Hammam Chott

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une ville tunisienne
Cet article est une ébauche concernant une ville tunisienne.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Hammam Chott
Administration
Pays Drapeau de la Tunisie Tunisie
Gouvernorat Ben Arous
Délégation(s) Hammam Chott
Maire Mohamed Lotfi Ben Ammar[1]
Démographie
Population 24 847 hab. (2004[2])
Géographie
Coordonnées 36° 43′ 18″ Nord 10° 21′ 30″ Est / 36.721687, 10.358434
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte administrative de Tunisie
City locator 14.svg
Hammam Chott

Géolocalisation sur la carte : Tunisie

Voir la carte topographique de Tunisie
City locator 14.svg
Hammam Chott
Liens
Site web www.commune-hammam-chott.gov.tn

Hammam Chott ou Hammam-Chott (حمام الشط) est une ville de la banlieue sud de Tunis située à 25 kilomètres du centre-ville. Elle est rattachée au gouvernorat de Ben Arous.

Elle est le chef-lieu d'une délégation et constitue en 2004[2] une municipalité de 24 847 habitants réunissant la ville elle-même, 8 738 habitants, mais aussi les villes de Borj Cédria (8 974 habitants) et de Bir El Bey (7 135 habitants).

Cette ville côtière — chott en arabe signifie « plage » — située au fond du golfe de Tunis était une station balnéaire réputée.

Elle a subi, le 1er octobre 1985, un bombardement par l'armée de l'air israélienne qui tentait de détruire le quartier-général de Yasser Arafat. Ce dernier ne fut pas atteint, mais il y eut 68 victimes et une centaine de blessés tunisiens et palestiniens. Un cimetière et une place à Hammam Chott rappellent cette action baptisée opération Jambe de bois.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Décret du 8 octobre 2013 modifiant le décret du 2 juin 2011 portant nomination de délégations spéciales dans certaines communes du territoire de la République tunisienne (Hammam-Chatt), Journal officiel de la République tunisienne, n°82, 11 et 15 octobre 2013, p. 2978
  2. a et b Recensement de 2004 (Institut national de la statistique)

Lien externe[modifier | modifier le code]