HMS Argonaut (61)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

HMS Argonaut
Image illustrative de l’article HMS Argonaut (61)
L'Argonaut vers 1943.
Type Croiseur léger
Classe Dido
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Constructeur Cammell Laird
Chantier naval Birkenhead, Angleterre
Quille posée
Lancement
Commission
Statut Retiré du service le ; démoli en 1955
Équipage
Équipage 480 hommes
Caractéristiques techniques
Longueur 156 m
Maître-bau 15,39 m
Tirant d'eau 4,3 m
Déplacement 5 700 tonnes
À pleine charge 6 960 tonnes
Propulsion 4 turbines à vapeur Parsons
4 chaudières Admiralty
4 hélices
Puissance 62 000 ch
Vitesse 32,25 nœuds (59,73 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture : 76 mm
pont : 25 mm
magasins : 51 mm
cloison : 25 mm
Armement Configuration d'origine :
10 canons de 133 mm
8 canons de 2 livres
4 canon de 20 mm
2 tubes lance-torpilles de 533 mm
Rayon d'action 1 500 miles (2 400 km) à 30 nœuds (56 km/h)
1 000 t de fioul

Le HMS Argonaut est un croiseur léger de classe Dido en service dans la Royal Navy pendant la Seconde Guerre mondiale.

Historique[modifier | modifier le code]

En octobre et , l'Argonaut prend part à l'opération Torch, les débarquements alliés en Afrique du Nord. Le croiseur faisait partie de la force H basée à Gibraltar, chargée notamment de surveiller les débarquements contre une éventuelle attaque des forces navales françaises vichystes ou italiennes. L'Argonaut effectua de nombreuses missions de diversion en Méditerranée.

En , l'Argonaut rejoint la force Q nouvellement formée, avec pour mission d'intercepter les convois germano-italiens sur la côte tunisienne.

Le 1er décembre, l'Argonaut et les autres navires de la force Q prirent part à la bataille du banc de Skerki, attaquant et détruisant en grande partie un convoi italien.

Coque de l'Argonaut après avoir subi une attaque à la torpille.

Le , l'Argonaut est lourdement endommagé par le sous-marin italien Lazzaro Mocenigo. Bien qu'ayant perdu trois membres d'équipage, les dommages sont tels que les autorités allemandes crurent à tort que l'Argonaut avait été coulé. Le navire fut remorqué et réparé temporairement à Alger. Il partit ensuite pour les États-Unis où il fut réparé jusqu'en .

Lorsque l'Argonaut retourne au Royaume-Uni, il est équipé de nouveaux radars 293 et 277, participant aux bombardements lors du débarquement de Normandie. Il soutient également l'invasion des Alliés dans le sud de la France (opération Dragoon).

Par la suite, le navire patrouilla en mer Égée où il coula quelques petits navires ennemis, avant de faire route vers l'océan Indien pour rejoindre la flotte du Pacifique britannique en 1945. Après la guerre, il fut désarmé à son retour au pays en 1946 avant d'être mis au rebut en 1955.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fechter, H.; Hümmelchen, G.: Seekriegsatlas. Mittelmeeer, Schwarzes Meer, 1940 - 1943. J. F. Lehmanns Verlag, München 1972, p. 90 (Op. Torch) and 98 ff. (Tunesia) (ISBN 3-469-00298-3)

Liens externes[modifier | modifier le code]