Halt and Catch Fire (série télévisée)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la série télévisée. Pour l'instruction en langage informatique, voir Halt and Catch Fire.
Halt and Catch Fire

Titre original Halt and Catch Fire
Genre Drame
Création Christopher Cantwell
Christopher C. Rogers
Acteurs principaux Lee Pace
Scoot McNairy
Mackenzie Davis
Pays d'origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Chaîne d'origine AMC
Nb. de saisons 4
Nb. d'épisodes 40
Durée 42 minutes
Diff. originale
Site web http://www.amctv.com/shows/halt-and-catch-fire

Halt and Catch Fire est une série télévisée américaine en quarante épisodes de 42 minutes créée par Christopher Cantwell et Christopher C. Rogers, diffusée entre le et le sur AMC.

Le titre est une inside joke utilisée dans le domaine de l'informatique : il fait référence à la ligne de code « Halt and Catch Fire », une instruction en langage machine légendaire prétendument en développement chez IBM qui ferait surchauffer les composants jusqu'à ce qu'ils prennent feu. La phrase fait partie d'un certain nombre d'instructions humoristiques utilisées par les programmeurs informatiques depuis les années 1960[1].

En France, la série est diffusée depuis le [2] sur Canal+ Séries. Elle reste inédite dans les autres pays francophones.

Synopsis[modifier | modifier le code]

La première saison de la série se déroule au début des années 1980 à Dallas, et dépeint la mise en place des ordinateurs personnels (PC) et du marché informatique destiné aux particuliers, opposant une petite entreprise texane fictive, Cardiff Electric, à la multinationale, cette fois bien réelle, IBM, créatrice de l'IBM PC[3].

Portée par la vision de l'énigmatique Joe MacMillan, un ancien vendeur d'IBM, qui constitue une équipe, l'entreprise se lance dans la production d'un ordinateur personnel portable deux fois plus rapide et plus petit que ce qui existe sur le marché...

Par la suite, et au fil des épisodes et des saisons, les protagonistes affrontent les différentes révolutions technologiques, qui, au tournant des années 1980-1990, vont transformer l'ordinateur personnel, dépassant sa vocation utilitaire originelle, en un engin multitâche, de plus en plus compact et rapide, explorant les débuts de l'interconnexion grâce à la mise en place de l'internet, les débuts de la numérisation, du rendu vidéo en couleurs, etc.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Acteurs principaux[modifier | modifier le code]

Acteurs récurrents[modifier | modifier le code]

  • Version française 
Source VF : Doublage Série Database[4]

Développement[modifier | modifier le code]

AMC a commandé le pilote en [5] et la production a débuté en avril 2013 à Atlanta, Géorgie[6]. En juillet 2013, AMC commande une saison entière de dix épisodes[7]. La série est créée par les scénaristes Christopher Cantwell et Christopher C. Rogers[5] alors que Jonathan Lisco est nommé showrunner[8].

Le pilote a été diffusé au festival South by Southwest le 8 mars 2014[9] et a été mis en ligne le 19 mai sur le Tumblr d'AMC, avant sa diffusion à la télévision le 1er juin. C'est la première série télévisée à être présentée sur un site Tumblr[10].

Épisodes[modifier | modifier le code]

Première saison (2014)[modifier | modifier le code]

  1. I/O (I/O)
  2. Peur, incertitude et doute (FUD)
  3. L'Ordi des hautes plaines (High Plains Hardware)
  4. CTM (Close to the Metal)
  5. Adventure (Adventure)
  6. Le Cyclone (Landfall)
  7. Giant (Giant)
  8. Hacker (The 214s)
  9. Viva Las Vegas (Up Helly Aa)
  10. 1984 (1984)

Deuxième saison (2015)[modifier | modifier le code]

Le , la série a été renouvelée pour une deuxième saison[11] diffusée depuis le [12] aux États-Unis et depuis le [13] en France sur Canal+ Séries.

