Hamid Nacer-Khodja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hamid Nacer-Khodja
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 63 ans)
DjelfaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités

Hamid Nacer-Khodja, né le à Lakhdaria (Algérie) et mort le à Djelfa, est un écrivain, universitaire et poète algérien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hamid Nacer-Khodja fait ses études primaires, secondaires et supérieures (École nationale d’administration) à Alger. Après avoir exercé de nombreuses responsabilités au sein de l'administration locale, il se réoriente et entreprend des études de Lettres Modernes à la Sorbonne, puis à l'université Montpellier 3 où il rédige successivement un mémoire de DEA puis une thèse sur Jean Sénac critique d'art. Après l'obtention de sa thèse de littérature comparée (soutenue en 2005 sous la direction du professeur Guy Dugas), il enseigne au département des langues à l'université de Djelfa où il dirige l'Institut des lettres et des langues. Poète lui-même, il s'attache particulièrement à l'édition et à l'analyse de l'œuvre de Jean Sénac[1].

L'universitaire et poète meurt dans la nuit du à Djelfa des suites d'une maladie, selon l'agence de presse APS[2].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

  • La Profonde terre du verbe aimer. Alger, éd. Lazhari Labter, 2015. (contient Après la main précédé de De Bouche à oreille, de Marc Bonan) (ISBN 978-9947-87-80-02)

Des poèmes de Hamid Nacer-Khodja figurent dans :

  • Jean Sénac, Anthologie de la nouvelle poésie algérienne, essai et choix de Jean Sénac (Youcef Sebti, Abdelhamid Laghouati, Rachid Bey, Djamal Imaziten, Boualem Abdoun, Djamal Kharchi, Hamid Skif, Ahmed Benkamla et Hamid Nacer-Khodja), avec un graphisme de Mustapha Akmoun, Paris, Poésie 1, no 14, Librairie Saint-Germain-des-Prés, 1971, 130 p. 
  • Jeunes poètes algériens, choix de Jean Déjeux, Éditions Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1981. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Kamel Bencheikh, Jeune poésie algérienne, Traces n° 60, Le Pallet, anthologie de poètes algériens, introduction et choix de Kamel Bencheikh
  • Tahar Djaout, Les Mots migrateurs, Une anthologie poétique algérienne, présentée par Tahar Djaout, (Youcef Sebti, Rabah Belamri, Habib Tengour, Abdelmadjid Kaouah, Hamid Tibouchi, Mohamed Sehaba, Hamid Nacer-Khodja, Tahar Djaout, Amine Khan, Daouia Choualhi), Office des Publications Universitaires (OPU), Alger, 1984.
  • Abdelmadjid Kaouah, Poésie algérienne francophone contemporaine, couverture de Hamid Tibouchi, Autres temps éditions, Marseille, 2004 (ISBN 978-2-84521-175-9).
  • Ali El Hadj Tahar, Encyclopédie de la poésie algérienne de langue française, 1930-2008 (en deux tomes), Alger, Éditions Dalimen, 2009, 956 pages (ISBN 978-9961-759-79-0)
  • Samira Negrouche, Quand l’amandier refleurira, Anthologie de poètes algériens contemporains, Éditions de l’Amandier, Paris, 2012.
  • Abdelmadjid Kaouah, Quand la nuit se brise (Poésie algérienne francophone contemporaine), éditions du Seuil, Paris, 2012.

Récit[modifier | modifier le code]

  • Jumeau, Paris, Éditions Marsa, 2012 (ISBN 978-2-913868-97-7). Nouvelle édition revue par l'auteur, Jumeau ou un bonheur pauvre. Alger, éd. El Kalima, 2016

Essais[modifier | modifier le code]

  • Albert Camus, Jean Sénac, ou le fils rebelle[3], préface de Guy Dugas, Paris, Éditions Paris-Méditerranée, et Alger, EDIF 2000, 2004 (ISBN 284272206X).
  • Sénac chez Charlot[4], (Domens, 2007). Repris dans Des écrivains chez Charlot, co-éd.El Kalima, Alger/Domens, Pézenas, 2016.
  • Jean Sénac critique algérien[4], préface de Guy Dugas, éd El Kalima, Alger, 2013, 552 p. (ISBN 978-9931-441-11-3).

Articles, préfaces et postfaces[modifier | modifier le code]

Édition[modifier | modifier le code]

  • Jean Sénac, Pour une terre possible, textes rassemblés, annotés, préfacés et accompagnés de jalons biographiques et d'une bibliographie de Hamid Nacer-Khodja, édition établie par Marie Virolle, Paris, Marsa, 1999 [rassemble huit recueils poétiques inédits ainsi que d'autres écrits, textes politiques, témoignages, critiques littéraires et d'art, correspondances, en majorité inédits].
  • Jean Sénac, Visages d'Algérie, Écrits sur l'art, textes rassemblés par Hamid Nacer-Khodja, préface de Guy Dugas, [textes notamment sur Mohamed Aksouh, Abdallah Benanteur, Baya, Sauveur Galliéro, Mohammed Khadda, Jean de Maisonseul, Maria Manton, Denis Martinez, Louis Nallard], Paris, Paris-Méditerranée / Alger, EDIF 2000, 2002 (ISBN 2-84272-156-X).
  • Jean Sénac, Pour une terre possible, édition établie et présentée par Hamid Nacer-Khodja, Paris, éditions du Seuil, collection Points Poésie, 2013, 318 p. [Cet ouvrage reprend une partie de celui paru sous le même titre aux éditions Marsa en 1999. L'édition a été revue et enrichie de textes inédits] (ISBN 9782757837146)
  • Tombeau pour Jean Sénac, sous la direction de Hamid Nacer-Khodja, textes de Guy Dugas, Katia Sainson, Christiane Chaulet-Achour, Abdelmadjid Kaouah, Dominique Combe, Camille Tchero, Pierre Rivas, Hervé Sanson, Michel-Georges Bernard, Guy Basset, Marc Bonan, Hamid Nacer-Khodja, Colette Achache, Salah Guemriche et Hamid Tibouchi, éditions Aden, Alger, 2013, 200 p. (ISBN 978-9931-401-00-1)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abderrahmane Djelfaoui, « Reporters - Entretien avec Hamid Nacer Khodja : Jean Sénac, le long périple d’un poète à la rencontre d’un peuple », sur www.reporters.dz (consulté le 17 septembre 2016)
  2. APS_depeche, « Décès de l’universitaire et poète algérien Hamid Nacer-Khodja »
  3. Charles Bonn, « Albert Camus - Jean Sénac, ou le fils rebelle - Livres - Limag », sur www.limag.refer.org (consulté le 17 septembre 2016)
  4. a et b Charles Bonn, « Limag- Littérature maghrébine », sur www.limag.refer.org (consulté le 17 septembre 2016)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]