HMS Curacoa (D41)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un bateau ou un navire image illustrant la Royal Navy
Cet article est une ébauche concernant un bateau ou un navire et la Royal Navy.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir HMS Curacoa.
HMS Curacoa (D41)
Image illustrative de l'article HMS Curacoa (D41)
Le HMS Curacoa en 1941.

Type Croiseur léger
Classe C
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Constructeur Pembroke Dockyard

Harland and Wolff

Quille posée juillet 1916
Lancement 5 mai 1917
Commission 18 février 1918
Statut Coulé le 2 octobre 1942
Équipage
Équipage 327 membres
Caractéristiques techniques
Longueur 140 m
Maître-bau 13,3 m
Tirant d'eau 4,3 m
Tonnage 4260 t
Propulsion 2 turbines Brown-Curtis à vitesses

6 chaudières Yarrow

2 hélices

Vitesse 29 nœuds
Caractéristiques militaires
Armement 5 canons 152 mm

2 canons aériens 76 mm

8 lance torpilles 533 mm

2 canons 907 g

Électronique HACS après modernisation
Carrière
Indicatif D41

Le HMS Curacoa est un croiseur léger de classe C de la Royal Navy, nommé d'après l'île de Curaçao dans la mer des Caraïbes. Ayant coulé après une collision avec le Queen Mary le 2 octobre 1942, il représente une des plus grosses pertes accidentelles de la Royal Navy pendant la Seconde Guerre Mondiale, emportant avec lui 239 hommes[1],[2],[3],[4],[5].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À sa mise en service le 5 mai 1917, le HMS Curacoa devient le vaisseau amiral du 5e Escadron de Croiseur léger (une partie de la Force de Harwich) ; il sert pendant le reste de la Première Guerre mondiale.

En avril 1919, il rejoint le 1er Escadron de Croiseurs Légers de la flotte de l'Atlantique quand celui-ci se crée.

En mai 1919, le Curacoa est déployé en mer Baltique dans le cadre de l'intervention britannique dans la guerre civile russe, soutenant les Russes blancs contre les Bolcheviks. Il relaie HMS Caledon comme le fleuron du contre-amiral Walter Cowan. Le 17 mai, alors en route de Helsinki (capitale de la Finlande) à Liepaja (ville de Lettonie), il heurte une mine à 70 miles à l'est de Reval (aujourd'hui Tallinn). Un membre d'équipage est tué par l'explosion ; Cowan, se lavant à ce moment, sort de son bain et court sur le pont vêtu seulement d'un manteau, pour s'occuper de l'incident. En dépit de dommages relativement mineurs, le contre-amiral force le navire à être renvoyé en Angleterre pour une réparation.

Le Curacoa termine son déploiement en mer Baltique comme vaisseau amiral opérationnel, avant de revenir au Royaume-Uni et d'être redéployé en Méditerranée, où il reste jusqu'en 1928. Plus tard, en 1935, il est l'un des quatre navires de la Royal Navy à l'affiche du film Brown on Resolution, dans lequel il joue un cuirassé allemand.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1939, quelques mois avant le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en Europe, il fut choisi pour devenir un croiseur anti-aérien et subit une refonte au chantier naval de Chatham. Il sert ensuite dans la « Home Fleet » au cours de la Campagne de Norvège en 1940, jusqu'à ce que, le 24 avril, il subisse des bombardements aériens qui lui occasionnèrent de lourds dommages et firent trente morts. Revenu à Chatham pour les réparations, il reprend son service actif en août servant avec le convoi de défense Nore Command. Pendant la « Warship Week » (semaine des bateaux de guerre) en mars 1942, il fut « adopté » (parrainé) par la communauté civile de Wolverhampton.

Accident[modifier | modifier le code]

Le 2 Octobre 1942, le HMS Curacoa est à Londonderry. Il est sous le commandement du capitaine John Wilfrid Boutwood, un marin expérimenté et reconnu, ayant vingt-cinq années de service.

Boutwood reçoit l'ordre d'aller à la rencontre du RMS Queen Mary. C'est un navire de transport militaire à destination de Grennock, chargé de dix mille soldats américains.

Déroulement[modifier | modifier le code]

Conséquences[modifier | modifier le code]

La collision provoque la mort de de 239 des 338 membres de l'équipage, dont 25 des 27 officiers. Le capitaine John W. Boutwood et l'officier commandant la défense anti-aérienne font partie des 99 survivants[réf. nécessaire].

En conclusion d'un procès après-guerre, les responsabilités furent attribuées pour 2/3 à l'Amirauté (au capitaine du Curacoa) et pour 1/3 à celui du Queen Mary.

Epave[modifier | modifier le code]

Les restes du HMS Curacoa reposent à 122 mètres de profondeur.

La partie proue de 90 mètres est complètement retournée sur le fond. La partie arrière, qui est à 800 mètres de la première, est dans sa position normale et conserve son artillerie antiaérienne en position. Le gouvernail est coincé au milieu du navire.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ryan Kirkpatrick, « RMS Queen Mary and HMS Curacoa »,‎ (consulté le 13 février 2016)
  2. (en) « Queen Mary's deadly drama at sea », sur scotsman.com,‎
  3. Great War Society, « St. Mihiel Trip-Wire: July 2008 », WorldWar1.com,‎ (consulté le 10 août 2009)
  4. "Queen Mary / Curacoa Crash", History Television, Canada.com Network, 2009.
  5. uboat.net - Allied Warships - Light cruiser HMS Curacoa of the Ceres class