Hôtels particuliers de Bordeaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Un hôtel particulier est un type de logement que l'on trouve en France, consistant en une vaste et luxueuse maison de ville, généralement bâtie sur plusieurs étages, et conçue pour être occupée par une seule famille (ainsi que son personnel de maison).

XVIIe siècle[modifier | modifier le code]

Hôtel de Laubardemont - Bourse d'Espagne[modifier | modifier le code]

L'hôtel a été construit entre 1608 et 1612 par Henri Roche pour le compte de Mathieu Martin, sieur de Laubardemont, secrétaire du roi sur l'emplacement d'une maison, dénommée jusqu'alors la Bourse d'Espagne. L'hôtel particulier est actuellement situé au 40, cours de Chapeau Rouge, anciennement fossés du Chapeau Rouge.

Hôtel de l'Octroi dit Hôtel de Ragueneau[modifier | modifier le code]

L'hôtel a été construit entre 1634 et 1656 par l'architecte Pierre Léglise pour le compte de Jeanne de Seurin, veuve de Pierre Ragueneau conseiller au parlement. L'hôtel a été classé au titre des Monuments historiques le 22 mai 1964[1]. L'hôtel a appartenu au marquis de Lascazes. Il est situé 71, rue du Loup et abrite les archives municipales depuis 1939[2].

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

Hôtel Copmartin[modifier | modifier le code]

La façade de l'hôtel Copmartin

Pierre Copmartin (1718-1782), avant-dernier subdélégué (secrétaire de l'Intendant) de Bordeaux de 1768 à 1782 et président de l'élection de Guyenne, fit édifier vers 1770 un hôtel particulier de style Louis XVI au n° 9 de la rue Castillon. Au départ, seuls le logis au fond de la cour et l'aile nord sont bâtis; l'aile sud aurait quant à elle été rajoutée dans les années 1790. Située à quelques pas de l'hôtel de l'Intendance, cette demeure de prestige se distingue par le garde-corps chiffré (P.C. et J.C.M.) en fer forgé du balcon qui surplombe la porte cochère et qui courre tout le long de la façade. La rampe de l'escalier d'honneur présente un travail de ferronnerie similaire.

Hôtel de la Monnaie[modifier | modifier le code]

L'Hôtel de la Monnaie a été construit entre 1757 et 1758 par l'architecte André Portier.

Hôtel de la Marine[modifier | modifier le code]

La façade de l'hôtel de la Marine

Construit entre 1758 et 1768

Hôtel Gradis[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hôtel Gradis.

Construit en 1750

Hôtel Gradis, 138 Cours Victor Hugo à Bordeaux

Hôtel Leberthon - Caisse de Crédit Municipal[modifier | modifier le code]

André François Benoît Leberthon ou Le Berthon, le futur député aux États généraux de 1789, alors rapporteur au parlement de la ville de Bordeaux, fit édifier vers 1741 un hôtel particulier par l'architecte André Portier. L'immeuble de style Louis XV est actuellement situé 29, rue du Mirail et occupé par la Caisse de Crédit Municipal[3]

Hôtel de l'Intendance[modifier | modifier le code]

Palais Rohan (siège de l'actuel Hôtel de Ville)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Palais Rohan (Bordeaux).

Ancien palais archiépiscopal, construit entre 1771 et 1784. C'est l'archevêque Ferdinand Maximilien Mériadec de Rohan qui lui donne son nom puisque le palais fut construit à sa demande. Rohan commence par faire démolir les vieux bâtiments proches de la cathédrale puis les vieil archevêché. Il obtient du roi Louis XV, en 1771, l'autorisation de construire un palais digne de lui en vendant 30 hectares de terrains marécageux situés à côté. Joseph Étienne est le premier architecte, il sera remplacé en 1776 par Richard Bonfin. Le sieur Poirier est le conducteur de travaux. En 1780, le palais est quasiment fini mais Monseigneur de Rohan est nommé archevêque de Cambrai. Il terminera sa carrière comme aumônier de l'impératrice Joséphine.

Il devint l’hôtel de ville de Bordeaux en 1835 après avoir été résidence impériale de Napoléon Ier.

Petit hôtel Labottière[modifier | modifier le code]

Le petit hôtel Labottière est un hôtel particulier situé à proximité du Jardin Public. Il est un exemple d'architecture néoclassique du XVIIIe siècle, édifié entre 1783 et 1788 par l'architecte Etienne Laclotte pour Étienne Labottièr. Inscrit au titre monuments historiques en 1965 et 2000, il est classé en 2001[4].

Hôtel de Saige[modifier | modifier le code]

Construit par Victor Louis entre 1775 et 1777 pour François-Armand de Saige, en s'inspirant du palais Mancini (Rome). Situé au no 25 du cours du Chapeau-Rouge (au niveau de l'intersection avec la rue Louis).

Hôtel Nairac[modifier | modifier le code]

Paul Nairac, armateur et raffineur, a fait construire entre 1775 et 1777 un hôtel particulier, dénommé Hôtel Nairac, situé cours de verdun et selon les plans dressés par l'architecte Victor Louis. Nairac a revendu cet hôtel à des négociants en 1792[5]. L'hôtel Nairac abrite actuellement la cour administrative d’appel de Bordeaux.

Hôtel Saint-Marc[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Hôtel Saint-Marc.
La façade de l'hôtel Saint-Marc

Construit en 1782 pour le marquis de Saint-Marc, poète, auteur dramatique et collectionneur, afin d'y loger sa galerie de tableaux. Situé au 91, cours d'Albret, cet hôtel particulier est classé au titre des monuments historiques depuis le 23 juillet 1921[6]. Le marquis est décédé dans cet hôtel le 11 février 1818[7]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'Hôtel Frugès a été construit en 1878 et réhabilté par l'architecte Pierre Ferret et le décorateur Lucien Cazieu. L'Hôtel Frugès est inscrit aux monuments historique.

À voir[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sandrine Lavaud, coordination de l'ouvrage : Atlas historique des villes de France. Bordeaux, Édition Ausonius 2009 (ISBN 978-2-35613-016-7)

Références[modifier | modifier le code]