HESA Shahed 136

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Shahed 136
Constructeur HESA
Rôle Munition rôdeuse
Statut En service, en production
Mise en service
Coût unitaire 20 000 $
Équipage
0
Motorisation
Moteur MD 550
Nombre 1
Type Moteur à piston
Dimensions
Envergure 2,50 m
Longueur 3,50 m
Masses
À vide 200 kg
Maximale 240 kg
Performances
Vitesse maximale 185 km/h

Le Shahed 136 (en persan : شاهد ۱۳۶, littéralement : « Témoin ») est une munition rôdeuse fabriquée par l'Iran[1] et présentée pour la première fois en 2020[2].

Son prix est d'environ 20 000 dollars[3].

Configuration[modifier | modifier le code]

Le drone est en forme d'aile delta. La section du nez contient l'ogive ainsi que les optiques nécessaires à une attaque de précision. Le moteur se trouve à l'arrière du fuselage et entraîne une hélice propulsive bipale[4],[5].

Le drone mesure 3,50 m de long avec une envergure de 2,50 m. Il pèse environ 200 kg et vole à plus de 185 km/h[6]. Selon certaines informations l'ogive contiendrait jusqu'à 40 kg d'explosif[7]. L'hélice est entraînée par un moteur thermique Iranien Mado MD 550, possiblement dérivé du moteur d'avion allemand L550e[8]conçu par Limbach Flugmotoren (en)[6]. Ce moteur de 50 cv est un quatre cylindres à plat, deux temps, refroidi par air, dont le bruit se rapproche d'un cyclomoteur ou d'une tondeuse à gazon[9].

Les drones utilisent un satellite de navigation globale (GNSS) ou de positionnement global (GPS) et des systèmes de guidage inertiel pour attaquer à des coordonnées géographiques spécifiques. Ils peuvent également être équipés d'un chercheur infrarouge d'imagerie (IIR) ou anti-radar pour l'identification des cibles et la suppression des défenses aériennes. Cela signifie qu'ils ne sont efficaces que contre des cibles fixes présélectionnées (contrairement aux drones "kamikazes", qui peuvent sélectionner leurs propres cibles statiques ou mobiles). Certains militaires préconisent l'utilisation de ces drones en tandem avec des drones de reconnaissances pour pouvoir mettre à jour en temps réel les coordonnées envoyés au drone et ainsi leurs permettent d'atteindre des cibles mobiles[10].

Selon les forces armées ukrainiennes le drone utilise beaucoup de composants civils ce qui le rend assez vulnérable aux contres mesures électroniques, cependant en cas de brouillage le drone peut toujours se servir de son système de navigation inertielle mais la précision en serait grandement réduite.

Sa portée revendiquée est de 2 500 km[11], même si 1 000 km semble plus probable[12].

Il est lancé depuis une plateforme terrestre ou installé sur un camion qui peut lancer une salve de cinq drones[12]. Le drone utilise un système de RATO (décollage assisté par fusée) via un pod qui est installé sous le drone et qui se détache après le lancement[13],[14].

Engagement[modifier | modifier le code]

Guerre civile yéménite (2014)[modifier | modifier le code]

D'après le magazine américain Newsweek, le Shahed 136 est engagé fin 2020 au Yémen[1].

Une expertise américaine conclut que la destruction d'un pétrolier en au large des côtes d'Oman s'est faite à l'aide d'un drone Shahed-136[11].

Kurdistan irakien (2022)[modifier | modifier le code]

Le drone est utilisé par l'Iran en 2022 contre le quartier général du mouvement séparatiste kurde Komala, situé dans le Kurdistan irakien[15].

Invasion de l'Ukraine par la Russie (2022)[modifier | modifier le code]

Débris de drone portant l'indicatif Герань-2 abattu près de Koupiansk.

Il est engagé par l'armée russe à partir de lors de l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022[11]. Les renseignements américains estiment que plusieurs centaines d'exemplaires ont été livrés. Il est nommé Geran-2 (russe : Герань-2, littéralement : géranium-2) par la Russie[16]. Son coût est moindre que celui des missiles et sa simplicité permet de se passer de composants technologiques avancés soumis à des sanctions[17].

Au début septembre 2022, un appareil utilisé par les troupes russes aurait été abattu par l'armée ukrainienne près de Koupiansk[18]. Un bâtiment administratif d'Odessa a été détruit par une attaque de drones kamikazes Shahed 136 le dimanche 25 septembre 2022[19].

En date du 28 septembre, deux douzaines de ces drones ont été tirés sur Odessa, l'Ukraine revendiquant l'interception de la moitié. L'appareil est difficile à intercepter car il vole à basse altitude, mais son bruit est entendu de loin. L'Ukraine pointe une efficacité assez basse, mais un effet psychologique sur la population civile[20].

Durant la nuit du 5 octobre 2022, toujours dans le contexte de l'invasion Russe de l'Ukraine, 6 drones Geran-2 (Shahed 136) ont effectués des frappes contre des objectifs situés à Bila Tserkva dans l'Oblast de Kiev, à 80 km au sud de la capitale, une personne a été blessée par ces frappes[21]. C'est la première fois que la région de Kiev est touchée par des frappes de ce type.

Selon le renseignement britannique, 60 % des drones Shahed-136 lancés par la Russie le 10 octobre 2022 auraient été interceptés, tout en soulignant que l'autonomie annoncée de 2 500 kilomètres est contre-balancée par le fait que le drone ne peut emporter qu'une charge utile explosive limitée[9].

