Hagryphus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Hagryphus giganteus

Hagryphus
Description de cette image, également commentée ci-après
Reconstitution du squelette basée sur les restes fossiles quasi complets d'une espèce proche, décrite en 2014 : Anzu wyliei, Musée d'histoire naturelle de l'Utah (en).
Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Sauropsida
Super-ordre Dinosauria
Ordre Saurischia
Sous-ordre Theropoda
Micro-ordre Coelurosauria
Clade Tyrannoraptora
Clade Maniraptoriformes
Clade Maniraptora
Clade Pennaraptora
Clade  Oviraptorosauria
Famille  Caenagnathidae

Genre

 Hagryphus
Zanno et Sampson[1], 2005

Nom binominal

 Hagryphus giganteus
Zanno et Sampson[1], 2005

Hagryphus est un genre éteint de petits dinosaures à plumes de la famille des Caenagnathidae. Il a vécu en Utah, à la fin du Crétacé supérieur. Le genre est très mal connu car ses restes fossiles sont limités à une main.

Une seule espèce d'Hagryphus a été nommée à ce jour : l'espèce type H. giganteus ; elle l'a été en 2005 par Lindsay Zanno et Scott Sampson (en).

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le nom générique provient de l'égyptien Ha, nom du dieu du désert occidental, et de la forme latinisée du grec γρύψ (gryps), qui désignait le griffon, animal mythologique tenant de l'oiseau. L'épithète spécifique signifie gigantesque en latin[1].

Découverte et description[modifier | modifier le code]

Silhouette dotée de la main découverte.

L'holotype a été découvert en 2002 par Michael Getty dans la formation de Kaiparowits (Campanien supérieur), qui fait partie du Monument national de Grand Staircase-Escalante dans le sud de l'Utah. Cette découverte a été décrite au milieu scientifique en 2003[2]. La datation radiométrique de roches situées légèrement au-dessous du lit du fossile indique que le spécimen est mort il y a 75,95 millions d'années, c'est-à-dire au cours du Campanien[3]. Désigné UMNH VP 12765, le spécimen type fait partie des collections du Musée d'histoire naturelle de l'Utah (en) à Salt Lake City. Il consiste dans une main gauche incomplète mais articulée et la partie distale du radius gauche. Il manque la seconde serre à la main. Le semi-lunaire et le radial du poignet sont préservés. Quelques éléments fragmentaires du pied trouvés près de la main sur le versant ont aussi été catalogués sous le même numéro d'inventaire[1].

Taille[modifier | modifier le code]

Comme l'épithète spécifique l'indique, Hagryphus giganteus était un oviraptorosaure considéré à l'origine par ses inventeurs comme particulièrement grand. Ils l'estimaient à 3 mètres de long, ce qui en faisait potentiellement alors l'un des membres les plus grands du clade des Oviraptorosauria (Barsbold, 1976[4]). Les descripteurs estimaient que la taille de H. giganteus dépassait de 30 à 40 % celle du plus grand oviraptorosaure nord-américain alors connu, Chirostenotes. La main de l'holotype mesure environ un 30 centimètres de long[1].

Cependant :

  • en 2007, Gigantoraptor erlianensis, un caenagnathidé géant, est découvert en de Chine. Il pourrait atteindre 8 mètres de long et un poids de 2 tonnes, en faisant le plus grand oviraptorosaure connu[5] ;
  • des estimations postérieures pour Hagryphus ont réduit sa taille : en 2010, Gregory S. Paul en estime la longueur à 2,40 mètres et le poids à 50 kilogrammes[6] ;
  • en 2014, Anzu wyliei, un grand caenagnathidé, est découvert aux États-Unis. Il mesure près de 3,50 mètres de long pour un poids estimé entre 200 et 300 kg[7] et devient le plus grand oviraptorosaure d'Amérique du Nord.

Paléoécologie[modifier | modifier le code]

Habitat[modifier | modifier le code]

Le seul spécimen connu d'Hagryphus a été trouvé dans la formation de Kaiparowits, dans le sud de l'Utah. Selon la méthode argon-argon de datation radiométrique, cette formation s'est déposée il y a 74,0 à 76,1 millions d'années, pendant le Campanien[8],[9]. Pendant le Crétacé supérieur, le site de la formation de Kaiparowits se trouvait près de la rive occidentale de la voie maritime intérieure de l'Ouest, grande mer intérieure qui séparait l'Amérique du Nord en deux masses continentales : la Laramidia, à l'ouest, et l'Appalachie, à l'est. Le plateau où les dinosaures vivaient étaient une ancienne plaine d'inondation bordée de hautes terres et dominée par de grands chenaux et d'abondants marécages tourbeux, étangs et lacs. Le climat était humide et permettait la vie d'un large éventail d'organismes[10].

Hagryphus serait donc le plus austral des oviraptorosaures américains connus[1].

