Hôtel Gabriel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un « bon article ».
Hôtel Gabriel
Lorient - Hotel Gabriel 3.jpg
Présentation
Destination initiale
Hôtel des ventes
Destination actuelle
Archives municipales, services de la ville et salles d'exposition
Architecte
Construction
Propriétaire
Ville de Lorient
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
ArsenalVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Lorient
voir sur la carte de Lorient
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Bretagne
voir sur la carte de Bretagne
Red pog.svg

L'hôtel Gabriel est un ensemble de bâtiments du XVIIIe siècle situé dans l'Enclos du port à Lorient, en France. Ils sont l'œuvre de Jacques Gabriel, dans le cadre d'une commande passée par la compagnie perpétuelle des Indes pour la construction d'un siège des ventes de ses marchandises.

Les deux pavillons sont construits selon un plan symétrique et dans un style classique. Ils sont situés de part et d'autre d'une cour d'honneur, bordés au sud par un jardin à la française de deux hectares, et au nord par une place d'armes. Ils sont détruits lors de la Seconde Guerre mondiale mais reconstruits à l'identique entre 1956 et 1959.

Récupérés par la Marine royale en 1770 après la dissolution de la compagnie perpétuelle des Indes, ils sont utilisés par son état-major pendant près de deux siècles. En 2008, la municipalité de Lorient les rachète et y installe ses services des archives et de l'animation de l'architecture et du patrimoine.

Historique.[modifier | modifier le code]

Premiers projets de la Compagnie des Indes[modifier | modifier le code]

La ville de Lorient connaît une phase d'essor lorsque John Law de Lauriston crée en 1719 la Compagnie perpétuelle des Indes en achetant plusieurs autres compagnies commerciales et qu'il choisit cette ville comme base pour ses opérations[1]. La Marine royale qui occupe alors les installations maritimes de la ville est peu disposée à laisser les installations de l'enclos du port à la nouvelle compagnie, mais le Conseil de la Marine lui ordonne le de libérer les lieux, ce qui est effectif à la fin de la même année[2]. En 1732, la Compagnie perpétuelle des Indes décide de transférer de Nantes à Lorient le siège de toutes ses ventes, ce qui oblige à construire de nouvelles installations pour y accueillir les acheteurs[1].

L'architecte Jacques Gabriel (1667-1742) est contacté par la compagnie avant même que la décision du déménagement de Nantes à Lorient soit prise, et délègue sur place Louis de Saint-Pierre avec qui il a travaillé lors du chantier du château de Versailles pour y faire des repérages. Un premier projet de magasin est dessiné dès , et d'autres suivent lors des mois suivants, mais ceux-ci s'avèrent trop ambitieux pour les finances de la compagnie à l'époque. En mai, un projet plus sobre et situé en bordure du Scorff est sélectionné, et Gabriel vient à Lorient en juillet pour y signer les adjudications et y repérer les points d'eau potable pour de futurs bâtiments[3]. La première pierre est posée le , mais la lenteur du chantier force l'architecte à réduire la taille du bâtiment pour être dans les temps, les ventes devant commencer à l'automne 1734[4].

Construction de l'hôtel actuel[modifier | modifier le code]

plan d'architecte en 2 parties montrant des vues de coupe de l'intérieur de la salle de vente
Plan d'époque de la salle des ventes.

À compter de 1739, les activités de la Compagnie perpétuelle des Indes se développent, et la hausse des ventes entraîne la hausse des moyens de la compagnie, mais aussi le besoin d'installations plus vastes alors que les premiers magasins construits s'avèrent trop petits. Un ancien projet est remis en avant, situé lui près de l'entrée de l'enclos du port, et dont les volumes sont « formés de trois voûtes », inspiré des espaces du Grand Trianon. Il inclut par ailleurs un grand corps de logis central faisant le lien entre deux pavillons, mais seuls ces deux derniers sont finalement construits de 1740 à 1742[4].

Les ventes s'y réalisent dès la fin des travaux en 1742, et on y traite jusqu'à vingt-cinq millions de livres tournois annuellement[5]. Le monopole de la Compagnie est cependant aboli avec la disparition de celle-ci en 1769 sous l'influence des physiocrates, et l'hôtel cesse d'être utilisé pour des ventes[6].

