Hôtel de préfecture de la Somme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel de préfecture de la Somme
Amiens, hôtel de préfecture (2).JPG
Présentation
Type
Bâtiment administratif (d), hôtel de préfecture (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Style
XVIIIe siècle
Propriétaire
Département de la Somme
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
État
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Hauts-de-France
voir sur la carte des Hauts-de-France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de la Somme
voir sur la carte de la Somme
Red pog.svg

L'hôtel de préfecture de la Somme est un bâtiment situé à Amiens, chef-lieu du département de la Somme, en France[1]. Il abrite les services de la préfecture de la Somme.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'édifice est situé rue de la République dans le centre ville d'Amiens, en face du Musée de Picardie.

Historique[modifier | modifier le code]

Le bâtiment a été construit au XVIIIe siècle pour abriter l'hôtel de l'Intendance de la Généralité d'Amiens. L'intendant Étienne Maynon d'Invault, en 1761, décida de la construction d'un nouvel hôtel. C'est i'intendant Bruno d'Agay qui décida en 1773, d'installer ses bureaux dans la maison de l'imprimeur du roi qu'il fit réaménager par l'architecte parisien Louis de Montigny, sur des terrains acquis auprès de propriétaires privés dont le marquis de Runes, Vaysse, seigneur d'Allonville ou Vaquette, seigneur de Fréchencourt[2]. Il devint sous le Consulat, l'hôtel de la Préfecture de la Somme. En 1816, l'architecte amiénois François-Auguste Cheussey réamanagea le bâtiment et dirigea la construction d'un pavillon sur la cour de l'orangerie, en 1838[3].

Après les bombardements allemands de 1918, au cours de la Première Guerre mondiale, les bâtiments détruits furent reconstruits à l'identique.

Les bâtiments et le parc sont protégés en partie au titre des monuments historiques (inscriptions du 7 mars 1988 et du 29 juillet 2013)[4].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

L'Hôtel de la préfecture de la Somme est un exemple d'architecture civile urbaine de style néoclassique qui connut d'importants travaux de restauration sous le Second Empire.

Le vestibule, le salon de billard, le petit-salon, la rotonde, le salon de musique, la grande salle à manger, la petite salle à manger, la galerie d'apparat, avec leur décor, sont d'origine (seconde moitié du XVIIIe siècle)

Au XIXe siècle, Jean Herbault, architecte amiénois, modifia l'édifice par la rénovation, notamment, de la grande salle à manger et le cabinet du préfet, sous le Second Empire.

Parc[modifier | modifier le code]

L'hôtel de la préfecture de la Somme est prolongé à l'est par un parc à l'anglaise dominé par un cèdre du Liban planté en 1756 par Dom Robbe, fondateur du Jardin des Plantes d'Amiens et prieur du couvent des Feuillants[5].

Le parc a gardé sa disposition originelle du XVIIIe siècle, on peut y voir également des platanes et des ifs. La glacière qui conservait la glace emmagasinée en hiver existe toujours, enterrée au fond du parc.

Hôtel des Feuillants[modifier | modifier le code]

Le Conseil départemental de la Somme a son siège dans l'ancien couvent des Feuillants d'Amiens voisin de la préfecture. L’hôtel des Feuillants doit son nom aux Feuillants, une branche de l'ordre cistercien. Les moines y vécurent de 1620 à 1789. De cet ancien couvent subsiste le corps principal qui date pour sa partie la plus ancienne de 1663; il a été construit en brique et pierre et fut réhaussé par la suite. Il susbsiste de cette époque une partie du cloître.

À la Révolution française, les bâtiments furent déclarés Bien national.

En 1797, l'hôtel abrita les archives du département. En 1853, l'architecte Jean Herbault modifia le bâtiment pour qu'il puisse abriter les réunions du Conseil général de la Somme. La salle des séances, édifiée entre 1864 et 1866, a été décorée par Louis Duthoit. Une fresque de Jean-Jacques Staebler représente le département de la Somme.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Albéric de Calonne, Histoire de la ville d'Amiens, tomes 1, 2 et 3, Amiens, Piteux Frères, 1899, réédition, Bruxelles, Éditions culture et civilisation, 1976.
  • Martine Plouvier, « En ville, l'hôtel de la préfecture de région » in Vieilles Maisons françaises n° 119, octobre 1987.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Hôtel de la Préfecture », notice no PA00116061, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. Albéric de Calonne, Histoire de la ville d'Amiens, tomes 1, 2 et 3, Amiens, Piteux Frères, 1899, réédition, Bruxelles, Éditions culture et civilisation, 1976 tome 2 p. 370
  3. Martine Plouvier, « En ville, l'hôtel de la préfecture de région » in Vieilles Maisons françaises n° 119, octobre 1987, p. 54
  4. Notice no PA00116061, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. http://www.picardietourisme-acteurs.com/var/picardie/storage/original/application/3dd953aeb3a9761c8a59e75adbf5d10c.pdf