Byblos (hôtel)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hôtel Byblos)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Byblos (homonymie).
Byblos
Restaurant le B..jpg
Localisation
Pays
Commune
Coordonnées
Architecture
Type
Ouverture
Architecte
Christian Auvrignon et Philippe Sicardon
Style
Équipements
Chambres
50 suites et 41 chambres.
Restaurants
2
Gestion
Propriétaire
Site web
[ttp://www.byblos.com/ www.byblos.com]
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
RedHut.svg
Localisation sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
voir sur la carte de Provence-Alpes-Côte d'Azur
RedHut.svg

Le Byblos est un palace français de style néo-provençal situé à Saint-Tropez, dans le Var. Construit et inauguré par l'hôtelier libanais Jean Prosper Gay-Para en mai 1967, il est racheté en 1967 par l'homme d'affaires Sylvain Floirat, dont l'arrière-petit-fils Antoine Chevanne est l'actuel président du directoire.

L’hôtel est ouvert d’avril à octobre et ferme ses portes en hiver. Il compte 91 chambres dont 50 suites. Le Byblos obtient le label « palace » le 28 juin 2012.

Historique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Byblos Saint-Tropez.
Le Spa Sisley by Byblos.

À Byblos, au nord de Beyrouth, deux hommes s’entretiennent en 1960 sur la terrasse d’un restaurant. Selon la légende[1], l'un d’eux, Jean-Prosper Gay-Para, hôtelier libanais milliardaire et père de l'économiste Guy Gay-Para, avoue à l’autre son amour fou pour Brigitte Bardot et son désir de lui construire « un palais digne des Mille et Une Nuits, unique en son genre d’un bout à l’autre de la Méditerranée. »[2] C'est en 1965 que commencent les travaux de cet hôtel « phénicien » de style « tropézien » à l’architecture très éloignée de celle des grands hôtels de luxe de Cannes ou Monte-Carlo. Une folie de dix millions de francs de l'époque en plein milieu d'un village de pêcheurs traditionnel, à deux pas de la place des Lices. Il le baptise « Byblos » du nom du port libanais fondé pas les Phéniciens et fréquenté par la jet-set libanaise et internationale.

L’hôtel se présente comme un hameau, un ensemble de petites constructions accolées les unes aux autres sur une surface de 5 500 m2. Des toitures en tuiles romaines et des génoises, dans l’esprit du pays ; des balconnets de fer forgé, des façades vibrantes de couleur ; des fontaines ; des placettes pavées ; un olivier centenaire ; des palmiers ; des bougainvilliers et du jasmin ; un patio ; une grande piscine ; un bar pieds dans l’eau ; des boutiques logées sous les arcades ; deux restaurants et un night-club…  L'hôtel compte alors 59 chambres.

L'établissement est inauguré le en présence de ses marraines Mireille Darc et Brigitte Bardot[2]. Commencent trois jours de festivités pour plus de 700 invités, parmi lesquelles de très nombreuses personnalités du monde politique, artistique et littéraire : Françoise Sagan, René Clair, Maurice Escande, Bernard et Annabel Buffet, M. et Mme Eddie Barclay, Jean Lescudier (maire de Saint-Tropez), M. et Mme Jean-Paul Roy (préfet du Var), Alexandre de Paris, Paco Rabanne, Jean Bousquet, Gérard Khoury (directeur du tourisme au Liban), Lucien Barrière, Jacques Chazot, Juliette Greco, Michel Piccoli, Gilbert Trigano, Eddy Mitchell et Michel Polnareff, entre autres[1]. Par la suite nombres de personnalités médiatiques passent par cet hôtel ou dans sa discothèque[1].

L’équipe entourait Jean-Prosper Gay-Para, son épouse, Médéa, et Francis Ducluzeau, le directeur, qui accueillaient les convives tropéziens, parisiens et libanais. L'hôtel compte alors 59 chambres. En juillet 1967, Les Caves du roy, temple des nuits tropéziennes, ouvre ses portes au sein de l'hôtel, puis le Krak des chevaliers, mini boîte de nuit au sein de la discothèque. Le night-club du Byblos sera animé pendant de nombreuses années par Jacqueline Veyssière et accueillera de nombreux concerts d'artistes.

Mais, en juin 1967, la guerre des Six Jours éclate et Jean-Prosper Gay-Para décide de retourner à Beyrouth[1] pour gérer ses hôtels. Il se sépare du Byblos et de son nightclub, les Caves du Roy, vendu le 19 septembre à l'homme d’affaires Sylvain Floirat.

Rachat par Sylvain Floirat[modifier | modifier le code]

D’origine modeste, Sylvain Floirat (arrière-grand-père d’Antoine Chevanne) est P.-D.G. de nombreuses sociétés, dont Breguet Aviation, Matra, Europe 1, de la Compagnie française de télévision.

L’hôtel devient la seconde demeure d’Eddy Barclay, de Michel Polnareff et d’une pléiade d’autres vedettes et artistes. Sylvain Floirat nomme Claude Marret au poste de directeur qui dirigera l'établissement pendant dix-sept ans. Ils travaillent ensemble sur différents projets : l'hôtel est notamment agrandi plusieurs fois sur les terrains alentour. Les architectes Christian Auvrignon, Philippe Sicardon et Monnin ainsi que les décorateurs pour la discothèque Sassouni et André Denis, sur le projet depuis l'origine, continuent à y travailler.

