HMAS Queenborough (G70)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres navires du même nom, voir HMS Queenborough.

HMS Queenborough
Image illustrative de l’article HMAS Queenborough (G70)
Le Queenborough en juillet 1945, après sa conversion en frégate ASM.
Autres noms HMAS Queenborough
Type Destroyer
Frégate ASM
Classe Q
Fonction Militaire (1942-1966)
Apprentissage (1966-1972)
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Naval Ensign of Australia.svg Royal Australian Navy
Constructeur Swan Hunter
Chantier naval Wallsend, Angleterre
Commandé
Quille posée
Lancement
Commission
Statut Retiré du service le
Démoli en 1975
Équipage
Commandant Eric P. Hinton
Philip L. Saumarez
Arnold H. Green
Équipage 8 officiers, 181 marins
Caractéristiques techniques
Longueur 109,19 m
Maître-bau 10,87 m
Tirant d'eau 2,90 m
Déplacement 1 705 long tons (1 732 t)
À pleine charge 2 424 long tons (2 463 t)
Propulsion 2 turbines à vapeur Parsons
2 chaudières Admiralty
2 hélices
Puissance 40 000 ch (30 000 kW)
Vitesse 31,5 nœuds (58 km/h)
Caractéristiques militaires
Armement 4 × canons de 120 mm
1 × canons quadruple "pom pom" de 2 livres QF
6 × canons 20 mm Oerlikon
4 × lanceurs et 2 × supports pour 45 charges de profondeur
2 × tubes lance-torpilles quadruples 533 mm
Électronique Radar Type 290 & Type 285
Rayon d'action 4 680 milles marins (8 667 km) à 20 nœuds (37 km/h)
Carrière
Indicatif G70
D19
G70
D270
F02
F57
Coût 725 000 £

Le HMAS Queenborough (G70/D270/F02/57) (à l'origine HMS Queenborough (G70/D19)) est un destroyer de classe Q en service dans la Royal Navy pendant la Seconde Guerre mondiale puis dans la Royal Australian Navy de 1945 à 1972.

Construit pendant Seconde Guerre mondiale dans le cadre du programme d'urgence de guerre des destroyers, le Queenborough, nommé d'après la ville du même nom, est mis sur cale le par la société Swan Hunter de Wallsend, en Angleterre. Il est lancé le et mis en service le , sous le commandement du commander Eric Percival Hinton.

Historique[modifier | modifier le code]

Royal Navy[modifier | modifier le code]

Le HMS Queenborough en 1942, peu de temps après sa mise en service.

Le Queenborough a servi dans tous les théâtres opérationnels de la guerre, en passant par l'Arctique où il escorte de nombreux convois avec la Home Fleet jusqu'au début de 1943, participant à la bataille de la mer de Barents en décembre 1942.

Il est brièvement déployé dans les eaux au large de l'Afrique du Sud avant de rejoindre la Force H et le théâtre Méditerranéen à la mi-1943. Le Queenborough a été impliqué dans de nombreux débarquements alliés de la campagne d'Italie, faisant partie de la force de couverture britannique pour l'invasion alliée de la Sicile le 10 juillet, étant impliqué dans les préparatifs des débarquements britanniques en Calabre du 31 août au 3 septembre, dont le bombardement préparatoire du site de débarquement les 31 août et 2 septembre. Une semaine plus tard, il a soutenu les débarquements des troupes américaines à Salerne, restant dans la zone jusqu'au 16 septembre.

En mars 1944, il rejoint l'océan Indien où il se joint à l'Eastern Fleet. À la fin du mois, il participe à l'opération Diplomat (en) et en avril à l'opération Cockpit, où il sert d'escorte pour les porte-avions HMS Illustrious et de l'USS Saratoga. Il rejoint ensuite la Task Force 66 pour l'opération Transom, avant de retourner à Trinquemalay le 27 mai. En octobre, il prend part à la campagne des Philippines en participant à une opération de diversion, baptisée Millet (en), qui comprend une série de bombardements et des raids aériens contre les installations japonaises de Malacca et de car Nicobar. Le Queenborough était joint au Groupe 1, composé du cuirassé HMS Renown et son escorte, qui bombardèrent car Nicobar les 17 et 18 octobre.

En novembre 1944, le Queenborough et la 4e flottille de destroyers sont assignés à la British Pacific Fleet. Dans le cadre de ce déploiement, son numéro de fanion est changé en D19 afin de faciliter les opérations en collaboration avec les navires de l'US Navy.

Du 23 mars au , le Queenborough fait partie du groupe d'escorte protégeant les porte-avions britanniques lorsque leurs avions attaquèrent des aérodromes japonais dans les îles Ryukyu.

Le destroyer a reçu cinq honneurs de bataille pour son service en temps de guerre: "Arctique 1942-43", "Sicile 1943", "Salerne 1943", "Méditerranée 1943", et "Okinawa 1945".

