Hôtel Beurnier-Rossel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hôtel Beurnier-Rossel
Hôtel Beurnier-Rossel 0001.jpg
Collections
Collections
Bâtiment
Protection
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
8 place Saint-Martin
Coordonnées
Localisation sur la carte du Doubs
voir sur la carte du Doubs
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg

L'hôtel Beurnier-Rossel est un hôtel particulier du XVIIIe siècle de Montbéliard dans le Doubs en Franche-Comté. Depuis 1995 il héberge le « Musée Beurnier-Rossel d'art, d'histoire et des traditions de la principauté de Montbéliard du XVIIIe au XIXe siècles », labellisé Musée de France[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Cour intérieure.

En 1774 Georges-David Rossel et Anne-Madeleine Beurnier (un couple de protestants bourgeois proches de la cour des Wurtemberg de la principauté de Montbéliard) font construire cet hôtel particulier par l'architecte Philippe de la Guépière, 8 place Saint-Martin, face au Temple Saint-Martin de Montbéliard, proche de l'Hôtel de ville de Montbéliard, voisin de l'Hôtel Bernard Fallot.

En 1917 l'hôtel particulier avec meubles et œuvres d'art est légué à la ville de Montbéliard par le dernier descendant direct de la famille Beurnier pour en faire un musée. En 1843, le musée du Château des ducs de Wurtemberg y est créé et hébergé jusqu'en 1937 où ce dernier est transféré au Château de Montbéliard (XIIIe siècle).

La façade donnant sur la place, ainsi que le grand salon décoré du premier étage font l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [2].

La toiture sur la place, les façades et toitures côté cour et des ailes, plusieurs pièces du rez-de-chaussée ainsi que l'escalier et sa rampe font l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [2].

Depuis 1995, l'hôtel particulier héberge le « Musée Beurnier-Rossel d'art, d'histoire et des traditions de la principauté de Montbéliard du XVIIIe au XIXe siècles »[1].

Musée d'art et d'histoire de Montbéliard[modifier | modifier le code]

Mobilier du musée.

Transformé en musée Beurnier-Rossel, l’hôtel particulier abrite sur trois étages toute une collection de meubles, d'objets et de gravures représentant l'histoire populaire et religieuse protestante du comté de Montbéliard / principauté de Montbéliard. Allant des plus beaux meubles marquetés signés Couleru aux meubles propres au style Montbéliard, en passant par les objets de la liturgie ou de la vie populaire (costumes, images, jouets…). Une suite de salons reflète la vie chez des bourgeois du XVIIIe siècle (portraits de famille, mobilier). Il renferme également un poêle de chauffage en céramique qui fait l’objet d’un classement au titre objet des monuments historiques depuis le [3].

Le musée dispose d'une importante collection de boites à musique produites dans la commune voisine de Sainte-Suzanne de 1839 à 1996, dans ce qui était au XIXe siècle la principale manufacture de boîtes à musique en France, la manufacture L'Épée[4].

Anecdotes[modifier | modifier le code]

L'hôtel Beurnier-Rossel eut un hôte prestigieux en la personne du Tsar Alexandre Ier de Russie, venu à Montbéliard en janvier 1814 pour visiter le pays où sa mère, Maria-Fedorovna (Sophie-Dorothée de Wurtemberg), passa sa jeunesse[5].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice no M0336, base Muséofile, ministère français de la Culture
  2. a et b « Hôtel Beurnier-Rossel (ancien) », notice no PA00101675, base Mérimée, ministère français de la Culture
  3. « poêle de chauffage », notice no PM25001096, base Palissy, ministère français de la Culture
  4. Page du musée sur le site de la Ville de Montbéliard (voir la section consacrée aux boites à musique)[1], consultée le 2 septembre 2017
  5. De la terre comtoise à la cour des tsars de Jacqueline Mologni p. 187-188 voir sur Google Books

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]