Utilisation par la Marine[modifier | modifier le code]

photo de 1866 montrant l'aile est de l'hôtel, pris depuis le nord.
L'aile est de l'hôtel Gabriel en 1866.

La Marine royale récupère les deux pavillons qui lui sont cédés le . Ceux-ci accueillent ainsi de 1783 à 1784 le conseil de guerre qui fait suite à la défaite de la Bataille des Saintes. Des ventes y sont toutefois effectuées lors de la période révolutionnaire en 1790, et en 1808 la préfecture maritime y établit son siège[7]. L'aile est est alors utilisée pour les appartements du préfet maritime ainsi que pour les salles de réception, alors que l'aile ouest est utilisée par l'état-major et différents services de la préfecture maritime[8].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, les Allemands occupent les lieux qu'ils utilisent comme poste de commandement de la Marine Allemande et la direction du port ; ils construisent en sous-sol une cave et un blockhaus. Incendié lors des bombardements de 1943 qui détruisent la plupart de la ville[n 1], l'édifice est restauré à l'identique de 1956 à 1959, mais les aménagements intérieurs sont remaniés pour accueillir la Marine nationale. Par la suite, l'État-Major et les directions de la Marine nationale s'y installent de 1959 à 2000[7].

Acquisition par la ville de Lorient[modifier | modifier le code]

le Bagad Keriz jouant sur une scène de bois dans le jardin de l'hôtel Gabriel, avec des juges devant eux.
Le championnat national des bagadoù 2012 occupe les jardins de l'hôtel Gabriel.

Acquis en 2000 par la ville de Lorient, l'hôtel Gabriel abrite depuis 2008 le service de l'animation de l'architecture et du patrimoine. En 2010, les archives municipales s'établissent au premier étage de l'aile ouest tandis que le rez-de-chaussée ouvre au public ses salles d'accueil, de documentation, d'ateliers et d'expositions[9]. Ils sont rejoints en 2014 par la galerie d'exposition « Le Lieu »[10].

Le lieu est aussi utilisé ponctuellement par d'autres manifestations comme le festival interceltique de Lorient[11],[12], ou le championnat national des bagadoù[13].

Architecture[modifier | modifier le code]

Protection[modifier | modifier le code]

Cet ensemble de bâtiments fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le . Les toitures et façades des deux pavillons encadrant la grille d'entrée, ainsi que la salle du Conseil font l'objet du classement[14].

Situation et aménagements extérieurs[modifier | modifier le code]

fût d'un canon gravé « Pris au combat de Saint-Jean d'Ulloa le 27 9bre 1838 (sic) ».
Détail du canon capturé pendant la guerre des Pâtisseries.

L'entrée du complexe est constituée d'une grille de lances en fer reliant les deux pavillons et les séparant de la place d'armes qui s'étend au nord. Deux canons sont également disposés de part et d'autre du portail, l'un datant de Louis XIV, et l'autre étant une prise de guerre faite à San Juan de Ulúa en 1838 pendant la guerre des Pâtisseries[15].

Au sud s'étend un jardin à la française de 2 ha[16]. Celui-ci est traversé dans une ligne nord-sud par un axe donnant une perspective à l'ensemble, et est composé de parterres aux formes géométriques disposés autour d'une surface d'eau circulaire au centre du jardin. Le tout est encadré par des allées et des alignements d'arbres, et est limité au sud par une terrasse surélevée[7].

Les bâtiments[modifier | modifier le code]

L'ensemble monumental est constitué de deux pavillons symétriques construits dans un style classique, chacun prolongé vers le sud par deux ailes latérales, bâtis en pierres de taille de granit pour la partie basse, et en calcaire pour la partie supérieure. Le pavillon ouest accueille initialement la salle des ventes. À l'origine un corps de logis doit être élevé entre ces deux pavillons mais n'est finalement pas construit[9].

La configuration des ouvertures au niveau des toitures est identique dans les deux ailes. Du côté de la place d'armes, au nord des bâtiments, sont placées cinq baies dont les parties supérieures sont alignées sur trois hauteurs ; la fenêtre centrale est la plus élevée, et les lucarnes situées aux extrémités sont les plus basses. Des éléments végétaux et floraux sont par ailleurs présents sur ces ouvertures. À l'intérieur, côté cour et côté jardin, les baies reprennent les mêmes hauteurs que celles visibles au nord, mais sont plus simples dans leurs finitions, ne présentant pas d'ornementation[7].