Le 13 octobre 2022, un MiG-29 ukrainien s'est écrasé à Vinnytsia en essayant d'abattre un Shahed-136 russe. Des analystes disent que le drone a explosé près de l'avion et que les éclats d'obus (shrapnel) ont endommagé l'avion, forçant le pilote à s'éjecter[22],[23].

Dans la matinée du 17 octobre, Kiev a de nouveau été attaquée par plusieurs de ces drones, des vidéos mises en ligne sur les réseaux sociaux montrent encore une fois les drones en train d'être ciblés par des tirs massifs depuis le sol provenant d'armes automatiques de petit calibre. Malgré la présence de systèmes de défenses aériennes plus adéquats, les drones ont réussi à frapper plusieurs endroits, y compris les bureaux d'Ukrenergo, provoquant des pannes de courant sur de larges zones. D'autres infrastructures énergétiques auraient également été attaquées. 4 civils ont été tués dans la frappe[24],[25],[26].

Certaines sources du complexe militaro industriel russe indiquent que la Russie a modifié les drones pour pouvoir leur intégrer le système global de navigation satellitaire russe GLONASS et ceci pour améliorer la portée et la précision de la munition[27].

Selon le gouvernement ukrainien la Russie aurait commandé 2 400 drones aux iraniens[28].

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « Exclusive: Iran deploys "suicide drones" in Yemen as Red Sea tensions rise », sur Newsweek, (consulté le )
  2. (en) Yuri Lyamin, « tweet du 15 janvier 2021 », sur Twitter, (consulté le )
  3. (en-US) Cristian Segura, « Iranian ‘suicide’ drones: Russia’s new favorite weapon in Ukraine war », sur EL PAÍS English Edition, (consulté le )
  4. « HESA Shahed-136 », sur www.militaryfactory.com (consulté le )
  5. « Military Watch Magazine », sur militarywatchmagazine.com (consulté le )
  6. a et b (en) « Iranian Shahed-136 Kamikaze Drones Already Used By russia (First Photos And Specs) | Defense Express », sur en.defence-ua.com (consulté le )
  7. (en) « Explainer: Killer 'kamikaze' drones vie for supremacy » Accès libre, sur times of india,
  8. Limbach L550e Uav Engine - China Engine and Uav
  9. a et b Pierre Bouvier, « Guerre en Ukraine : les drones iraniens Shahed-136, l’arme du pauvre de Vladimir Poutine », sur lemonde.fr, .
  10. (en) Federico Borsari, « No loitering: What Russia’s Iranian drones could mean for Ukraine » Accès libre, sur european concil for foreign relations,
  11. a b et c (en) Yaroslav Trofimov et Dion Nissenbaum, « Russia’s Use of Iranian Kamikaze Drones Creates New Dangers for Ukrainian Troops », sur wsj.com, .
  12. a et b Jean-Dominique Merchet, « Ukraine : un drone iranien vole au secours de l’armée russe », sur lopinion.fr, .
  13. (en) « Shahed-136 Drone (“Geran-2”) » Accès libre, sur rferl
  14. (en) « This Is the Iranian ‘Suicide’ Drone Russia Is Using Against Ukraine » Accès libre, sur historynet,
  15. (en) « VIDEO: Moment when Shahed-136 drone hits terrorists bases », sur Mehr News Agency, (consulté le )
  16. Laurent Lagneau, « Les forces russes ont attaqué le port d’Odessa avec des drones kamikazes « Shahed-136 » iraniens », sur opex360.com, .
  17. Juliette Paquier, « Guerre en Ukraine : les drones iraniens Shahed, nouvelle arme russe contre Kiev », sur la-croix.com, .
  18. « Збройні Сили України вперше збили іранський ударний БПЛА Shahed-136 », sur mil.in.ua,‎ 13 septembre, 2022 (consulté le ).
  19. « "Guerre en Ukraine en direct : nouvelle attaque de drone sur Odessa" ».
  20. (en) AFP, « Iranian drones bring back fear for Ukrainians », sur france24.com.
  21. Le Point magazine, « Guerre en Ukraine : attaques aux drones kamikazes dans la région de Kiev », sur Le Point, (consulté le )
  22. (en-GB) Girish Linganna, « Historic! A kamikaze drone downs a fighter aircraft, Ukrainian MiG-29 crashes trying to shoot an Iranian Shahed-136 », sur Frontier India, (consulté le )
  23. (en-US) « Historical! Kamikaze drone shoots down fighter jet, Ukrainian MiG-29 crashes trying to shoot Iranian Shahed-136 », sur Golden Airlines (consulté le )
  24. (en-US) « Russia hits Ukraine with another deadly wave of "suicide drones" », sur www.cbsnews.com (consulté le )
  25. (en) « Energy facilities in Ukraine’s north, center damaged by Russian strikes - Ukrenergo », sur www.ukrinform.net (consulté le )
  26. (en-US) « Drones hit Kyiv as Russia aims to destroy Ukraine power grid before winter », sur MSN (consulté le )
  27. (en) « Russia put a GLONASS navigation module in Iranian Shahed-136 » Accès libre, sur bulgarian military,
  28. (en) « What are kamikaze drones? Here’s how Russia and Ukraine are using them. » Accès libre, sur washington post,