En 1971, le chanteur britannique Mick Jagger se marie à Saint-Tropez avec le top model Bianca Pérez Mora-Macias. Ils passent leur lune de miel au Byblos en compagnie de nombreux invités, dont les Rolling Stones.

Lors des tournages de la série Le gendarme se marie de Jean Girault avec Louis de Funès, Michel Galabru et Jean Lefebvre, toute l'équipe du film séjourne à l'hôtel.


Années 1980-1990[modifier | modifier le code]

Sylvain Chevanne, le petit-fils de Sylvain Floirat, développe le groupe à partir de 1972. Il double la surface du Byblos en 1983 sur près de 17 000 m².

Un « Byblos » est construit à Marbella mais ne restera pas dans le groupe. Très vite, les nouveaux propriétaires imaginent de créer un pendant hivernal au Byblos de Saint-Tropez. Ce sera le Byblos des Neiges, inauguré en 1984 avec 76 chambres dont douze suites à Courchevel 1850. Claude Marret est tué dans un accident d'avion qui l'amenait à une réunion de chantier de l'hôtel quatre mois avant l'ouverture. Le chef cuisinier Alain Ducasse, qui était également à bord, sera le seul survivant du crash. Le Byblos de Neiges prend fin en 2007.

Le 1er juillet 1991 le Byblos entre dans le cercle des Leading Hotels of the World.

À la mort de Sylvain Floirat en 1993, l’objectif de son petit-fils, Sylvain Chevanne, est d’assurer la pérennité du groupe dont il assure la  direction opérationnelle depuis 1988.

Depuis les années 2000[modifier | modifier le code]

En 2001, Antoine Chevanne (arrière-petit-fils de Sylvain Floirat) prend la direction du Byblos pendant cinq ans. En 2006, il prend la direction générale du Groupe Floirat et met en place une stratégie de développement majoritairement axée sur l’activité d’hôtellerie de prestige

En 2001, Alain Ducasse décline son concept de restaurant « Spoon Food & Wine » en « Spoon Byblos » dans l'hôtel.

En 2007, à l’occasion du 40e anniversaire du Byblos, le héros de bande dessinée Largo Winch pose ses valises dans l'hôtel tropézien dans le quinzième album de la série, Les Trois Yeux des gardiens du Tao / La Voie et la Vertu. De nombreuses scènes se déroulent au Byblos.

En 2007 est inauguré le Spa Byblos by Sisley Cosmetics, le premier de la marque dans le monde.

En 2009, Antoine Chevanne, CEO du Groupe Floirat, nomme Christophe Chauvin directeur général du Byblos. 

En 2009, le Byblos reçoit sa 5e étoile[3].

Le 28 juin 2012, le Byblos intègre le cercle très fermé des palaces de France[1].

Le 17 avril 2013, Alain Ducasse inaugure son nouveau concept « Rivea at Byblos » qui remplace Spoon@Byblos. Le Byblos fait appel à l'architecte et designer italien Antonio Citterio pour la réalisation du restaurant.

En mai 2017, le Byblos et les Caves du Roy célèbrent leur 50e anniversaire. Plusieurs partenariats ont lieu pour cet évènement, avec Audemars Piguet, Rolls-Royce, Dom Pérignon, Goyard, Sisley et Missoni Home, qui redécore la plus grande suite de l’hôtel (180 m²)[1]. Les Caves du Roy sont rénovées pour l'occasion[1]

Données économiques[modifier | modifier le code]

Le Byblos a réalisé un chiffre d'affaires de 21 950 200 € en 2017. L'effectif moyen annuel est de 140 salariés[4].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Chambres et suites[modifier | modifier le code]

  • 91 chambres, dont 50 suites, de 28 à 180 m². Elles ont toutes une décoration différente, dans un style méditerranéen. Certaines sont dotées de terrasses qui offrent une vue sur Saint-Tropez.

Restauration[modifier | modifier le code]

Le chef Vincent Maillard supervise l’ensemble de la restauration des deux restaurants du Byblos :

  • Le « Rivea at Byblos », concept d’Alain Ducasse. Le chef Vincent Maillard y travaille des produits issus du terroir méditerranéen. Le Byblos a fait appel à l’architecte et designer italien Antonio Citterio pour la réalisation du restaurant.
  • Le « B » en bord de piscine, propose une carte pour les petits déjeuners, déjeuners, apéritifs et diners. Service de 8 h à 2 h du matin.

Divers[modifier | modifier le code]

  • Le Byblos emploie plus de 300 personnes en haute saison.
  • L’hôtel se situe au cœur de la ville de Saint-Tropez et s’étend sur une surface de 17 000 m², entre la Citadelle et la place de Lices.
  • De nombreuses céramiques de Roger Capron (qui a travaillé avec Pablo Picasso) et de Jean Derval habillent le palace.
  • Piscine extérieure.
  • Boîte de nuit Les Caves du Roy.

Films tournés au Byblos[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Bertrand Fraysse, « Le palais des 1001 fêtes », Challenges, no 524,‎ , p. 84 à 86 (ISSN 0751-4417)
  2. a et b Historique - Site officiel
  3. youbold, « Le mythique Palace hôtel Byblos de la Côte d'Azur », byblos,‎ (lire en ligne, consulté le 29 juin 2018)
  4. « fiche d'identité et bilans de l'entreprise Byblos », sur www.societe.com (consulté le 23 août 2019)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]