Les façades nord présentent cinq rangs d'ouvertures alignées sur les baies du toit, les portes d'accès étant situées dans les rangs centraux. Au sommet de ces deux ouvertures d'accès se situent des mascarons figurant chacun la figures d'une divinité grecque. Dans le pavillon ouest se trouve celui figurant la déesse de la guerre Athéna, que l'on associe aussi aux artisans et aux techniques de construction navales. Elle est présentée avec plusieurs de ses attributs traditionnels : guerriers (casque, armure, lance), naval (compas, équerre, longue-vue), ainsi qu'une chouette, et une flûte avec une partition. Dans le pavillon est se trouve celui représentant Hermès, qui est associé lui au commerce et aux voyageurs. Il est représenté coiffé de son habituel pétase ailé et entouré de deux caducées (bâton surmonté de deux ailes, autour duquel s'enroule deux serpents se faisant face au sommet de celui-ci). Les façades intérieures sont, elles, plus simples et ne présentent pas de décoration particulière[7].

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sources[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La ville qui accueille la base sous-marine de Lorient est rasée par plus de 4 000 tonnes de bombes entre le 14 janvier et le 17 février 1943.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Louis Chaumeil 1939, p. 70
  2. Claude Nières 1988, p. 29
  3. Service historique de la marine 1983, p. 131
  4. a et b Service historique de la marine 1983, p. 132
  5. Louis Chaumeil 1939, p. 71
  6. Louis Chaumeil 1939, p. 73
  7. a b c d et e Anne-Marie Doledec, Paul Le Bozec, « Laissez-vous conter les pavillons Gabriel », Office de Tourisme de Cap l’Orient, consulté sur www.lorient.fr le 19 mai 2013
  8. Lucien Le Pallec, « Petite Histoire de l’Arsenal de Lorient », Société d’Archéologie et d’Histoire du Pays de Lorient, no 35,‎ 2006-2007, p. 137-143 (lire en ligne)
  9. a et b L'Enclos du port : L'Hôtel Gabriel, ville de Lorient, consulté sur www.lorient.fr le 22 mai 2013
  10. « La galerie Le Lieu dans l'écrin de l'hôtel Gabriel », dans Ouest-France, le 8 avril 2014, consulté sur www.ouest-france.fr le 25 mai 2014
  11. « Lorient. La programmation du Festival interceltique en détail », dans Ouest-France, le 3 avril 2012, consulté sur www.ouest-france.fr le 25 mai 2014
  12. « Festival interceltique. Le rendez-vous paisible du jardin des arts et des luthiers », dans Ouest-France, 7 août 2013, consulté sur www.ouest-france.fr le 25 mai 2014
  13. « Répétition publique du bagad d'Elven, vendredi », dans Ouest-France, le 2 août 2012, consulté sur www.ouest-france.fr le 25 mai 2014
  14. Notice no PA00091412, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « Deux canons, gardiens du jardin... », dans Le Télégramme, 1er février 2013, consulté sur www.letelegramme.com le 22 mai 2013
  16. Jardins et squares : Jardin de l'Enclos du port, ville de Lorient, consulté sur www.lorient.fr le 22 mai 2013

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Architecture de Gabriel
    • Service historique de la marine, L'Orient arsenal, XVIIe-XVIIIe siècles : Exposition au Palais des Congrès. 1983, Lanester, les Trois rivières, , 143 p. (ISBN 2867730023, OCLC 466138490), p. 131-141. 
    • Henri-François Buffet, Les Monuments du XVIIIe siècle à Lorient, Rennes, Imprimerie bretonne,
    • Hélène Rousteau-Chambon, Jacques V Gabriel et les architectes de la façade atlantique : actes du colloque tenu à Nantes du 26 au 28 septembre 2002, Paris, Picard, , 295 p. (ISBN 2-7084-0715-5, lire en ligne)
  • Histoire générale de Lorient

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 12 juin 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.
La version du 12 juin 2014 de cet article a été reconnue comme « bon article », c'est-à-dire qu'elle répond à des critères de qualité concernant le style, la clarté, la pertinence, la citation des sources et l'illustration.