  1. SETI (SETI)
  2. Sous influence (New Coke)
  3. La Solution (The Way In)
  4. Petits jeux entre amis (Play with Friends)
  5. Secrets (Extract and Defend)
  6. 10Broad36 (10Broad36)
  7. Travailler pour l'ennemi (Working for the Clampdown)
  8. Jeux de dupes (Limbo)
  9. Virus (Kali)
  10. Nouveau départ (Heaven Is a Place)

Troisième saison (2016)[modifier | modifier le code]

Le , la série a été renouvelée pour une troisième saison[14] diffusée depuis le [15] aux États-Unis et depuis le en France sur Canal+ Séries.

  1. La Vallée des délices (Valley of the Heart's Delight)
  2. D'une manière ou d'une autre (One Way or Another)
  3. Appuyer sur le bouton (Flipping the Switch)
  4. Esprit d'équipe (Rules of Honorable Play)
  5. Yerba Buena (Yerba Buena)
  6. Dérapage (And She Was)
  7. Le Seuil (The Threshold)
  8. Vous n'êtes pas protégés (You Are Not Safe)
  9. Jeu de Nim (NIM)
  10. NeXT (NeXT)

Quatrième saison (2017)[modifier | modifier le code]

Le , la série a été renouvelée pour une quatrième et dernière saison[16], diffusée à partir du [17].

  1. Ainsi va la vie (So It Goes)
  2. Rapport signal/bruit (Signal to Noise)
  3. Divers et variés (Miscellaneous)
  4. Tonya et Nancy (Tonya and Nancy)
  5. L'homme de nulle part (Nowhere Man)
  6. Connexion établie (A Connection Is Made)
  7. Qui a besoin d'un mec (Who Needs a Guy)
  8. Bonnes oeuvres (Goodwill)
  9. Recherche (Search)
  10. Alea Jacta Est (Ten of Swords)

Accueil[modifier | modifier le code]

La série a reçu un accueil globalement positif. La première saison affiche un score de 69 sur 100 sur Metacritic et Rotten Tomatoes rapporte 79 % de critiques positives, lui valant le label « Certified Fresh » et le consensus suivant : « Halt and Catch Fire est un period drama rafraîchissant et bien joué, et il représente de façon convaincante un passé pas si éloigné[18]. » Halt and Catch Fire est aussi comparée à Mad Men, ou même Profit, notamment pour son portrait d'une époque historique moderne décisive de l'histoire américaine (les années 1960 pour Mad Men ; les années 1980 pour Halt and Catch Fire)[19],[20],[21],[22]. La deuxième saison affiche un score de 73 sur Metacritic et 94% sur Rotten Tomatoes dont le consensus note l'importance donnée aux têtes d'affiche féminines[23]. La profondeur des personnages et la complexité de leurs relations qui se construisent au fil des saisons sont appréciées des critiques qui attribuent pour la quatrième et dernière saison un score de 100 % pour Rotten Tomatoes et 90 % pour Metacritic [24],[25],[26].

Aux États-Unis, l'audience moyenne de la première saison fut de 760 000 téléspectateurs par épisode lors des premières diffusions avec 1,2 million de téléspectateurs pour le pilote. Le pilote de la deuxième saison a drainé 660 000 téléspectateurs tandis que la moyenne par épisode s'établit à 520 000[27]. L'audience moyenne de la quatrième saison est de 340 000 téléspectateurs[28].

Univers de la série[modifier | modifier le code]

Réalité historique[modifier | modifier le code]

Halt and Catch Fire n’est pas une série qui relate l’histoire d’une société informatique ayant existé mais elle colle à la réalité historique dans ses détails comme l’explique Christopher Cantwell, l’un des scénaristes : « Nos héros sont des gens qui auraient pu exister dans les failles de l'histoire informatique des années 1980. Ils ont affaire à des individus et à des entreprises bien réels, comme IBM ou Apple, mais ils représentent la face cachée de cette révolution, ces petites entreprises qui ont très tôt pris des risques, fait avancer la recherche, avant de disparaître dans les recoins de l'histoire. »[29]. Ainsi Gordon et Donna Clark font écho à Gary et Dorothy Kildall qui inventent le système d’exploitation CP/M en 1974 et dont le système MS-DOS de Microsoft s'inspire grandement[30].

