Haakon Chevalier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Haakon Maurice Chevalier (né le 10 septembre 1901 - mort le 4 juillet 1985 à Paris[1]) est un auteur, traducteur et enseignant américain. Il a notamment été professeur de littérature française à l'université de Californie à Berkeley. Il a aussi traduit en anglais plusieurs ouvrages de Salvador Dalí, André Malraux, Vladimir Pozner, Louis Aragon, Frantz Fanon et Victor Vasarely.

Il est surtout connu comme ami du physicien Robert Oppenheimer, qu'il a connu à Berkeley en Californie en 1937.

Ses relations avec un recruteur potentiel des services secrets soviétiques et Robert Oppenheimer est l'un des facteurs qui a mené à la révocation de l'habilitation de sécurité d'Oppenheimer lors d'une audition de la Commission de l'énergie atomique des États-Unis en 1954.

Biographie[modifier | modifier le code]

Chevalier est né le 10 septembre 1901 à Lakewood Township (New Jersey), de parents français et norvégiens.

En 1945, il participe à la traduction d'un film présentant le procès de Nuremberg.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (en) Haakon Chevalier, The ironic temper: Anatole France and his time, Oxford University Press,‎
  • (en) Haakon Chevalier, André Malraux and "Man's fate": An essay, H. Smith and R. Haas,‎
  • (en) Haakon Chevalier, For Us The Living, New York, Alfred A. Knopp,‎ (ISBN 1-4179-8987-4)
  • (en) Haakon Chevalier, The Man Who Would Be God, Putnam,‎
  • (en) Haakon Chevalier, Oppenheimer: The Story of a Friendship, New York, George Braziller, Inc.,‎
  • (en) Haakon Chevalier, The last voyage of the schooner Rosamond, Deutsch,‎ (ISBN 0-233-96247-6)

Traductions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Haakon Chevalier » (voir la liste des auteurs).

  1. (en) Associated Press, « Writer Haakon Chevalier Dies at 83 », Los Angeles Times,‎ (lire en ligne)