Hamad Amar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hamad Amar
Hamad Amar, November 2018.jpg
Fonctions
Membre de la Knesset
depuis le
Membre de la Knesset
-
Membre de la Knesset
-
Membre de la Knesset
-
Membre de la Knesset
-
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
חמד עמארVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activités
Homme politique, avocat, défenseurVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Parti politique

Hamad Amar (en arabe : حمد عمار ; en hébreu : חמד עמאר) est un avocat et un homme politique druze israélien né le à Shefa Amr. Membre du parti Israel Beytenou (« Israël notre maison »), il siège à la Knesset depuis 2009 et fait partie du comité des finances de celle-ci[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Amar naît le 5 novembre 1964 à Shefa Amr, une ville majoritairement arabe et druze du Nord d'Israël. Il effectue, comme tous les Druzes israéliens depuis 1949, son service militaire au sein de l'Armée de défense d'Israël de 1982 à 1986 (il en sort officier de réserve) . Il obtient le titre de " bachelor of art " en sociologie du collège académique de Safed puis il étudie le droit en obtenant ensuite une licence dans un autre centre universitaire [1]. Il devint, après avoir mené ses études de droit, avocat.

Amar réside dans le quartier Al-Fuar de Shefa Amr[3]. Il est marié et a trois enfants[1]. Il préside l'Association d'arts martiaux d'Israël[1] et détient une ceinture noire 5e dan en Karaté[2].

Il parle arabe et hébreu[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Amar est l'assistant du ministre des Infrastructures nationales (en) Avigdor Lieberman. En 1998, il est élu au conseil municipal de Shefa Amr[1]. Il fonde et préside aujourd'hui l'Association de la jeunesse druze[1],[4].

Avant les élections législatives de 2009, Amar est placé 12e sur la liste d'Israel Beytenou[5] ; il devient donc membre de la Knesset lorsque le parti remporte 15 sièges. Il affirme que le slogan du parti, « Pas de nationalité sans loyauté », est naturel pour la communauté druze[6], qui a montré depuis la guerre d'indépendance d'Israël en 1948, son soutien aux institutions de l'Etat juif. Il explique cette position en 2013 : « Si vous contribuez à la société et que la société en profite, alors vous en tirez aussi profit »[2]. Amar est réélu en 2013 et 2015[1]. Il est vice-président des 19e et 20e Knesset[1].

Amar joue un rôle important dans le projet d'installation d'éoliennes par une filiale de General Electric dans le Nord d'Israël. Il y voit la possibilité de produire de l'énergie renouvelable et de créer des emplois[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i (en + he + ar) « Hamad Amar », sur www.knesset.gov.il, Knesset (consulté le 13 août 2017).
  2. a b et c (en) Josh Hasten, « Setting the Example », The Jerusalem Post,‎ (lire en ligne).
  3. (en) « Meet Hamad Amar, Yisrael Beiteinu's Druze candidate », Haaretz,‎ (lire en ligne).
  4. (en) « Hamed Amer »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Israel Beytenou, .
  5. (en) Marc L. Bernstein, « Party lists for Israel’s elections », Jewish Telegraph Agency, 6 mai 1999 (?).
  6. (en) Julian, Hana Levi, « Polls Project More Druze Knesset Members », Arutz Sheva, .
  7. (en) « MK Amar bringing clean energy to the North », Israel Beytenou, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Listes connexes[modifier | modifier le code]