Hôtel de Montalivet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel de Montalivet
Paris 7e Hôtel de Montalivet 80.JPG
Présentation
Type
Architecte
Construction
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 7e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 7e arrondissement de Paris
Red pog.svg

L'hôtel de Montalivet est un hôtel particulier situé à Paris en France.

Localisation[modifier | modifier le code]

Il est situé au no 58 de la rue de Varenne, dans le 7e arrondissement de Paris.

Historique[modifier | modifier le code]

Cet hôtel a été construit en 1736 et 1737 pour Marguerite Paule de Grivel d'Orrouer, marquise de Feuquières, par l'architecte Pierre Boscry[1], et décoré par son père, Charles Boscry, ainsi que l'ornementiste Nicolas Pineau, mais il semble qu'il ne reste aucune trace de son intervention. La façade sur rue a été altérée au XIXe siècle.

Il a été occupé à partir de 1764 par les La Rochefoucauld-Liancourt, puis, au XIXe siècle, par la famille Calmann-Lévy. Le comte Eugène-Auguste Caffarelli en fait son domicile : il y meurt en 1878[2].

Au début du XXe siècle, on y trouve les Montalivet, jusqu'en 1947.

Il a été acquis par l'État en 1947.

Parties classées[modifier | modifier le code]

Par arrêté en date du 18 octobre 1993, les parties suivantes ont été classées monument historique :

  • Façades et toitures de tous les bâtiments, à l'exclusion des parties bâties au XIXe siècle situées en fond de cour ;
  • Pièces du premier étage du bâtiment sur rue ;
  • Vestibule du rez-de-chaussée du bâtiment sur rue, ainsi que l'escalier principal lui faisant suite avec sa cage, situés dans l'aile en retour sur cour.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « 1 - The production of materials. », dans Katie Scott, The Rococo Interior : Decoration and Social Spaces in Early Eighteenth-century Paris., Yale University Press, , 342 p. (lire en ligne), p. 15.
  2. « Cote LH/403/40 », base Léonore, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]