Habiba Ghribi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Habiba Ghribi Portail athlétisme
PortraitHabibaGhribiLondres2012.jpg
Habiba Ghribi lors des Jeux olympiques de Londres en 2012.
Informations
Disciplines 3 000 m steeple
Nationalité Drapeau : Tunisie Tunisienne
Naissance (32 ans)
Lieu Kairouan, Tunisie
Taille 1,74 m (5 9)[1]
Poids 52 kg
Surnom Bibi
Club EFCVO
Entraîneur Adel Hfaiedh (adjoint)
Jean-Michel Dirringer
Palmarès
Jeux olympiques 1 - -
Championnats du monde 1 1 -
Championnats d'Afrique - 1 -
Championnats de Tunisie 3 - -

Habiba Ghribi (حبيبة الغريبي), née le à Kairouan, est une athlète tunisienne, spécialiste des courses de fond et de demi-fond.

À la suite de la disqualification de la Russe Yuliya Zaripova pour dopage en mars 2016, elle est championne du monde 2011 et championne olympique 2012 sur le 3 000 m steeple. Également vice-championne du monde 2015 sur cette distance derrière Hyvin Jepkemoi, elle est la deuxième meilleure performeuse de l'histoire, derrière la Russe Gulnara Samitova-Galkina, sur sa distance préférée du 3 000 m steeple[2]. Elle est détentrice du record de Tunisie du 1 500 m.

Carrière[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Habiba Ghribi naît le à Kairouan en Tunisie[3],[4]. Elle passe sa petite enfance dans un village des environs de Kairouan. Sa famille émigre à Sfax afin de permettre aux enfants d'être scolarisés dans de bonnes conditions. Ghribi se fait remarquer dans les compétitions scolaires et intègre, ensuite, une formation sportive civile[5]. Si elle est formée par le club de Radès à partir de 2003[4], elle avait déjà remporté le 1 500 mètres en 4 min 37 s 14 aux championnats de Tunisie d'athlétisme 1999[6] et terminé 11e des championnats d'Afrique 2002 qui se déroulent dans cette même ville de Radès.

Premiers succès[modifier | modifier le code]

Lors des championnats de Tunisie d'athlétisme 2004, elle remporte son premier titre national sur 5 000 mètres, franchissant la ligne en 17 min 0 s 20[6]. L'année suivante, elle récidive mais termine en 16 min 14 s 78, soit environ 45 secondes de moins[6]. En 2005 toujours, Habiba Ghribi participe aux championnats panarabes d'athlétisme à Radès, sur 10 000 ; elle termine deuxième en 35 min 5 s 83. Elle obtient la médaille d'argent sur 3 000 m steeple lors des championnats d'Afrique de 2006, réalisant un temps de 10 min 10 s 93[4].

Deux ans plus tard, en 2008, elle participe aux Jeux olympiques d'été à Pékin. Treizième de la finale, elle établit un nouveau record de Tunisie de la discipline en 9 min 36 s 43[7]. Début 2009, elle rejoint la France et le club de l'Entente Franconville Césame Val d'Oise pour s'entraîner[4].

Vers une médaille mondiale[modifier | modifier le code]

En 2009, Habiba Ghribi se classe troisième du 1 500 mètres des Jeux méditerranéens en 4 min 12 s 37, un nouveau record personnel ; elle est devancée par l'Italienne Elisa Cusma et la Marocaine Btissam Lakhouad. Elle améliore plus tard dans la saison son propre record national du steeple à l'occasion des championnats du monde à Berlin où elle finit sixième en 9 min 12 s 52 lors d'une course remportée par l'Espagnole Marta Domínguez[8].

En août 2011, elle décroche la médaille d'argent sur 3 000 m steeple lors des championnats du monde, à Daegu, en battant le record de Tunisie de la distance (9 min 11 s 97) et en devenant la première médaillée d'argent tunisienne dans cette compétition[9]. Sa tenue, à l'occasion de cet évènement, et notamment son short, provoque une polémique en Tunisie liée à des problèmes d'ordre religieux[10]. Elle se fixe alors comme objectif la médaille d'or aux Jeux olympiques l'année suivante[9]. Cette médaille d'argent devient en 2016 une médaille d'or après le déclassement pour dopage de la Russe Yuliya Zaripova.

