HNLMS Java (1921)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir HNLMS Java.
HNLMS Java
image illustrative de l’article HNLMS Java (1921)
Le Java avant sa reconstruction.
Type croiseur léger
Histoire
A servi dans Naval Jack of the Netherlands.svg Koninklijke Marine
Quille posée
Lancement
Mise en service
Statut Coulé le
Équipage
Équipage 526 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 155,3 m
Maître-bau 16 m
Tirant d'eau 6,22 m
Déplacement 6 670 t (standard)
Port en lourd 8 087 t (pleine charge)
Propulsion 3 turbine à vapeur Parsons
8 chaudières Schultz-Thornycroft
Puissance 73 000 cv
Vitesse 31 nœuds
Caractéristiques militaires
Blindage
Armement
Rayon d'action 3 600 miles nautiques à 15 nœuds (1200 tonnes de fuel)
Aéronefs 2 hydravions Fokker-C.XI-W
Localisation
Coordonnées 6° 00′ 01″ sud, 112° 05′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : Indonésie

(Voir situation sur carte : Indonésie)
HNLMS Java
HNLMS Java

Le HNLMS Java (en néerlandais : Hr.Ms. Java) est un croiseur léger, navire de tête de sa classe construit pour la Marine royale néerlandaise dans les années 1920.

Historique[modifier | modifier le code]

Le Java amarré à Le Helder en 1925.

Le , le Java quitta les Pays-Bas pour une croisière dans les Indes néerlandaises, arrivant à Tanjung Priok le 7 décembre.

Le , le Java, les destroyers Van Ghent et Evertsen et les sous-marins K II et K VII quittent Surabaya pour Tanjung Priok, visitant au passage Bangka, Belitung, Riau, les îles Lingga, Belawan et Deli. Le 28 août, le groupe retourne à Tanjung Priok, participant le 31 à une revue de la flotte en l'honneur de la reine néerlandaise Wilhelmina.

Le , les navires HNLMS Sumatra, JavaVan Galen, Witte de With et Piet Hein sont présents à la Fleet Week (en) de Surabaya. Après des entraînements en mer de Chine méridionale, les croiseurs de classe Java et les destroyers Evertsen, Witte de With et Piet Hein firent une visite de la flotte à Singapour le 13 novembre.

Lors de son retour aux Pays-Bas, il est envoyé à Gibraltar où il effectue des missions de convoyage pendant la guerre civile espagnole dans le détroit de Gibraltar du 1er avril au .

Après sept mois de carénage aux Pays-Bas, il part pour les Indes néerlandaises le . En transit, il effectue des missions de convoyage dans le détroit de Gibraltar du 10 au 13 mai avant de rejoindre Tanjung Priok le 25 juin. Le 13 octobre, il entre en collision avec le Piet Hein dans le détroit de la Sonde. Le Java fut réparé à Surabaya.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le Java en 1939, après sa reconstruction.

Au début de la guerre du Pacifique en décembre 1941, le Java effectue des missions de convoyage en collaboration avec les forces britanniques. Le , la force est attaqué sans succès par des bombardiers « Kate » du porte-avions Ryūjō.

Le 19 février, les forces navales de l'ABDA se rendent à Bali pour tenter de perturber les débarquements japonais, prenant part à la bataille du détroit de Badung, où il n'est pas endommagé.

Le , le croiseur participe à la bataille de la mer de Java. Dans la soirée, il est frappé par une torpille Long Lance tirée par le croiseur japonais Nachi. L'explosion de la torpille provoqua une inondation dans la salle des machines arrière et un incendie se déclara sur le pont. L'équipage abandonna le navire quinze minutes avant qu'il ne coule. 512 membre d'équipage décédèrent dans cette attaque.

Épave[modifier | modifier le code]

L'épave du Java est découverte le lors d'une expédition par une équipe internationale de plongée, couchée sur le côté tribord à une profondeur de 69 mètres (226 pieds). L'épave du HNLMS De Ruyter, qui repose à proximité est découverte le même jour, tandis que le HNLMS Kortenaer, coulé en fin d'après-midi du , est localisée par le même groupe en août 2004.

Le , une expédition montre qu'une bonne partie des épaves ont été pillés illégalement par des ferrailleurs. En février 2017, un rapport soutenu par le ministère néerlandais de la Défense est publié confirmant le démantèlement partiel ou total des trois épaves malgré le statue de tombe de guerre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]