  • La saison 1 (qui se déroule en 1983-1984[31]) s’inspire notamment de la création de la société Compaq qui lance en 1982 le premier ordinateur portable compatible IBM PC. Les ingénieurs de Compaq font à cette époque de la rétroingénierie en désassemblant le BIOS d’IBM pour en faire réécrire une version compatible par des personnes n’ayant jamais vu le BIOS d’IBM afin de ne pas violer les droits d’auteur[32]. Ce processus est montré de façon simplifiée dans Halt and Catch Fire avec Gordon Clark qui désassemble le code du BIOS et Cameron Howe qui récrit le BIOS sans que les deux personnages n’en discutent entre eux.
  • La saison 2 (qui se déroule en 1985[29]) s’intéresse au marché du jeu vidéo au moment où il subit un crash en Amérique du Nord en 1983-1985, résultat de la concurrence acharnée à laquelle se livrent différents acteurs du marché dont Atari[29]. Les jeux multijoueur en ligne tels que ceux créés par Mutiny dans Halt and Catch Fire, la société de Cameron Howe, sont l’une des réponses à cette crise. La série montre aussi l’utilisation balbutiante des tchats, les premières messageries instantanées, qui ne décollent véritablement qu’avec la création en 1988 d’IRC, un protocole ouvert de messagerie instantanée. De même pour les logiciels antivirus évoqués dans l'épisode final de la saison 2 et qui ne font leur apparition qu'à partir de 1987.
  • La saison 3, qui se déroule en 1986 pour ses huit premiers épisodes, introduit la possibilité de vente en ligne d’objets, une sorte d’eBay qui ne sera créée qu’en 1995[33]. Le paiement en ligne par carte de crédit y est envisagé, le premier protocole cryptographique de ce genre datant en effet de 1987. Les deux derniers épisodes, qui se déroulent en 1990, abordent la naissance du World Wide Web basé sur l’utilisation du langage hypertexte HTML, inventé au CERN en 1989, du protocole de transfert hypertexte http et de TCP/IP. Le premier navigateur commercial, Mosaic, sera développé à partir de 1992[34].
  • La saison 4 qui se déroule en 1994 voit l'affrontement de deux approches de l'indexation du web naissant avec Comet versus Rover[35]. Il fait référence à la bataille livrée par Yahoo!, qui proposait une indexation manuelle du web, contre AltaVista dans les années 90 puis Google dans les années 2000, des moteurs de recherche basés sur des algorithmes. Dans les années 90, la bataille n'est pas encore tranchée. Dans la série, Comet doit s'effacer - non devant Rover - mais devant son concurrent à la technologie similaire - Yahoo! - quand le navigateur phare de l'époque, Netscape, intègre directement un bouton vers ce dernier.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) A.F. Kornelis, « Proposed New Opcodes », bixoft.nl, (consulté le 1er juin 2014)
  2. « Date diffusion TV en France sur Allociné », Allociné (consulté le 24 novembre 2014)
  3. Pierre Langlais, « Halt & Catch Fire : Ctrl + S (on sauvegarde) », Télérama, (consulté le 3 juin 2014)
  4. a, b, c, d, e, f et g « Fiche du doublage de la série » sur Doublage Série Database, consulté le 28 décembre 2015
  5. a et b (en) Nellie Andreeva, « AMC Orders Period Drama Pilots From Craig Silverstein/Barry Josephson, Mark Johnson », Deadline.com, (consulté le 24 mai 2014)
  6. (en) « AMC Set To Film New Pilot Halt & Catch Fire In Atlanta This Month », FanBolt, (consulté le 24 mai 2014)