Première médaillée olympique tunisienne[modifier | modifier le code]

Le , dans le cadre des Jeux olympiques de Londres, elle décroche la médaille d'argent sur 3 000 m steeple, devenant la première Tunisienne[11], et la deuxième athlète de Tunisie tous sexes confondus à décrocher une médaille olympique, après Mohammed Gammoudi[3]. Elle déclare par la suite : « Je dédie cette médaille à toutes les femmes tunisiennes »[3]. Le ministère tunisien de la Jeunesse et des Sports la récompense de 120 000 dinars (environ 60 000 €) et le Comité national olympique tunisien de 50 000 dinars (environ 25 000 €)[12]. Cette médaille d'argent devient en 2016 une médaille d'or après le déclassement pour dopage de la Russe Yuliya Zaripova.

Forte de cette médaille, Habiba Ghribi se fixe comme objectif de battre le record du monde détenu par la Russe Gulnara Samitova-Galkina et de remporter la médaille d'or aux prochains championnats du monde à Moscou[13]. Le , elle reçoit, aux Émirats arabes unis, le prix du sportif arabe prometteur « Mohammed ben Rachid Al Maktoum »[14].

Habiba Ghribi lors des championnats du monde 2015.

Le , Habiba Ghribi améliore la meilleure performance mondiale de l'année en 9 min 11 s 28, lors de la Ligue de diamant à Monaco[15]. Le , elle décroche la médaille d'argent sur 3 000 m steeple lors des championnats du monde, à Pékin. Le , Habiba Ghribi bat le record d'Afrique du 3 000 m steeple avec un temps de 9 min 5 s 36 et remporte la finale de la Ligue de diamant à Bruxelles ; elle devient la deuxième meilleure performeuse de l'histoire dans cette discipline[16],[2].

Affaire de dopage de la Russe Zaripova et sa disqualification[modifier | modifier le code]

Le , l'agence russe antidopage RUSADA suspend la championne olympique Yuliya Zaripova pour dopage et annule ses résultats pendant les Jeux olympiques de 2012[17]. La Fédération internationale d'athlétisme n'a pas encore confimé, dans son dernier rapport des athlètes suspendus, cette information[18]. Si l'information est officialisée, Habiba Ghribi récupérera la médaille d'or olympique de 2012. Le , le Comité international olympique (CIO) devait examiner le cas de dopage de Zaripova et prendre une décision concernant l'attribution de la médaille d'or du 3 000 m steeple des Jeux olympiques de 2012[19]. Dans son rapport de novembre 2015, l'Agence mondiale antidopage considère que les Jeux olympiques de 2012 ont été « sabotés » par la présence d’athlètes russes dopés[20].

À la suite de la disqualification de la vainqueur, Marta Domínguez, le , Ghribi est reclassée 5e des championnats du monde 2009 de Berlin[21],[22].

Habiba Ghribi et Nawal El Moutawakel lors de la restitution de la médaille d'or des JO 2012.

Le , le Tribunal arbitral du sport valide les appels de la Fédération internationale d'athlétisme contre les décisions de l'agence russe antidopage (RUSADA) concernant les sanctions « sélectives » de six athlètes. L'agence russe prenait des sanctions de manière tronçonnée de façon, le plus souvent, à leur permettre de conserver les titres acquis dans les grands rendez-vous, ce qui est inacceptable aux yeux de la fédération internationale. Le tribunal décide de bannir Yuliya Zaripova, coureuse de 3 000 m steeple qui avait déjà perdu ses titres mondiaux 2011 et olympiques 2012 pour une précédente suspension, du au . Cette décision ouvre la voie à Habiba Ghribi pour récuperer le titre mondial de 2011 ainsi que le titre olympique de 2012[23]. La Fédération internationale d'athlétisme annonce procéder immédiatement à la disqualification des athlètes incriminés et à la redistribution des médailles des épreuves qu'elle dirige et informe le CIO de la décision du tribunal en vue de modifier le résultat de l'épreuve olympique[24]. Interviewée quelques jours plus tard, Habiba Ghribi déclare « quand on apprend qu'on s'est fait voler la joie au moment de la victoire, ça fait mal. J'aurais voulu qu'on entende l'hymne tunisien à Londres (en 2012) et Daegu (en 2011) »[25]. Une délégation du CIO, conduite par sa vice-présidente Nawal El Moutawakel, et de la Fédération internationale d’athlétisme remettent officiellement à Ghribi ses médailles le au stade d'athlétisme de Radès[26],[27].

