Habitat intermédiaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'habitat intermédiaire ou semi-collectif est une forme urbaine intermédiaire entre la maison individuelle et l’immeuble collectif (appartements). Il se caractérise principalement par un groupement de logements superposés avec des caractéristiques proches de l’habitat individuel : accès individualisé aux logements et espaces extérieurs privatifs pour chaque logement[1].

Histoire de l'habitat intermédiaire[modifier | modifier le code]

Un développement européen[modifier | modifier le code]

D’un point de vue théorique, le concept d’habitat intermédiaire est apparu dès le début du XXe siècle[1].

Le Corbusier et Walter Gropius ont, après les concepts « paternalistes » de Fourier (phalanstère) et Ebezener Howard (garden cities), dès les années 1920, expérimenté des formes urbaines et architecturales nouvelles, intermédiaires, avec notamment la Cité Frugès et le Pavillon des Maîtres du Bauhaus[2].

Un renouveau[modifier | modifier le code]

Rennes Métropole et Grenoble se sont fixé des objectifs de développement de ce type d'habitat.

Le PLH (plan local de l'habitat) du Grand Lyon se donne pour objectif de produire 5 à 10 % des logements en habitat de forme intermédiaire.

Description[modifier | modifier le code]

Les objectifs de ce type d'opération d'habitat sont[1] :

  • limiter l’étalement urbain, soit en construisant plus dense dans de nouvelles zones à urbaniser, soit en renouvellement urbain
  • favoriser une mixité de typologies de logements ;
  • répondre aux attentes d’individualisation des habitants ;
  • proposer une forme urbaine adaptée à la morphologie des villages ou quartiers et du paysage dans lesquels l'habitat s'insère ;
  • offrir une qualité de vie.

Cet habitat s’inscrit dans des structures bâties aux volumes réduits qui rassemblent en moyenne 5 à 20 logements[1]. La surface des logements est en général plus grande que celle d'appartements en collectifs. Les charges collectives sont par ailleurs plus réduites.

Réalisations[modifier | modifier le code]

Dans l'ouest de la France[modifier | modifier le code]

Dans le nord de la France[modifier | modifier le code]

  • Dunkerque (59, Région Hauts-de-France), quartier durable du Grand Large. Les Maisons en bois sont aménagées en bande. Elles font partie de la première tranche du quartier (216 logements). Les garages à toit plat sont au Nord et font tampon entre la rue et un jardin.
  • Vert-Saint-Denis (77, Région Île-de-France), 19 logements PLUS, Les Foyers de Seine et Marne, PO et PO arch., 2005[3].
  • Oye-Plage (62, Région Hauts-de-France), 16 logements intermédiaires bio-sourcés, avec panneaux solaires et une part de toitures végétalisées[4].
  • Margon (28, Région Centre), des logements intermédiaires de 2, 3, 4 pièces, sont regroupés par 3 ou 4 dans des volumes à l’échelle des maisons de bourg, implantés parallèlement à la rue (opération de 2011 par l'agence BERMOND-PORCHON)[5].

Dans le sud de la France[modifier | modifier le code]

En 2008, ont été recensée comme opérations d'habitat intermédiaires[6] :

    • 21 en Franche-Comté,
    • 47 en Rhône-Alpes,
    • 13 en Bourgogne et
    • 4 en Auvergne.

Quelques exemples :

  • Village du Touch, quartier de Saint-Martin-du-Touch, Toulouse (Haute-Garonne) : 44 maisons de ville PLA et 4 logements intermédiaires PLA. L'opération a été réalisée en 2004 par Laurent Gouwy, Agence GGR, pour Patrimoine SA Languedocienne[7].
  • Toulouse, OPHLM, Résidence Les Chênes[3].
  • Brive, 34 logts, OPHLM, L. Caradec et F. Risterucci arch., 2001-2003, densité 72 logts/ha[3].

Dans l'est de la France[modifier | modifier le code]

  • Mandeure (Doubs)[7] ;
  • Le Montcel, 26 logements aidés pra atelier d’architecture COOPERIM, 38 logements/ha (2011)[8] ;
  • Hery-sur-Alby (Haute-Savoie), 13 logements locatifs aidés par Franck POTTIN - SELARL d’Architecture, 70 logements/ha[8] ;
  • Tignes, 6 logements dont 4 pour séjour de sportifs, Ateliers d’architecture Corinne MAIRONI et associés, 45 lgt/ha[8] ;
  • Le bois, 10 logements locatifs aidés, par Loup et Menigoz, architectes urbanistes, 56 lgt/ha[8] ;
  • Sonnaz, 25 logements par l'atelier d'architecture Louis et Perino, 35 lgt/ha[8] ;
  • Le Bourget du Lac, 44 logements dont 9 locatifs aidés par Patey Architectes, 35 lgt/ha[8] ;
  • Bassens, 3 logements aidés, par l'atelier d'architecture Louis et Perino, 54 lgt/ha[8] ;
  • Chambery, 85 logements locatifs aidés par Patey Architectes, 68 lgt/ha[8].
  • Grenoble, Poisat, Valence, logements R+3 construits en 1975 par Maurice Blanc[9].
  • Saint-Martin-d'Hères, résidence Ambroise Croizat, logements intermédiaires R+1.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Mialet, « Le renouveau de l’habitat intermédiaire », Collection recherche. PUCA/CERTU. 2006.
  • ADEUS, C’est quoi l’habitat intermédiaire ?, 2004.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h i j k l m et n Audiar (agence d'urbanisme Rennes), « Entre maison et appartement : l’habitat intermédiaire », sur formes-urbaines-rennesmetropole.fr, (consulté le 26 novembre 2015).
  2. CAUE du Rhône, « Habitat intermédiaire à Chalon-sur-Saône, Collonges-au-Mont d’Or, Lyon Saint-Rambert. », (consulté le 26 novembre 2015)
  3. a b et c Christian Moley, « Densité désirable : comment concilier urbanité et intimité », (consulté le 26 novembre 2015).
  4. Cabinet d'architecture Arietur, « 16 logements intermédiaires bio-sourcés » (consulté le 11 février 2021).
  5. CAUE 28, « HABITAT GROUPÉ À MARGON - MARGON », sur Observatoire des CAUE, (consulté le 11 février 2021).
  6. USH PUCA, « habitats intermédiaires en Centre-Est », sur urbanisme-puca.gouv.fr, (consulté le 11 février 2021).
  7. a et b Barbara Allen, Michel Bonetti & Jean Werlen, « Entre individuel et collectif : l’habitat intermédiaire », sur arcad-ca.fr, (consulté le 26 novembre 2015).
  8. a b c d e f g et h DDT Savoie (Direction départementale des territoires), « Fiches exemples - Habitat intermédiaire », sur savoie.gouv.fr, (consulté le 26 novembre 2015).
  9. Résidence 2002.