Habib Kazdaghli

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Habib Kazdaghli
Habib Kazdaghli.JPG
Habib Kazdaghli, le 28 janvier 2012.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (64 ans)
HammametVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
حبيب القزدغليVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Historien, universitaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour

Habib Kazdaghli (arabe : حبيب القزدغلي), né le 18 août 1955 à Hammamet, est un historien et universitaire tunisien spécialiste de l'époque contemporaine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à la faculté des sciences humaines et sociales de Tunis, il obtient une maîtrise en histoire en 1978 puis un diplôme d'études approfondies en 1980. Il soutient en 1988 une thèse de doctorat de troisième cycle en histoire contemporaine puis passe sa thèse d'habilitation en 1999[1].

Il est d’abord professeur dans plusieurs lycées de Tunisie, puis assistant à la faculté des lettres, des arts et des humanités de La Manouba entre 1989 et 1999. En janvier 2000, il devient maître de conférences puis professeur des universités à partir d'octobre 2004[1].

Il est par ailleurs responsable de l’unité d’histoire orale à l'Institut supérieur d'histoire du mouvement national du 1er janvier 1992 au 30 juin 1997, de l’unité de recherche « Histoire et mémoire » de 1996 à 1999, de l'équipe « Histoire et mémoire » au sein du laboratoire de recherche « Régions et ressources patrimoniales »[1] et président du comité scientifique du prix Ibn Khaldoun[2].

Professeur invité dans plusieurs universités européennes et nord-américaines[3], il est élu doyen de la faculté des lettres, des arts et des humanités de La Manouba en juin 2011[4], poste qu'il occupe jusqu'en 2017. En novembre 2017, il se porte candidat à la présidence de l'université de La Manouba[5]. Il termine en troisième position du premier tour, ce qui l'empêche d'être présent au second tour des élections du rectorat[6].

Menacé par un groupe d'étudiants salafistes[7], il devient l'un des symboles du combat contre le niqab dans l'espace universitaire[8]. En octobre 2012, un appel pour un rassemblement de solidarité est lancé pour le soutenir suite aux accusations des étudiants islamistes[9] : une centaine de personnes, militants des droits de l'homme et responsables politiques, sont présents le jour de son procès pour manifester leur soutien[10].

En 2013, il gagne le procès que lui avaient intenté deux étudiantes islamistes qu’il avait exclues des cours pour port du niqab[11]. Quelques mois après, il appelle le président Moncef Marzouki à respecter les institutions universitaires à la suite de sa défense des droits des étudiantes niqabées[12].

Le 9 juin 2014, il porte plainte contre une vingtaine de personnes qui ont entravé des chefs de départements[13].

Commémorant la Journée internationale de la non-violence, il inaugure, le 4 octobre 2016 à la faculté des lettres, des arts et des humanités de La Manouba, le parc Mohamed-Brahmi et un buste à la mémoire du Mahatma Gandhi[14].

Le 7 mars 2017, il inaugure une plaque commémorative des événements de mars 2012, durant lesquels un salafiste a abaissé le drapeau tunisien pour hisser à sa place le drapeau de l’internationale islamiste[15].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Principales publications[modifier | modifier le code]

  • La Tunisie de l'après-guerre : 1945-1950 (ouvrage collectif), éd. Institut supérieur d'histoire du mouvement national, Tunis, 1991
  • (ar) Évolution du mouvement communiste en Tunisie : 1919-1943 (تطور الحركة الشيوعية في تونس : 1919 - 1943), éd. Publications de la faculté des lettres de La Manouba, La Manouba, 1992
  • Documents écrits et oraux sur le mouvement national tunisien (avec Abdelmajid Kraïem), éd. Publications de l'Institut supérieur d'histoire du mouvement national, Tunis, 1993
  • Mémoires de femmes : Tunisiennes dans la vie publique, 1920-1960 [sous la dir. de], éd. MédiaCom, Tunis, 1993[23]
  • Histoire communautaire, histoire plurielle : la communauté juive de Tunisie (ouvrage collectif), éd. Centre de publication universitaire, Tunis, 1999
  • Les communautés méditerranéennes de Tunisie (ouvrage collectif), éd. Centre de publication universitaire, Tunis, 2006
  • Le tourisme dans l’Empire français. Politiques, pratiques et imaginaires (XIXe-XXe siècles) [sous la dir. de], éd. Publications de la Société française d’histoire d’outre-mer, Paris, 2009[24]
  • Abdelhamid Ben Mustapha. Écrits, hommages et témoignages, éd. Rosa Luxemburg Stiftung, Tunis, 2017[25]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Habib Mellakh, Chronique du Manoubistan, éd. Cérès, Tunis, 2013

