Hôtel-Dieu de Montbazon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Article général Pour un article plus général, voir Hôtel-Dieu.
Hôtel-Dieu de Montbazon
Montbazon - hôtel-dieu.jpg
Baie gothique de la chapelle.
Présentation
Type
Construction
Statut patrimonial
Localisation
Adresse
8 rue Emmanuel-BraultVoir et modifier les données sur Wikidata
Montbazon, Indre-et-Loire
Flag of France.svg France
Coordonnées
Localisation sur la carte de l’Indre-et-Loire
voir sur la carte de l’Indre-et-Loire
Red pog.svg

L'hôtel-Dieu est un ancien établissement hospitalier situé dans la commune française de Montbazon, dans le département d'Indre-et-Loire.

Localisation[modifier | modifier le code]

L'hôtel-Dieu est implanté en bordure d'une rue de Montbazon qui, à l'époque de la construction de l'édifice et jusque vers 1750, se prolongeait par le pont permettant de traverser l'Indre. Cette voie constituait, jusqu'au percement de la route royale d'Espagne (puis N 10, désormais D 910) et l'édification d'un nouveau pont, le point de passage de l'itinéraire de Paris vers le sud-ouest de la France en passant par Tours[1],[2] ; cet itinéraire était notamment emprunté par les pèlerins se rendant à Saint-Jacques de Compostelle[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'hôtel-Dieu de Montbazon est fondé au début des années 1470 et affecté aux sœurs du Tiers-Ordre franciscain[4]. Il complète l’aumônerie déjà existante, qui accueille les pèlerins[3].

En 1698, l'hospice est rattaché à l'hôtel-Dieu de Tours[5]. En 1799, les bâtiments sont désaffectés et transformés en tannerie[6]. Ne subsiste plus de l'édifice au XXIe siècle que la chapelle de l'aumônerie, anciennement dédiée à saint Blaise[7], dont la nef est reconvertie en habitation tandis que l'unique travée du chœur est transformée en remise[8].

Les façades et toitures ainsi que l'intérieur de la chapelle sont inscrits au titre des monuments historiques par arrêté du [3].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'édifice se présente sous la forme d'une nef simple, sans collatéraux, prolongée par un chœur que termine un chevet plat. Les baies de la nef sont murées, mais l'une d'elles conserve ses remplages de style gothique flamboyant[4]. Les autres bâtiments de l'hôtel-Dieu proprement dit se développaient à l'ouest de la chapelle, le long de l'actuelle rue Emmanuel-Brault.

Pour en savoir plus[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Élisabeth Lorans, Le Lochois du Haut Moyen Âge au XIIIe siècle - territoires, habitats et paysages, Tours, Publications de l'Université de Tours, , 289 p. (ISBN 2-8690-6092-0)
  • Jacques Maurice, Montbazon et Veigné aux temps jadis, Veigné, Syndicat d'initiative de Veigné, , 151 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Leveel, La Touraine disparue et ses abords immédiats, Chambray-lès-Tours, CLD, , 319 p. (ISBN 2-8544-3253-3), p. 233.
  2. Marie-Maryse Delayeun, « Montbazon, le château et la chapelle castrale », dans Élizabeth Zadora-Rio (dir.), Atlas Archéologique de Touraine : 53e Supplément à la Revue Archéologique du Centre de la France, Tours, FERACF, (lire en ligne [PDF]), cartes.
  3. a b et c Notice no PA00097871, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  4. a et b Robert Ranjard, La Touraine archéologique : guide du touriste en Indre-et-Loire, Mayenne, Imprimerie de la Manutention, (réimpr. 1986), 3e éd., 733 p. (ISBN 2-8555-4017-8), p. 483.
  5. Arrêt du Conseil d’Etat et privé portant réunion de l’Aumônerie de Montbazon à l’Hôtel Dieu de Tours, 11 juillet 1698, Archives nationales, cote A.N.-V6 1168.
  6. Jean-Luc Flohic (dir.), Patrimoine des communes d'Indre-et-Loire, t. I et II, Flohic, , 1408 p. (ISBN 2-8423-4115-5), p. 910.
  7. Dom Housseau, Collection Anjou-Touraine, t. XI, no 4700.
  8. Jean-Mary Couderc (dir.), Dictionnaire des communes de Touraine, Chambray-lès-Tours, CLD, , 967 p. (ISBN 2-8544-3136-7), p. 542.