Hôtel du Plessis-Bellière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel du Plessis-Bellière
Hôtel du Plessis-Bellière.jpg

Façade sur le place

Présentation
Type
Destination initiale
Logement privé
Destination actuelle
Architecte
Construction
seconde moitié du XVIIIe siècle
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 8e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 8e arrondissement de Paris
Red pog.svg

L’hôtel du Plessis-Bellière, ou hôtel Pastoret est un hôtel particulier situé au no 6 de la place de la Concorde dans le 8e arrondissement de Paris. Il fait aujourd'hui partie de l'Automobile Club de France, associé au mitoyen hôtel Cartier.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1758, le roi de France, Louis XV commanda à son architecte Jacques-Ange Gabriel, la réalisation sur la « place Louis XV » de deux façades identiques de part et d'autre de la rue Royale : la façade orientale qui fut occupée par l'hôtel de la marine, tandis que le premier hôtel de la Monnaie devait prendre possession de la façade occidentale. Mais cet emplacement fut en définitive jugé trop éloigné du quartier des affaires et un arrêt du Conseil décida que le nouvel édifice s’élèverait à son emplacement actuel sur le quai de Conti. Le terrain situé derrière la colonnade occidentale fut alors divisé en quatre lots qui furent cédés à des particuliers, à charge pour eux d'élever des hôtels particuliers derrière la façade de Gabriel :

Fors la façade, les hôtels du Plessis-Bellière et Cartier sont l'œuvre de l'architecte Pierre-Louis Moreau-Desproux. Le premier fut bâti pour Rouillé de l'Estang (écuyer, secrétaire du roi et trésorier-général des deniers de la Police), tandis qu'il fit construire le second pour son propre compte.

Il fut la résidence du Chancelier de Pastoret, puis d'Hervé de Rougé, Marquis du Plessis-Bellière. Sa veuve, la marquise du Plessis-Bellère, sans enfants, légua tous ses biens au Pape, demandant que l'Hôtel du Plessis-Bellière devienne la nonciature apostolique. Ce testament fut attaqué par la famille de Rougé, ainsi que par l'Etat, et donna lieu à une vente aux enchères fameuse en 1893.

La façade est classée Monument historique en 1923[1].

L'hôtel est, avec l'hôtel Cartier, le siège de l'Automobile Club de France.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]