Entraîneurs[modifier | modifier le code]

Ghribi a pour entraineur le Roumain Constantin Nourescu pendant quinze ans, jusqu'en 2014. Avant sa retraite, il l'aide à se mettre en contact avec son nouvel entraîneur, à partir de décembre 2014, le Français Jean-Michel Dirringer[28],[29]. Il est secondé par Adel Hfaiedh un ancien champion de Tunisie 2007 du 800 m[30],[31].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Date Compétition Lieu Résultat Épreuve Temps
1999 Championnats de Tunisie El Menzah 1re 1 500 m 4 min 37 s 14
2002 Championnats d'Afrique Radès 11e 5 000 m
2004 Championnats de Tunisie Radès 1re 5 000 m 17 min 0 s 2
2005 Championnats panarabes Radès 2e 10 000 m 35 min 5 s 83
Championnats de Tunisie Radès 1re 5 000 m 16 min 14 s 78
2006 Championnats d'Afrique Bambous 2e 3 000 m steeple 10 min 10 s 93
2008 Jeux olympiques Pékin 13e 3 000 m steeple 9 min 36 s 43
2009 Jeux méditerranéens Pescara 3e 1 500 m 4 min 12 s 37
Championnats du monde Berlin 5e 3 000 m steeple 9 min 12 s 52
2011 Championnats du monde Daegu 1re 3 000 m steeple 9 min 11 s 97
2012 Jeux olympiques Londres 1re 3 000 m steeple 9 min 08 s 37
2014 Ligue de diamant 1re 3 000 m steeple 9 min 15 s 23
2015 Championnats du monde Pékin 2e 3 000 m steeple 9 min 19 s 24
Ligue de diamant 1re 3 000 m steeple détails

Records[modifier | modifier le code]

Habiba Ghribi en couverture de Tunivisions, en octobre 2015.
Épreuve Performance Lieu Date
1 500 m 4 min 6 s 38 Drapeau : Croatie Zagreb 2 septembre 2014 (NR)[32]
3 000 m 8 min 52 s 06 Drapeau : France Franconville 28 avril 2013 (NR)
5 000 m 16 min 12 s 9 Drapeau : Tunisie Radès 22 juin 2003
3 000 m steeple 9 min 5 s 36 Drapeau : Belgique Bruxelles 11 septembre 2015 (NR)

Distinctions et décorations[modifier | modifier le code]

