Ham-sur-Heure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ham-sur-Heure
Ham-sur-Heure
Château d'Ham-sur-Heure vu des prairies (XVe siècle).
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Hainaut Province de Hainaut
Arrondissement Thuin
Commune Ham-sur-Heure-Nalinnes
Code postal 6120
Zone téléphonique 071
Démographie
Gentilé Hamois(e)
Géographie
Coordonnées 50° 19′ 19″ nord, 4° 23′ 20″ est
Localisation
Localisation de Ham-sur-Heure
Localisation de Ham-sur-Heure au sein de Ham-sur-Heure-Nalinnes
Géolocalisation sur la carte : Hainaut
Voir sur la carte administrative du Hainaut
City locator 14.svg
Ham-sur-Heure
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Ham-sur-Heure
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Ham-sur-Heure
Liens
Site officiel http://www.ham-sur-heure-nalinnes.be

Ham-sur-Heure est un gros village de l'Entre-Sambre-et-Meuse, en province de Hainaut (Belgique). Traversé par l'Eau d'Heure, un affluent de la Sambre, le village fait aujourd'hui administrativement partie de la commune d'Ham-sur-Heure-Nalinnes, en Région wallonne de Belgique. Avant 1977 et la fusion des communes, il était composé de deux ensembles principaux (Ham-sur-Heure, dit 'le Bourk', et Beignée) et de quelques autres hameaux.

Gentilé[modifier | modifier le code]

Les habitants d'Ham-sur-Heure sont les Hamois. Leur blason populaire est Bourquî[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village était possédé par l'abbaye de Lobbes au IXe siècle, mais a été perdu au profil de propriétaires laïcs. La localité fessait partie de la Principauté de Liège, dans le quartier de l'Entre-Sambre-et-Meuse. Ham-sur-Heure est cité pour la première fois en 868-869 dans le polyptique de l'abbaye de Lobbes. Ham-sur-Heure était en possession des seigneurs de Morialmé jusqu'au XVIe siècle. Pendant la Première Guerre mondiale, des batailles s'organise à l'est et à l'ouest de Ham-sur-Heure, les Allemands sont accueillis par l'artillerie Française, à la fin de la première guerre les Australiens libère le village de l'occupation allemand. En 1977 date de la fusion des communes Ham-sur-Heure fut fusionné avec les autres localités pour former Ham-sur-Heure-Nalinnes.

Patrimoine et autres bâtiments[modifier | modifier le code]

  • Le Château d'Ham-sur-Heure, appartient de 1487 à 1941 à la famille de Mérode. Il passa par héritage aux Oultremont, qui le vendirent en 1952 à la commune d' Ham-sur-Heure dont il devint la maison communale, avant de devenir celle de l'entité d'Ham-sur-Heure-Nalinnes.
  • L'église Saint-Martin, bâtiment néo-gothique fut construite entre 1876 et 1881 suivant les plans de l'architecte Jos Schadde, qui a également conçu la seconde gare de Bruges. À l'intérieur, on peut admirer un superbe ensemble de peintures, une grotte, un retable de la Vierge-Marie classé par la Région wallonne, et beaucoup d'autres choses encore. L'église possède également un orgue d'Emile Kerkhoff, datant de 1906, et comprenant 13 jeux répartis sur 2 claviers et pédalier. Elle possède également un ensemble remarquable de 4 cloches. L'église a été complètement restaurée (intérieur et extérieur) entre 1989 et 1994. À la suite d'un incendie, heureusement très limité, l'église a été partiellement nettoyée à la fin de l'année 2014.
  • La chapelle Saint-Roch, date du XVIIe siècle.
  • La place du village, dite Grand-Place, avec l'église Saint-Martin, l'ancienne maison communale de style Louis XIII (1867) et le monument aux morts pour la patrie.
  • L'église Saint-Louis, de Beignée (hameau de Ham-sur-Heure), fut bâtie en 1903 à l'aide des dons versé en l'honneur du Bienheureux Richard. Lambert Trouvez né en 1585. Devenu Franciscain sous le nom de Richard de Sainte Anne, son destin le mena au Japon. C'est à Nagazaki qu'il mourut, brûlé à petits feux en 1622. Il fut béatifié le 7 juillet 1867.

Folklore[modifier | modifier le code]

Le dimanche qui suit le 15 août a lieu la procession et marche militaire Saint-Roch, remontant, tout comme la chapelle dédiée au saint, à 1638. Elle fait partie des Marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse et est reconnue au titre de Patrimoine immatériel de l'Unesco[2]. Cette marche possède un « Réglement de la Marche Saint-Roch », en 16 articles, datant du 29 septembre 1890. C'est le plus ancien règlement, écrit et aussi complet, connu parmi toutes les Marches de l'Entre-Sambre-et-Meuse, (héritage de Odilon Haye, Président de la Marche, en 1890[réf. nécessaire]. L'original de ce document se trouve chez P.M.[Qui ?]à Walcourt).

Transports[modifier | modifier le code]

  • Le village de Ham-sur-Heure est desservi par les trains circulant sur la ligne 132 allant de Charleroi à Couvin
  • La gare est située au Chemin d'Hameau.

Hymne villageois[modifier | modifier le code]

La fierté des "Bourkîs" s'exprime souvent, lors des fêtes locales, en chantant l'hymne du village "I n'y a qu'in Bourg, yèt qu'in Paris", un chant en wallon de la région de Charleroi, vantant la bonté des gens du village "toujours joyeux, toujours contents"'[3].

Galerie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Auguste Soupart, Ham-sur-Heure - Nalinnes — Les seigneurs (945-1795)  (Maison de Florennes 977-1075; Morialmé 1075-1256; Condé 1256-1413; Enghien 1441-1487; Mérode 1487-1795), Cahier du Musée de Cerfontaine n° 338, 76 pages, 1982.
  • André Lépine, « La ligne 132 en cartes postales anciennes », Cahier du Musée de Cerfontaine, no 500,‎ , p. 120 vues.
  • Philippe Lejeune, Ham-sur-Heure en cartes postales anciennes, Bibliothèque Européenne, Zaltbommel, Pays-Bas, MCMLXXIII, 38 p.
  • Philippe Lejeune, Mémoire en Images Ham-sur-Heure Nalinnes, 128 p, Alan Sutton, 2000. (ISBN 2-84253-356-9)
  • Philippe Lejeune, Mémoire en Images Ham-sur-Heure II Château et Village, 128 p, Tempus, 2004 (ISBN 2-84253-381-X)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Germain, Guide des gentilés : les noms des habitants en Communauté française de Belgique, Bruxelles, Ministère de la Communauté française, (lire en ligne), p. 36.
  2. Patrick Lemaire, « Quinze marches de l’Entre-Sambre-et-Meuse admises au patrimoine culturel immatériel de l’Unesco », L'Avenir (Belgique),‎ (lire en ligne)
  3. Blog "saint Roch d'Ham-sur-heure"

Liens[modifier | modifier le code]