Royal Australian Navy[modifier | modifier le code]

En septembre 1945, le Queenborough est prêté à la Marine royale australienne. Le , alors basé à Sydney, il est renommé HMAS Queenborough et passe sous le commandement du commandant Arnold H. Green. Il sert dans les eaux australiennes jusqu'en janvier 1946, date à laquelle il entame les préparatifs de son transfert en réserve à Sydney. Son placement en réserve s'effectue le

Conversion en frégate ASM[modifier | modifier le code]

En mai 1950, le Queenborough rejoint le chantier naval de l'île Cockatoo afin d'être converti en frégate de lutte anti-sous-marine. En dépit des prédictions tablant sur une conversion durant 18 mois au maximum, le Queenborough ne fut remis en service qu'au , en tant qu'unité de la 1re escadrille de frégates. Une fois achevé la conversion de ses trois navires-jumeaux, l’escadron comprenait les Quadrant, Queenborough, Quiberon et Quickmatch. Un autre navire jumeau, le Quality, également transféré de la Royal Navy, n’a pas été converti[1].

En février 1955, le Queenborough se rend au Royaume-Uni pour des exercices avec la Royal Navy, avant de retourner en Australie en décembre 1955. De septembre 1956 à juillet 1957, la frégate sert en Extrême-Orient. Elle effectua cinq autres déploiements dans la zone, dont un chaque année entre 1959 et 1963[1].

Le , le Queenborough est placé en réserve au chantier naval de Williamstown. Le , il est rappelé au service en tant que navire-école.

Le Queenborough est définitivement retiré du service le , après avoir parcouru quelque 443 236 milles avec la Royal Australian Navy[1]. Le , le navire est vendu à la Willtopp (Asia) Ltd par l'intermédiaire des agents de la société, Banks Bros and Streets de Sydney. Le , la frégate est remorquée de Bradleys Head (en), dans le port de Sydney, à Balmain, par la société Jubilee Engineering Works, afin de se préparer pour un remorquage vers Hong Kong.

Le destroyer a reçu un honneur de bataille pour son service dans la marine australienne: "Malaisie 1957".

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • John Bastock, Australia's Ships of War, Cremorne, NSW, Angus and Robertson, (ISBN 0-207-12927-4, OCLC 2525523)
  • Vic Cassells, The Destroyers: their battles and their badges, East Roseville, NSW, Simon & Schuster, (ISBN 0-7318-0893-2, OCLC 46829686)
  • Alastair Cooper, The Royal Australian Navy, South Melbourne, VIC, Oxford University Press, (ISBN 0-19-554116-2, OCLC 50418095), « The Korean War Era (pp 155–180); The Era of Forward Defence (pp 181–210) »
  • Hector Donohue, From Empire Defence to the Long Haul: post-war defence policy and its impact on naval force structure planning 1945–1955, Canberra, Sea Power Centre, (ISBN 0-642-25907-0, ISSN 1327-5658, OCLC 36817771)
  • Tom Frame, No Pleasure Cruise: the story of the Royal Australian Navy, Crows Nest, NSW, Allen & Unwin, (ISBN 1-74114-233-4, OCLC 55980812)
  • George Hermon Gill, Royal Australian Navy, 1942–1945, Canberra, Australian War Memorial, (OCLC 65475, lire en ligne)
    • Royal Australian Navy, 1942–1945, 362–409 p., « Pacific Drive – Indian Ocean Interlude »
    • Royal Australian Navy, 1942–1945, 500–540 p., « Leyte »
  • Ross Gillett, Australian and New Zealand Warships since 1946, Brookvale, NSW, Child & Associates, (ISBN 0-86777-219-0, OCLC 23470364)
  • Ross Gillett, Warships of Australia, Adelaide, SA, Rigby, (ISBN 0-7270-0472-7, OCLC 4466019)
  • Jeffrey Grey, Up Top: the Royal Australian Navy and Southeast Asian conflicts, 1955–1972, St. Leonards, NSW, Allen & Unwin, (ISBN 1-86448-290-7, OCLC 39074315)
  • Lew Lind, The Royal Australian Navy – Historic Naval Events Year by Year, Frenchs Forest, NSW, Reed Books, (1re éd. 1982) (ISBN 0-7301-0071-5, OCLC 16922225)
  • Dudley Pope, 73 North: the battle of the Barents Sea, London, Weidenfeld and Nicolson, (OCLC 2740805)
  • Jürgen Rohwer et Hümmelchen, Gerhard, Chronology of the war at sea, 1939–1945, vol. II, London, Ian Allan, (1re éd. 1972) (ISBN 0-7110-0277-0, OCLC 535331)
  • Stevens, David, Sears, Jason, Goldrick, James, Cooper, Alastair, Jones, Peter et Spurling, Kathryn,, The Royal Australian Navy, South Melbourne, VIC, Oxford University Press, (ISBN 0-19-554116-2, OCLC 50418095)
  • Sydney David Waters, The Royal New Zealand Navy, Wellington, Historical Publications Branch, (OCLC 11085179, lire en ligne), « The New Zealand Cruisers »
  • Alan Raven et Roberts, John, War Built Destroyers O to Z Classes, London, Bivouac Books, (ISBN 0-85680-010-4)
  • M. J. Whitley, Destroyers of World War 2, Annapolis, Maryland, Naval Institute Press, (ISBN 0-87021-326-1)
  • « "The Real Heroine" – Won Mercy Dash With Minutes to Spare », Navy News,‎ , p. 3 (lire en ligne)
  • Editor, « Mystery ship – most joined the 'Q' », Reserve News (vol. 49, no. 14), Navy News Australia,‎ , p. 6 (lire en ligne [PDF])
  • Andrew Forbes, « RAN Activities in the Southern Ocean », Semaphore, Canberra, ACT, Sea Power Centre – Royal Australian Navy, vol. 2006, no 18,‎ (lire en ligne[archive du ])