Hôtel Pont Royal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Hôtel Pont Royal
Hôtel Pont Royal, 7 Rue Montalembert, 75007 Paris, August 2015.jpg
L'hôtel Pont Royal, rue de Montalembert
Localisation
Pays
Arrondissement
7e arrondissement de Paris
Commune
Coordonnées
Architecture
Type
Équipements
Étoiles
Star full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svgStar full.svg
Chambres
65 chambres
10 suites[1]
Restaurants
l'Atelier Joël Robuchon
Gestion
Site web
[ttp://www.leshotelsduroy.com/fr/hotel-pont-royal site officiel]

L'Hôtel Pont Royal est un hôtel 5 étoiles parisien de luxe[2] situé aux 5-7 rue de Montalembert dans le 7e arrondissement de Paris. Il est notamment célèbre pour son ancien bar du même nom, au sous-sol de l'établissement, qui accueille depuis plus de cinquante ans les rencontres discrètes des éditeurs et des écrivains du quartier, ainsi que les conciliabules des élites politiques et administratives des trois dernières républiques.

Bar[modifier | modifier le code]

Les éditions Gallimard, no 5, rue Sébastien-Bottin (renommée en 2011, rue Gaston-Gallimard).

En 1928, Gaston Gallimard acquit no 5, rue Sébastien-Bottin dans le 7e arrondissement de Paris, pour le siège de sa maison d'édition. L'Hôtel Pont Royal est situé à deux pas, à seulement 70 mètres des Éditions Gallimard[a 1]. Le bar de l'hôtel, au sous-sol, devint donc quasiment bar officiel de Gallimard et fonctionna en tant qu'annexe. Il commença tout de suite à accueillir les personnages les plus importants de l'époque dans les domaines culturels[a 1], ainsi que les écrivains américains célèbres.

Clients[modifier | modifier le code]

Éditeur[modifier | modifier le code]

Écrivain, philosophe[modifier | modifier le code]

Musicien[modifier | modifier le code]

Peintre[modifier | modifier le code]

.

Demeure du couple de Saint-Exupéry[modifier | modifier le code]

Consuelo de Saint-Exupéry.

Avant de quitter la France, Antoine de Saint-Exupéry habitait Paris, avec son épouse Consuelo, dans dix établissements parisiens dont trois hôtels[d 2]. Parmi ces derniers, le petit hôtel où ils s'étaient installés dans les années 1920 disparut. Il s'agissait de l'Hôtel Pont Royal que le couple choisit en 1935 après le succès de cet écrivain, et jusqu'à ce que soit achevé leur déplacement dans l'Hôtel Lutetia l'année suivante[d 1]. Notamment, à la fin du mois de décembre, le pilote partit de cet hôtel, afin de battre le record détenu par André Japy, donc de gagner un chèque de cinquante mille francs[a 2].

« Pour une fois, il ne s'agit pas de fêter l'un des innombrables prix littéraires reçus par la maison Gallimard, qui voisine à cinquante mètres et dont les auteurs comme les éditeurs se retrouvent rituellement ici, dans les fauteuils en cuir du bar sis au sous-sol. On est là pour attendre. Gide, Malraux, l'écrivain Léon Werth, les peintres Derain, Van Dongen, les frères Kessel, Gaston Gallimard, une nuée de journalistes ... tous entourent une petite femme brune aux yeux noirs qui, depuis trois nuits, espère des nouvelles de son mari. »

— Dan Franck, Libertad !, p.106, Le bar du Pont-Royal

Pendant quelques mois après la deuxième guerre mondiale, la jeune Juliette Gréco aussi habita dans cet établissement avec sa sœur aînée Charlotte, nommée secrétaire personnelle du général des forces d’occupation en Allemagne [7],[8].

Pont Royal dans la littérature[modifier | modifier le code]

Restauration gastronomique par Joël Robuchon[modifier | modifier le code]

Si l'établissement manque de restaurant, la qualité de la restauration de l'hôtel est assurée, depuis 2003, par l'Atelier de Joël Robuchon Saint-Germain situé dans le même domaine[9]. Le restaurant de nouveau style obtint d'abord une étoile du guide Michelin rouge, puis de nos jours, conserve ses deux étoiles[10]. Grâce à cette collaboration, auprès du Pont Royal, le service d'étages, la restauration dans le bar Signature et le petit-déjeuner sont préparés par cet atelier[11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

  • Dan Franck, Libertad!, Grasset, 2004, 480p., Le Bar du Pont-Royal [1]
  1. a b c d e f g et h p. 106
  2. p. 106-109
  • Office du Tourisme et des Congrès de Paris, Tourisme d'affaire no 44, février 2010, p. 2 Au fil des pages dans les hôtels littéraires [2]
  1. a b c et d p. 2
  • Office du Tourisme et des Congrès de Paris, Conventions & incentives no 73, septembre 2012, p. 3 Ils obtiennent leur cinquième étoile [3]
  1. a b c et d p. 3
  • Nathalie Des Vallières, Saint-Exupéry, l'archange et l'écrivain, Collection Découvertes no 356, Gallimard, Paris 1998, 128p. (ISBN 978-2-07-053279-7)
  1. a b et c p. 107
  2. p. 107.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]