mars 2019)
  34. Par Tamar Pileggi, « Quand une victime juive du terrorisme cache un garçon arabe pendant la guerre de Gaza », sur The Times of Israël, (consulté le 30 mars 2019)
  35. (he) « זועבי הודתה והורשעה בהעלבת עובד ציבור », sur כיכר השבת,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  36. (ar) felesteen.ps, « الثالوث الفلسطيني القاتل », sur فلسطين أون لاين,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  37. (he) Hassan Shaalan, « חנין זועבי נאזקה בחיפה, מפגינים צעקו: "קסאם חביב, תקוף את תל אביב" », sur ynet,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  38. (en) Revital Hovel et Jack Khoury, « Anti-Arab Extremist Indicted for Assaulting MK Zoabi », Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mai 2019)
  39. (he) Omri Nahmias, « באישור הכנסת: ח"כ זועבי טסה במימון זר לכנס "ישראל ואפרטהייד" », sur וואלה! חדשות : Walla news,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  40. (ar) « زعبي: نتنياهو فقد السيطرة والتنسيق الأمني سينقذه », sur الرسالة نت : al-resalah,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  41. (nl) Marcel Wiegman, « 'De Kristallnacht wordt misbruikt om Israël zwart te maken' », sur Het Parool, (consulté le 1er juin 2019)
  42. (nl) Patrick Meershoek, « Als Haneen Zoabi het woord neemt, draaien betogers haar de rug toe », sur Het Parool, (consulté le 1er juin 2019)
  43. (en) Gideon Allon, Mati Tuchfeld, Daniel Siryoti, « Arab MK Zoabi calls IDF soldiers murderers », sur www.israelhayom.com, (consulté le 30 mars 2019)
  44. « Balad MKs to be questioned by police - Israel News - Jerusalem Post », sur www.jpost.com (consulté le 30 mars 2019)
  45. (he) Gadi Golan, « דמיון מבהיל בין המתרחש סביבנו לבין גרמניה של שנות ה-30 », sur IsraelHayom,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  46. (he) Nir Muallem, « זועבי: "ישראל קוצרת איברי האסירים בזה אחר זה" », sur חדשות 20,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  47. (he) Jesse Friedman, « זועבי: "הציונות עוינת לזכויות האדם בכל העולם" » [« Zoabi : Le sionisme est hostile aux droits de l'homme dans le monde entier »], sur www.makorrishon.co.il,‎ (consulté le 4 mai 2019)
  48. (en) Haneen Zoabi, « Opinion Israel, a State Unencumbered by Democracy », Haaretz,‎ (lire en ligne, consulté le 5 mai 2019)
  49. Catherine Gouëset, « Israël: qui veut la peau de la députée arabe Hanin Zoabi? », sur LExpress.fr, (consulté le 5 mai 2019)
  50. (en) « Haneen Zoabi Tests the Limits of Israeli Tolerance », sur Tablet Magazine, (consulté le 30 mars 2019)
  51. (en) « Zoabi, Marzel back in election race, High Court rules - Israel Elections - Jerusalem Post », sur www.jpost.com, (consulté le 4 mai 2019)
  52. (en) « Supreme Court: MK Zoabi can run for Knesset », sur Ynetnews, (consulté le 30 mars 2019)
  53. (he) Décision du Comité d'éthique de la Knesset (2012)
  54. (he) « Open Knesset », sur oknesset.org (consulté le 4 mai 2019)
  55. (he) Tali Heromi-Shobar, « הח"כיות שדואגות יותר ופחות לזכויות הנשים », TheMarker,‎ (lire en ligne, consulté le 4 mai 2019)