Hôtel de Régis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Hôtel de Régis
Image dans Infobox.
Hôtel de Régis
Présentation
Type
Propriétaire
Personne privée
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Adresse
14 rue du ChapitreVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Languedoc-Roussillon
voir sur la carte du Languedoc-Roussillon
Red pog.svg
Localisation sur la carte du Gard
voir sur la carte du Gard
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Nîmes
voir sur la carte de Nîmes
Red pog.svg

L'Hôtel de Régis est un hôtel particulier de la ville de Nîmes, dans le département du Gard et la région Languedoc-Roussillon. Il est inscrit monument historique depuis 1975[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'édifice est situé 14 rue du Chapitre.

Historique[modifier | modifier le code]

XVIe s. : il est vendu par les Blisson à Jean Baudan, conseiller. Il est appelé Hôtel de Baudan.
1759 : il est revendu à la famille Roviéré de Cabrières.
1809 : il est appelé Hôtel de Brueys (Brueys d'Aigalliers).
1915 : il est appelé Hôtel de Régis, Angracie de Cabrières, ayant épousé Edouard de Régis (1786-1871), ancien officier de l'armée napolitaine.

Architecture[modifier | modifier le code]

Des sculptures Louis XV ornent la façade, en pierre de taille.
La porte est cintrée et surmontée de trois arceaux. Celui du centre a un écusson avec des guirlandes.
Les cinq fenêtres du premier étage sont très décorées.
La cour, pavée de galets (calades), comporte des inscriptions et laisse voir trois tronçons superposés de rampes d'escalier.
L'intérieur renferme encore de belles pièces et salons ornés de riches décors de gypseries notamment.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Etienne Marie, 2009. Nîmes. Equinoxe Impressions du Sud ed., 144 p., p. 110.
  • Guides bleus, 1988. Languedoc-Roussillon. Hachette ed., 1 vol., 688 p., p. 508.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]