Hôtel des Roches Noires (Monet)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel des Roches Noires
Claude Monet 013.jpg
Artiste
Date
1870
Technique
huile sur toile
Dimensions (H × L)
81 × 58.5 cm
Mouvement
Localisation
Numéro d’inventaire
RF 1947 30Voir et modifier les données sur Wikidata

Hôtel des Roches Noires est un tableau réalisé par le peintre impressionniste Claude Monet à Trouville-sur-Mer en 1870.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avec l'avènement des chemins de fer et des stations balnéaires au XIXe siècle, les plages de Normandie sont facilement accessibles pour la bourgeoisie parisienne. Tout le long de la côte apparaissent des hôtels de luxe, dont l’Hôtel des Roches Noires que fréquentent des célébrités comme Marcel Proust et Marguerite Duras.

Le 28 juin 1870, Claude Monet épouse Camille qui lui a donné un fils, Jean, en 1867. Alors que la guerre de 1870 se profile et que le peintre est sans ressources ni logement à Paris, la famille Monet quitte la capitale et, avant de rejoindre Londres, séjourne à Trouville-sur-Mer. N'ayant pas les moyens de loger dans un palace, elle prend pension à l’hôtel de Tivoli, plus éloigné de la plage. Monet y peint des toiles en plein air qui mettent en scène et en représentation de riches bourgeois, acheteurs potentiels de ces tableaux[1].

Composition[modifier | modifier le code]

La toile est ouverte d'un côté sur l'espace marin, de l'autre côté fermée par la façade de l'hôtel dont les fenêtres et l'escalier sont animés de personnages qui semblent admirer le spectacle de la marée. L'étalement de la terrasse, sur laquelle musardent plusieurs mondains, est souligné par la fuite de perspective et l'alignement des drapeaux claquant au vent d'été (le drapeau du premier plan peint en quelques coups de pinceaux est caractéristique du style impressionniste). La ligne d'horizon derrière l'homme qui salue avec son chapeau représente Le Havre, ville où habite la famille de Monet[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Delarue, Les peintres à Trouville, Deauville et Villerville : 1821-1950, Éditions Terre en vue, , p. 140
  2. Jean-Jacques Lévêque, Les années impressionnistes : 1870-1889, ACR Edition, , p. 188