HMS Tamar (P233)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

HMS Tamar (P233)
Image illustrative de l’article HMS Tamar (P233)
Le HMS Tamar en camouflage Dazzle, le .
Type Patrouilleur
Classe River
Fonction militaire
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Constructeur BAE Systems Maritime (en)
Chantier naval Govan (Glasgow)
Fabrication acier
Quille posée [1]
Lancement
Commission
Caractéristiques techniques
Longueur 90 m[2]
Maître-bau 13 m
Tirant d'eau 3,8 m
Déplacement 2 000 tonnes[3]
Propulsion 2 hélices
2 moteurs Diesel MAN
Puissance 10 950 ch
Vitesse 25 nœuds (46,3 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 1 canon auto de 30 mm (en)
2 minigun M134
Rayon d'action 5 500 milles marins (10 186 km)
Carrière
Port d'attache HMNB Portsmouth
Indicatif P233

Le HMS Tamar[Note 1] (pennant number : P233) est un patrouilleur hauturier de la classe River en service dans la Royal Navy depuis 2020.

Conception[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

En , le HMS Tamar est repeint en camouflage Dazzle, en prévision de son déploiement en Asie-Pacifique[4].

Le , suite aux tensions provoquées par le rassemblement de plusieurs navires de pêche au large de Jersey dans le cadre de protestations sur les permis de pêche, le Royaume-Uni déploie le HMS Tamar et le HMS Severn dans le cadre de « mesures préventives »[5].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Dans la marine des forces britanniques, HMS signifie Her Majesty's Ship ou His Majesty's Ship, selon que le monarque anglais est de sexe féminin ou masculin

Références[modifier | modifier le code]

  1. « HMS Tamar » sur Seaforces online.
  2. « River class Offshore Patrol Vessel » sur Seaforces online.
  3. Espérandieu 2018.
  4. (en) Michael Drummond, « Warship treated to Second World War paint job used to ‘dazzle’ submarines », Evening Standard,‎ (lire en ligne)
  5. « Pêche à Jersey. La France déploie deux navires militaires, fortes tensions avec le Royaume-Uni », Ouest-France,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]