Paléofaune[modifier | modifier le code]

Hagryphus partageait son paléoenvironnement avec des théropodes tels que les Dromaeosauridae, le Troodontidae Talos sampsoni, des Ornithomimidae comme Ornithomimus velox, des Tyrannosauridae comme Albertosaurus et Teratophoneus, des Ankylosauria, des Hadrosauridae Parasaurolophus cyrtocristatus et Gryposaurus monumentensis, ainsi que des Ceratopsia Utahceratops gettyi, Nasutoceratops titusi et Kosmoceratops richardsoni[11]. La paléofaune présente dans la formation de Kaiparowits comprend des Chondrichthyes (requins et raies), des grenouilles, des Caudata, des tortues, des Lacertilia et des crocodiliens. Il y avait divers mammifères anciens, dont des Multituberculata, des marsupiaux et des insectivores[12].

Phylogénie et classification[modifier | modifier le code]

En 2003, Zanno et Sampson rangèrent la nouvelle découverte dans la famille des caenagnathidés[2], mais en 2005, limitèrent la précision de leur classement en la rangeant dans le clade plus général des oviraptosaures.

Les études phylogéniques postérieures ont replacé Hagryphus dans la famille des caenagnathidés[13]. Les espèces proches d'Hagryphus sont Microvenator celer, Gigantoraptor erlianensis, Epichirostenotes curriei, Anzu wyliei, Caenagnathus collinsi, puis celles regroupées dans la sous-famille des Elmisaurinae[13].

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f (en) L. E. Zanno et S. D. Sampson, « A new oviraptorosaur (Theropoda; Maniraptora) from the Late Cretaceous (Campanian) of Utah », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 25, no 4,‎ , p. 897–904.
  2. a et b (en) L.E. Zanno et S.D. Sampson, « A new caenagnathid specimen from the Kaiprowits Formation (Late Campanian) of Utah », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 23, no 3,‎ , p. 114A.
  3. (en) Lindsay E. Zanno, David J. Varricchio, Patrick M. O'connor, Alan L. Titus et Michael J. Knell, « A new troodontid theropod, Talos sampsoni gen. et sp. nov., from the Upper Cretaceous Western Interior Basin of North America », PLoS ONE, vol. 9, no 6,‎ , e24487 (PMID 21949721, PMCID 3176273, DOI 10.1371/journal.pone.0024487, lire en ligne).
  4. (en) Rinchen Barsbold, « A new Late Cretaceous family of small theropods (Oviraptoridae n. fam.) in Mongolia », Doklady Akademii Nauk SSSR, vol. 226, no 3,‎ , p. 685–688
  5. (en) X. Xu, Q. Tan, J. Wang, X. Zhao et L. Tan, « A gigantic bird-like dinosaur from the Late Cretaceous of China », Nature, vol. 447, no 7146,‎ , p. 844–847 (PMID 17565365, DOI 10.1038/nature05849)
  6. (en) G.S. Paul, The Princeton Field Guide to Dinosaurs, Princeton University Press, , p. 150
  7. Découverte d'un nouveau dinosaure ressemblant à un « poulet de l'enfer », Le Monde, 20 mars 2014
  8. (en) Eric M. Roberts, Alan L. Deino et Marjorie A. Chan, « 40Ar/39Ar age of the Kaiparowits Formation, southern Utah, and correlation of contemporaneous Campanian strata and vertebrate faunas along the margin of the Western Interior Basin », Cretaceous Research, vol. 26, no 2,‎ , p. 307–318.
  9. (en) J.G. Eaton, Multituberculate mammals from the Wahweap (Campanian, Aquilan) and Kaiparowits (Campanian, Judithian) formations, within and near Grand Staircase-Escalante National Monument, southern Utah, Utah Geological Survey, , 66 p..
  10. (en) Alan L. Titus (dir.) et Mark A. Loewen (dir.), At the Top of the Grand Staircase: The Late Cretaceous of Southern Utah, Indiana University Press, , 634 p..
  11. (en) Lindsay E. Zanno et Scott D. Sampson, « A new oviraptorosaur (Theropoda; Maniraptora) from the Late Cretaceous (Campanian) of Utah », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. 25, no 4,‎ , p. 897–904 (DOI 10.1671/0272-4634(2005)025[0897:ANOTMF]2.0.CO;2).
  12. (en) Jeffrey G. Eaton, Richard L. Cifelli, J. Howard Hutchinson, James I. Kirkland et J. Michael Parrish, « Cretaceous vertebrate faunas from the Kaiparowits Plateau, south-central Utah », dans David D. Gillete (dir.), Vertebrate Paleontology in Utah, Salt Lake City, Utah Geological Survey, (ISBN 1-55791-634-9), p. 345–353.
  13. a et b (en) Gregory F. Funston et Philip J. Currie, « A new caenagnathid (Dinosauria: Oviraptorosauria) from the Horseshoe Canyon Formation of Alberta, Canada, and a reevaluation of the relationships of Caenagnathidae », Journal of Vertebrate Paleontology, vol. Online edition,‎ , e1160910 (DOI 10.1080/02724634.2016.1160910)

Références taxinomiques[modifier | modifier le code]

(en) Référence Paleobiology Database : Hagryphus giganteus Zanno et Sampson, 2005

Liens externes[modifier | modifier le code]