Hôpital Sainte-Périne - Rossini - Chardon-Lagache

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hôpital Sainte-Périne)
Aller à : navigation, rechercher
Hôpital Sainte-Périne
Présentation
Coordonnées 48° 50′ 41″ nord, 2° 16′ 01″ est
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Adresse 11 rue Chardon-Lagache
Services
Nombre de lits 598

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Géolocalisation sur la carte : Paris/France

L'hôpital Sainte-Périne est un hôpital de l'Assistance publique - hôpitaux de Paris (AP-HP) situé dans le 16e arrondissement de Paris spécialisé dans la gériatrie. Les unités Debussy et Chopin sont situées au 11 rue Chardon-Lagache et la chambre mortuaire est située au 45 de la rue Mirabeau.

Ce site est desservi par la station de métro Chardon-Lagache.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des religieuses chanoinesses de l'ordre de Saint-Augustin, établies en 1638 à Nanterre, furent transférées à Chaillot en 1659[1].

Cette abbaye Sainte-Geneviève, longtemps connue sous le nom de Notre-Dame-de-la-Paix, prit la dénomination de Sainte-Périne en 1746, lorsqu'on réunit à cette communauté l'abbaye de Sainte-Périne de La Villette. Elle se trouvait du côté des numéros impairs de l'avenue des Champs-Élysées et à l'ouest de l'actuelle rue Quentin-Bauchart, à l'emplacement des actuelles avenue George-V et rues Bassano, Magellan, Christophe-Colomb et Euler.

Cette maison religieuse fut supprimée en 1790. Devenue bien national, l'abbaye fut vendue le 11 pluviôse an V (). En 1806, elle fut transformée, grâce à la protection de l'impératrice Joséphine, en un établissement pour personnes âgées ou infirmes des deux sexes, payant une pension ou un capital lors de leur admission.

En 1858, pour permettre le percement de l'avenue de l'Alma (actuelle avenue George-V), cet hospice fut transféré au no 17, rue Chardon-Lagache dans le 16e arrondissement de Paris.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Cette translation ne fut autorisée que par lettres patentes de juillet 1671.

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]