Habib Benglia

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Habib Benglia est un acteur français, né le 25 août 1895 à Oran en Algérie[1] et mort le 2 décembre 1960 à Paris.

Il débute sa carrière en 1913, tant au théâtre qu’au cinéma. Mobilisé pour la Première Guerre mondiale, il intègre ensuite la compagnie de théâtre de Firmin Gémier qui aboutit au Théâtre National de l’Odéon avec Gaston Baty en 1922. Benglia est ainsi le premier noir à jouer des rôles du répertoire classique, et il se retrouve aussi interprétant le rôle de l’Emperor Jones à l’Odéon à l’âge de 27 ans. Il explore cependant d’autres aspects de son art : danse, revues, vaudeville... Le théâtre sous toutes ses formes reste sa passion pendant plus 36 ans. C’est par le théâtre d’abord qu’il tient un rôle majeur dans la vie culturelle parisienne de l’entre-deux-guerres.

Benglia s’intéressa aussi au cinéma, mais le cinéma français ne réussit pas à lui inventer de bons rôles. On le retrouve le plus souvent dans de petits rôles dans des petits films, aussi dans quelques films de propagande coloniale, et parfois dans des rôles ridiculement exotiques. Quelques exceptions : Benglia tient la vedette dans Daïnah la métisse, puis des passages intéressants dans Sola, et dans Les Mystères de Paris, puis il a ses quelques minutes dans Les Enfants du Paradis, un film où il ne travailla que deux jours (les 5 et 6 décembre 1943).

Cinéma[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Radio[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nicholas Macdonald, In Search of La Grande Illusion : A Critical Appreciation of Jean Renoir's Elusive Masterpiece, McFarland (ISBN 9780786462704, lire en ligne), p. 216.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvie Chalaye,Du Noir au Nègre, L'image du Noir au théâtre (1550-1960), Ed L'Harmattan (Images Plurielles, LITTÉRATURE THÉÂTRE AFRIQUE NOIRE) 1998, 454 pages (voir aussi Nègre en image, du même auteur).
  • Nathalie Coutelet, « Habib Benglia: quand le Noir entre en scène », in Présence africaine, n° 170, 2e semestre 2004.
  • Nathalie Coutelet, « Habib Benglia et le cinéma colonial », in Cahiers d'études africaines, n° 191, 2008.
  • Nathalie Coutelet, « Habib Benglia, idole noire du music-hall », in Revue africaine, n° 3, juin 2008.
  • Nathalie Coutelet, « Le corps noir selon Gémier », in L'Ethnographie, nouvelle édition no 4, printemps 2009.

Lien externe[modifier | modifier le code]