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Habib Kazdaghli », sur babelio.com (consulté le 6 septembre 2016)
  2. Hatem Bourial, « Prix Ibn Khaldoun 2018 : Beit El Hikma, l’Orientale de Naples et l’Institut de Varsovie lauréats », sur webdo.tn, (consulté le 17 novembre 2018)
  3. Sarra Guerchani, « Entretien avec Habib Kazdaghli, en tournée de conférences au Canada », sur kapitalis.com, (consulté le 2 août 2016)
  4. Arielle Thedrel, « Tunisie : le doyen qui résiste aux islamistes », sur lefigaro.fr, (consulté le 6 septembre 2016)
  5. Habib Trabelsi, « Université de Manouba : Habib Kazdaghli président… en toute logique », sur kapitalis.com, (consulté le 4 novembre 2017)
  6. (ar) « La liste des nouveaux présidents d'universités », sur radioexpressfm.com,‎ (consulté le 4 novembre 2017)
  7. Isabelle Porter, « Tunisie - Le combat contre le niqab d'un doyen menacé de mort », sur ledevoir.com, (consulté le 6 septembre 2016)
  8. Marie Verdier, « Habib Kazdaghli, un universitaire contre le niqab », sur la-croix.com, (consulté le 6 septembre 2016)
  9. « Appel pour un rassemblement de solidarité avec Kazdaghli », sur leaders.com.tn, (consulté le 6 septembre 2016)
  10. « Tunisie : le procès d’un doyen de fac à nouveau reporté », sur jeuneafrique.com, (consulté le 6 septembre 2016)
  11. Hassane Zerrouky, « Habib Kazdaghli a gagné son procès », sur humanite.fr, (consulté le 6 septembre 2016)
  12. « Habib Kazdaghli appelle le président à « respecter les institutions universitaires » », sur tunisienumerique.com, (consulté le 6 septembre 2016)
  13. « Habib Kazdaghli porte plainte contre des intrus entravant les élections des chefs de départements », sur businessnews.com.tn, (consulté le 6 septembre 2016)
  14. Habib Mellakh, « Ghandi et Mohamed Brahmi à la faculté des lettres de la Manouba : le sens d’une commémoration », sur leaders.com.tn, (consulté le 9 octobre 2016)
  15. « Commémoration du cinquième anniversaire des évènements de la faculté des lettres de la Manouba », sur businessnews.com.tn, (consulté le 7 mars 2017)
  16. Habib Mellakh, « Habib Kazdaghli fait docteur honoris causa par l'université de Nanterre : nul n'est prophète en son pays », sur leaders.com.tn, (consulté le 6 septembre 2016)
  17. « La faculté des lettres de la Manouba rend un grand hommage à son doyen Habib Kazdaghli », sur leaders.com.tn, (consulté le 28 mars 2017)
  18. « Scholars at Risk : Habib Kazdaghli sacré doyen du "courage" par un congrès mondial », sur leaders.com.tn, (consulté le 6 septembre 2016)
  19. « Habib Kazdaghli, le patriarche d'Alexandrie et le sacre de l'histoire », sur leaders.com.tn, (consulté le 12 septembre 2016)
  20. « Habib Kazdaghli décoré, par le président portugais, de la commande de l’ordre de la Liberté », sur businessnews.com.tn, (consulté le 6 septembre 2016)
  21. « Habib Kazdaghli décoré par une université hongroise », sur businessnews.com.tn, (consulté le 7 octobre 2016)
  22. (ar) « Liste des personnes décorées lors de la journée du savoir », sur archive.alchourouk.com,‎ (consulté le 22 août 2017)
  23. Stéphanie Chauvin, « Kazdaghli Habib (dir.), Mémoire de femmes. Tunisiennes dans la vie publique, 1920-1960 », Vingtième siècle, revue d'histoire, vol. 44, no 1,‎ , p. 156 (lire en ligne)
  24. Isabelle Sacareau, « Colette Zytnicki et Habib Kazdaghli (dir.), Le tourisme dans l’Empire français. Politiques, pratiques et imaginaires (XIXe-XXe siècles) : un outil de la domination coloniale ? », Monde du tourisme, vol. 1, no 1,‎ , p. 89-90 (lire en ligne)
  25. Habib Mellakh, « En hommage à Abdelhamid ben Mustapha, un recueil de textes réunis, introduits et publiés par Habib Kazdaghli », sur leaders.com.tn, (consulté le 23 novembre 2017)

Lien externe[modifier | modifier le code]