  7. (en) Dan Snierson, « AMC greenlights drama series Halt & Catch Fire and Turn », Entertainment Weekly, (consulté le 24 mai 2014)
  8. (en) Nellie Andreeva, « Jonathan Lisco Inks Overall Deal With AMC », Deadline.com, (consulté le 24 mai 2014)
  9. (en) « AMC Sets June Premiere Date For Drama Series Halt And Catch Fire », Deadline.com (consulté le 24 mai 2014)
  10. (en) Samantha Highfill, « AMC drama to become first show to ever premiere on Tumblr », Entertainment Weekly, (consulté le 24 mai 2014)
  11. (en) « Halt and Catch Fire Renewed for Season Two by AMC », TV by the Numbers,
  12. (en) « Halt and Catch Fire Dials Up Season Two on Sunday, May 31 at 10:00 P.M. ET/PT », TheFutonCritic,
  13. « Halt and Catch Fire saison 2 à partir du 2 juin sur CANAL+SÉRIES », sur Canal+
  14. (en) « AMC Renews Halt and Catch Fire for Third Season », TheFutonCritic,
  15. (en) « AMC's Critically Acclaimed Series Halt and Catch Fire Leaves Texas Behind for the Big Leagues of Silicon Valley », TheFutonCritic,
  16. (en) Daniel Holloway, « Halt and Catch Fire Renewed for Fourth and Final Season at AMC », sur Variety,
  17. (en) « AMC's Halt and Catch Fire Will Begin Its Fourth and Final Season with a Two-Hour Premiere on Saturday, August 19th at 9:00PM ET/PT », TheFutonCritic,
  18. « A refreshingly well-acted period drama, Halt and Catch Fire convincingly portrays the not-too-distant past. »
  19. (en) Ben Travers, « SXSW: Is AMC's New Drama Halt and Catch Fire the Network's Next Mad Men? », Indiewire, (consulté le 4 juin 2014)
  20. Pierre Langlais, « « On va vouloir nous comparer à Mad Men », Mark Johnson, producteur de Halt & Catch Fire », Télérama, (consulté le 3 juin 2014)
  21. Pierre Sérisier, « Halt and Catch Fire – Inventer l’avenir dans son garage », Le Monde des séries, (consulté le 4 juin 2014)
  22. Marjolaine Jarry, « Halt and Catch Fire : les geeks ont leur Mad Men », Le Nouvel Obs, (consulté le 4 juin 2014)
  23. (en) « Halt and Catch Fire: Season 2 », sur Rotten Tomatoes (consulté le 5 août 2015)
  24. (en) « How Failure Made ‘Halt and Catch Fire’ Great », sur nytimes,
  25. (en) « The human element will always get in the way on Halt And Catch Fire », sur avclub,
  26. (en) « Halt and Catch Fire’s Most Radical Message Wasn’t About Computers », sur wired,
  27. (en) « Halt and Catch Fire: Season Two Ratings »,
  28. (en) « Halt and Catch Fire: Season Four Ratings », sur tvseriesfinale,
  29. a, b et c « “L'informatique, à l'époque de Halt & Catch Fire, était punk” », sur Télérama
  30. (en) « HALT AND CATCH FIRE GETS THE ’80S PC REVOLUTION PERFECTLY RIGHT. HERE’S HOW », sur Wired
  31. (en) « Tech drama Halt and Catch Fire’s second season is perfect summer television »,
  32. (en) « THE INCREDIBLE TRUE STORY BEHIND AMC’S HALT AND CATCH FIRE – HOW COMPAQ CLONED IBM AND CREATED AN EMPIRE », sur Internet History Podcast
  33. (en) « The new season of Halt and Catch Fire is about the origins of McAfee », sur arstechnica,
  34. (en) « AMC’s Halt and Catch Fire Ends Season With a Glimpse at Tech’s Future », sur fortune,
  35. (en) « Halt and Catch Fire Series Finale: Two Tech Industry Veterans Say Goodbye to the AMC Drama », sur indiewire,

Liens externes[modifier | modifier le code]