  • Troisième classe de l’Ordre de la République, le 15 septembre 2015[33] ;
  • Ambassadrice de l’Académie internationale des athlètes pour la culture de la paix[34] ;
  • Médaille d’or de la commémoration de la paix remise par l’Association internationale des soldats de la paix[34] ;
  • Femme arabe de l'année 2015[35] ;
  • Meilleure sportive arabe de l’année 2015 sélectionnée par l’Union arabe des journalistes sportifs[36].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Habiba Ghribi se marie à Khaled Boudhraa, son entraîneur d'origine algérienne[9]. Elle annonce son divorce après les Jeux olympiques de Londres[5]. Elle se fiance ensuite avec l'athlète Bouabdellah Tahri[28].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Habiba Ghribi », sur lequipe.fr (consulté le 3 mai 2013)
  2. a et b « 3000 metres steeplechase Women, All Times », sur iaaf.org (consulté le 9 avril 2016)
  3. a, b et c « Habiba Ghribi : "Je dédie cette médaille à toutes les femmes tunisiennes" », sur france24.com,‎ (consulté le 3 octobre 2012)
  4. a, b, c et d Sybille de Larocque, « Habiba Ghribi, une championne pour la nouvelle Tunisie », sur jolpress.com,‎ (consulté le 4 octobre 2012)
  5. a et b Frida Dahmani, « Habiba Ghribi : Ce qui compte c'est la gagne », sur afriquemagazine.com,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  6. a, b et c (en) « Tunisian Championships », sur gbrathletics.com (consulté le 2 octobre 2012)
  7. (en) « The XXIX Olympic Games », sur iaaf.org (consulté le 24 août 2011)
  8. (en) « Event Report - Women's 3 000 m Steeplechase - Final », sur berlin.iaaf.org,‎ (consulté le 24 août 2011)
  9. a, b et c « Mondiaux-2011 – Accueil chaleureux réservé à Habiba Ghribi à son retour à Tunis », sur tunisienumerique.com (consulté le 3 octobre 2012)
  10. « Tunisie : Ibrahim Kassas se moque des critiques à l'encontre de la tenue de compétition de Habiba Ghribi », sur tunisienumerique.com,‎ (consulté le 3 octobre 2012)
  11. « Résultats du 3 000 m steeple féminin des Jeux olympiques de 2012 », sur fr.london2012.com (consulté le 6 août 2012)
  12. « 100.000 dinars à Oussama Mellouli et 50.000 dinars pour Habiba Ghribi de la part du CNOT », sur tunisie-news.net (consulté le 3 octobre 2012)
  13. « Athlétisme : Habiba Ghribi "mon prochain objectif le record du monde et la médaille d'or aux prochains mondiaux" », sur tap.info.tn (consulté le 3 octobre 2012)
  14. « Habiba Ghribi remporte le prix du sportif arabe prometteur Mohamed Ben Rachid Al Maktoum », sur babnet.net,‎ (consulté le 16 janvier 2013)
  15. « Meeting de Monaco : meilleure performance mondiale pour Habiba Ghribi au 3 000m steeple », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 31 août 2015)
  16. « Habiba Ghribi réalise la meilleure performance mondiale 2015 », sur businessnews.com.tn,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  17. « Dopage : deux athlètes russes suspendues, dont une championne olympique », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 31 janvier 2015)
  18. (en) « List of athletes currently serving a period of ineligibility as a result of an Anti-Doping Rule Violation under IAAF Rules » [PDF], sur iaaf.org,‎ (consulté le 27 mai 2015)
  19. (en) « IOC ready to act in Russian doping case », sur sbs.com.au,‎ (consulté le 6 février 2015)
  20. « Dopage dans l’athlétisme : la Russie accusée de « défaillances systémiques » », sur lemonde.fr,‎ (consulté le 27 novembre 2015)
  21. « Dopage : l'Espagnole Marta Dominguez perd son titre mondial 2009 sur 3000m steeple », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 27 mars 2016)
  22. (en) « 3000 metres steeplechase women », sur iaaf.org (consulté le 27 mars 2016)
  23. « Le TAS donne raison à la Fédération internationale contre les décisions de RUSADA », sur lexpress.fr,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  24. (en) « IAAF statment concerning cas decisions: six Russian athletes », sur iaaf.org,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  25. « JO-2016 : à Rio, Habiba Ghribi voudra décrocher "sur le terrain" son or du 3.000 m steeple », sur afp.com,‎ (consulté le 1er avril 2016)
  26. « Les médailles d'or des JO de Londres 2012 et du championnat du monde 2011 restituées à Habiba Ghribi », sur tap.info.tn,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  27. « Habiba Ghribi récupère ses médailles », sur lapresse.tn,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  28. a et b « Mondiaux d'athlétisme - 3000m steeple : le Kenya encore ! », sur fr.news.yahoo.com,‎ (consulté le 26 août 2015)
  29. (en) Jon Mulkeen, « Ghribi will carry the hopes of a nation in Beijing », sur iaaf.org,‎ (consulté le 26 août 2015)
  30. « L’entraîneur de Habiba Ghribi : nous comptons récolter de l’or », sur capradio.tn,‎ (consulté le 26 août 2015)
  31. (ar) « Adel Hfaiedh, entraîneur de la championne du monde Habiba Ghribi », sur capradio.tn,‎ (consulté le 21 avril 2016)
  32. « Records de Tunisie seniors féminines » [PDF], sur tunisathle.voila.net,‎ (consulté le 26 août 2015)
  33. « Béji Caïd Essebsi décore l’athlète Habiba Ghribi », sur businessnews.com.tn,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  34. a et b Ibtissem Zakia Ben Abdallah, « Double distinction pour l’athlète tunisienne Habiba Ghribi en France », sur highlights.com.tn,‎ (consulté le 5 juin 2016)
  35. « Habiba Ghribi sacrée femme arabe de l’année », sur kapitalis.com,‎ (consulté le 21 décembre 2015)
  36. « Habiba Ghribi, meilleure sportive arabe de 2015 », sur businessnews.com.tn,‎ (consulté le 5 janvier 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :