Halle aux grains de Blois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Halle aux grains de Blois
Halle aux grains de blois.jpg
Vue de l'entrée
Présentation
Type
Halle
Destination actuelle
Centre des congrès
Ingénieur
Jean de la Morandière
Construction
1849
Propriétaire
Commune
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
2, place Jean-JaurèsVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de Loir-et-Cher
voir sur la carte de Loir-et-Cher
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

La halle aux grains est un monument historique situé place Jean-Jaurès, à Blois (Loir-et-Cher). Sous la dénomination « Palais des Congrès et de la Culture », elle héberge notamment la Scène nationale de Blois. Elle accueille également congrès et expositions.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le plan de cet édifice est rectangulaire, composé d'un vaste vaisseau central flanqué de tourelles polygonales à ses angles. Elles ont pour fonction d'abriter des escaliers à vis pour accéder au premier étage et aux combles. À ce plan se rajoute un hémicycle intérieur de 630 places.

Les matériaux utilisés sont des pierres de calcaire et des briques. L'ardoise, pour la couverture. Le style en pierre de taille et briques polychromes rappelle l'aile Louis XII du Château de Blois.

La politique de décentralisation des lieux culturels débute dans les années 60 et fut initiée par André Malraux avec la création des maisons de la culture. Ainsi, la halle aux grains fait partie d'un réseau dense de salles de spectacles labellisées scènes nationales. Effectivement, l'activité du bâtiment est scindée en deux depuis les années 1980 : le Centre des congrès, géré par l'office du tourisme qui organise des salons et événements ponctuels et Le Centre culturel, qui programme des spectacles à l'année et qui obtient en 1993 le statut de scène nationale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Au XVe siècle, la halle aux blés de Blois est une construction imposante qui occupe la totalité de l'îlot aujourd'hui compris entre les rues du palais, Paul-Renouard, Anatole-France et des Rouillis[1]. Ce bâtiment abrite alors, au rez-de-chaussée, la halle proprement dite et, au premier étage, le palais de justice[1], bâti par les premiers ducs d'Orléans et les comtes de Blois[réf. nécessaire]. En 1806, le Domaine, qui avait légué la propriété d'un terrain à la ville, revient sur sa décision. Il réclame désormais une somme surévaluée comparée à l'état du bâtiment qui se trouve dans ce terrain[2]. En 1840, la municipalité souhaite malgré tout que l'on reconstruise une nouvelle halle car l'ancienne, située dans le bâtiment médiéval, ne convient plus aux besoins de la ville[2]. Dès 1842, la municipalité envisage donc la construction d'un nouveau bâtiment[3].

L'année suivante, en 1843, vient le concours d'architectes et la mise en place d'un projet pour la Halle aux Grains[2]. Ce projet est validé en 1845, après quelques modifications[4]. En 1849, la construction de la Halle débute et le préfet nomme ce bâtiment « Palais du Peuple ». Il est inauguré le . Par la suite, la Halle accueille diverses manifestations telles que des bals populaires, des expositions commerciales et des réunions politiques. Puis, dès 1962, un projet de salle des fêtes puis de salle de théâtre voient le jour. En 1969, un projet de salle de théâtre est envisagé à la place de la Halle et l'architecte de ce projet propose la démolition de la Halle[4]. Le , le maire de Blois Pierre Sudreau promet aux Blésois, dans un article paru dans La Nouvelle République, de détruire la Halle aux grains car le dernier projet a échoué. Elle est cependant sauvée par l'association Parlez-moi d'amour, entendue par Jack Lang, qui intervient pour que la Halle soit classée comme monument historique en 1984. Elle devient lieu d'exposition et salle de spectacle en tant que « scène nationale ». Le , la ville de Blois fête l'inauguration de sa nouvelle Halle, qui prend le nom de « Palais des Congrès et de la culture »[5].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Cosperec 1994, p. 89.
  2. a b et c Cosperec 1994, p. 330.
  3. Cosperec 1994, p. 330-331.
  4. a et b « Projet de halle aux blés : élévation principale et plan, vers 1845. », sur Archives municipales de Blois (consulté le ).
  5. Didier Laroche, « Centre de congrès, Blois », sur Projeter avec l'existant (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vieilles pierres Riches souvenirs, Gérard Payen, 1983, Blois.
  • Annie Cosperec, Blois : La forme d'une ville, Paris, Imprimerie nationale, , 406 p. (ISBN 2-11-081322-9).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]