Halla (cheval)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Halla.

Halla
Image illustrative de l’article Halla (cheval)
Halla montée par Hans Günter Winkler aux Jeux olympiques d'été de 1956.

Race Trotteur
Père Oberst
Mère Hélène
Père de mère ?
Taille 1,68 m
Sexe Jument
Naissance
Pays de naissance Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Mort
Éleveur Gustav Vierling
Cavalier Hans Günter Winkler
Distinction Trois médailles d'or olympiques

Halla (16 mai 1945 – 19 mai 1979) est une jument de saut d'obstacles montée par Hans Günter Winkler. Elle est le seul cheval de l'histoire à remporter trois médailles d'or olympiques dans sa discipline. Elle mesure 1,68 m. 

Histoire[modifier | modifier le code]

Halla (également nommée Sonnenglanz) naît dans la cour de Gustav Vierling à Darmstadt[1]. Sa mère est Hélène, une jument trotteur français d'origine inconnue, et son père l'étalon Standardbred Oberst. Halla est d'abord formée au steeple-chase avant d'être découverte par le comité olympique allemand. Elle devait être utilisé en concours complet, mais a été considérée comme trop difficile et change de cavalier à plusieurs reprises. Malgré son grand talent, elle ne remporte aucune grande compétition. En 1951, considérée comme inapte, elle est confiée à la star montante du saut d'obstacles Hans Günter Winkler[2].

Halla remporte le championnat du monde de saut d'obstacles de 1954[2]. Elle participe avec Winkler aux Jeux olympiques d'été de 1956 à Stockholm. Au cours de la première épreuve, Halla prend son appel trop tôt sur l'avant-dernier obstacle. Winkler est jeté en l'air, atterrit lourdement en arrière dans sa selle et se déchire un muscle abducteur. Halla fait tomber le dernier obstacle[3]. Sachant que son abandon causerait l'élimination de l'équipe allemande, il monte malgré la douleur, en ne donnant que des indications minimales à sa monture. Halla termine le parcours sans faute. Ils gagnent la médaille d'or olympique en individuel et par équipe[2]. Le cavalier Nelson Pessoa commente ce parcours en soulignant « l'incroyable sang-froid et la générosité » de la jument[3].

Quatre ans plus tard, aux jeux Olympiques de 1960 à Rome, Halla et Winkler mènent l'équipe allemande à une autre victoire[2].

Ensemble, ils ont remporté un total de 125 compétitions de saut d'obstacles. Ainsi, Halla est le cheval ayant reçu le plus de médailles d'or aux Jeux olympiques d'après le Livre Guinness des Records. Halla est mise en retraite sportive le 25 octobre 1960, et entame une carrière de poulinière. Elle met au monde huit poulains, mais aucun ne devient un champion comme elle-même. Halla meurt le 19 mai 1979, à l'âge avancé de 34 ans.

Pedigree[modifier | modifier le code]

Origines de Halla
Père
Oberst
Standardbred
Palmetto Watts
1913
General Watts
1904 T 2:06¾
Axworthy
ch. 2:15½ 1892
Carpet
Ottaray Belle
1907
Rhythmic
1897
Night Queen
1902
Odelis
1922
Morgenwind
1911
Morgan Axworthy
1907
Della Bell
1904
Ottaray Belle
1907
Rhythmic
1897
Night Queen
1902
Mère
Hélène
Trotteur français
Inconnu {{{mff}}} {{{mfff}}}
{{{mffm}}}
{{{mfm}}} {{{mfmf}}}
{{{mfmm}}}
Inconnue {{{mmf}}} {{{mmff}}}
{{{mmfm}}}
{{{mmm}}} {{{mmmf}}}
{{{mmmm}}}

Palmarès[modifier | modifier le code]

Ses victoires en Grand Prix comprennent :

  • 1957 Aix-la-chapelle (CHIO), Grand Prix
  • 1958 Wiesbaden, Grand Prix.
  • 1959 Rome (CSIO), Grand Prix.
  • 1955, derby d'Hambourg.

Héritage et hommages[modifier | modifier le code]

Halla a été honoré par la création d'une statue en bronze grandeur nature à Warendorf, siège de la Fédération équestre allemande[4]. Cette dernière a bloqué le nom de la jument en 1979, à son décès, afin qu'il n'existe jamais d'homonymes dans le sport équestre allemand[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Stoneridge 1972, p. 414-431.
  2. a, b, c et d Pierre Lagrue et Serge Laget, Le Siècle olympique. Les Jeux et l'Histoire (Athènes, 1896-Londres, 2012), Encyclopaedia Universalis, , 2754 p. (ISBN 2852291177 et 9782852291171, lire en ligne), p. 747.
  3. a, b et c Rodrigo Pessoa et Sabrine Delaveau, Tu seras cavalier, mon fils : La saga Pessoa, Éditions du Rocher, , 240 p. (ISBN 2268001512 et 9782268001517), p. 20.
  4. https://books.google.fr/books?id=pkMkAQAAMAAJ&q=Halla+jument&dq=Halla+jument&hl=fr&sa=X&redir_esc=y

Annexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • [Stoneridge 1972] (en) M. A. Stoneridge, Great Horses of Our Time, New York, Doubleday,
  • [Bryant 2008] (en) Jennifer O. Bryant, Olympic Equestrian, A Century of International Horse Sport, Lexington, KY, Blood-Horse Publications,