Hôtel Potocki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel Potocki
CCI Paris.jpg
Présentation
Architecte
Construction
1878-1884
Destination initiale
Hôtel particulier
Destination actuelle
Statut patrimonial
Géographie
Pays
Région
Commune
Adresse
Localisation
Coordonnées
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg

L’hôtel Potocki est un hôtel particulier situé 27 avenue de Friedland dans le 8e arrondissement de Paris, construit entre 1878 et 1884 pour le comte Félix-Nicolas Potocki par l'architecte Jules Reboul, l'un des plus remarquables exemples conservés du style inspiré par l'architecture classique française. Il abrite aujourd'hui la Chambre de commerce et d'industrie de Paris, ainsi que Chambre régionale de commerce et d'industrie Paris - Île-de-France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Sur un terrain ayant appartenu à un certain Bleuart et à la Société du quartier de la Chartreuse Beaujon (V. rue Balzac), un hôtel particulier fut construit en 1857 par Jean-Louis Renaud, architecte de la Compagnie du Chemin de fer de Paris à Orléans.

En 1867, cet hôtel fut acquis par le comte Grégoire Potocki fils naturel du comte Micieslas François Joseph Potocki, issu d'une des principales familles de la noblesse polonaise (V. Potocki). Le comte Grégoire Potocki mourut le à Saint-Cloud des suites d'une blessure causée par un éclat d'un obus allemand tombé dans la cour de son hôtel pendant le Siège de Paris. Son hôtel passa alors à son père puis, à la mort de ce dernier le , à son fils légitime le comte Félix-Nicolas Potocki (1845-1921), arrivé en France vers l'age de 10 ans. il épouse en 1870 une italienne, la princesse Emmanuela Pignatelli (1852-1930) devenue Potocka (en polonais les nom de femmes sont déclinés au féminin), née à Naples, dont le père était l'ambassadeur de Naples en Russie. ils se séparent en 1887. La comtesse Potocka s'installe à Auteuil. Elle meurt seule et dans la misère dans les années 1930.

En 1879 et 1882, ils purent agrandir leur propriété parisienne en faisant l'acquisition d'immeubles sis nos 14, 14bis et 16 rue Chateaubriand et no 14 rue Balzac. Ils entreprirent de faire transformer l'hôtel par l'architecte Jules Reboul. Celui-ci reconstruisit la totalité de la façade sur l'avenue et restructura complètement le bâtiment.

Les communs, situés no 16 rue Chateaubriand, étaient célèbres, particulièrement les écuries pourvues de stalles en acajou pour trente-huit chevaux et d'abreuvoirs en marbre rose. Les remises pouvaient contenir jusqu'à cinquante voitures. Le premier piqueur avait sous ses ordres une cinquantaine de palefreniers.

Après la mort du comte Potocki, le , l'hôtel et ses dépendances furent vendus en mai 1923 par son cousin et légataire universel, le comte Alfred Potocki, à la Chambre de commerce et d'industrie de Paris qui y installa ses bureaux. Pour cela, elle fit transformer la propriété en 1925-1927 par les architectes Paul Viard et Marcel Dastugue. Ceux-ci firent abattre les communs et ajoutèrent deux ailes, dans un style correspondant à celui de la façade principale. La première aile dans les années 1920 sur la rue de Balzac, et la seconde aile dans les années 1930. Une salle des séances, une salle des fêtes et une grande salle à manger furent aménagées par Jacques-Émile Ruhlmann assisté du sculpteur Joseph Bernard et du décorateur Jules Leleu.

Éléments remarquables[modifier | modifier le code]


Certains éléments de l'hôtel font l'objet d'une inscription ou d'un classement au titre des monuments historiques depuis le [4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Revue des sciences morales & politiques; travaux de l'Academie des sciences morales et politiques, Gauthier-Villars, 1996, p. 137
  2. Georges Bernier, Rosamond Bernier, L'Œil, Numéros 407 à 413, p. 54 et p. 57
  3. Les Echos, Michel Franck, 26 février 2003(Consulté le 26 juin 2014)
  4. « Notice no PA00088831 », base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]